A la uneActualitésEconomieGardPolitiqueSociété

LA RÉCAP’ Un peu d’Eire, ça fait Dublin ! / Tousse pour un, masque pour tous ! / Tout ça pour ça ?

Tous les samedis à 19h, Objectif Gard vous propose un rendez-vous sous la forme d'un flash-back sur les événements, petits ou grands, qui ont ponctué la semaine. C'est parti pour la Récap' !

Photo DR

Un peu d'Eire, ça fait Dublin ! Celle-là lui est restée en travers de la gorge. Fâché tout rouge après que le préfet de l’Hérault, Hugues Moutouh, a remis en cause publiquement l'utilité des aéroports régionaux - sauf celui de Montpellier ça va sans dire ! -, dédaignant Compostelle, Franck Proust a pris son bâton de pèlerin et est allé calmer son ire en Eire et prendre l'air à Dublin. Flanqué des équipes du délégataire de l'aéroport nîmois Edeis, le président de Nîmes métropole a rencontré la direction de la compagnie low-coast irlandaise pour prêcher pour sa paroisse et vanter les mérites des installations gardoises et leur potentiel. Et en croire nos informateurs, la démarche a été couronnée de succès. Selon nos informations, Franck Proust aurait négocié avec Ryanair un nouveau contrat de sept ans - au lieu de cinq - avec l'aéroport de Nîmes-Garons. Un projet encore en suspens mais qui s'il était paraphé offrirait de nouvelles destinations au départ de Nîmes : Séville, Malaga (Espagne), Bergame (Italie) et Dublin (Irlande). Plus prudent que son entourage, le patron de l'Agglo nîmoise faisait profil bas. "Attention toutefois, tout cela est soumis à des négociations. Vous le savez, j'ai une règle : je ne m'exprime que quand le dossier est finalisé", ajoutait prudemment Franck Proust. Et il a bien raison d'y réfléchir car cela pourrait coûter cher à la collectivité quand on sait qu'un peu partout, Ryanair négocie ses implantations de nouvelles lignes en échange d'espèces sonnantes et trébuchantes et n'y va pas avec le dos de la cuillère. Demandez donc au conseil départemental du Jura qui règle à la compagnie aérienne 15 euros par siège occupé ! L’aide attendue des collectivités territoriales jurassienne (Département, Région, communauté d'agglomération Grand Dole essentiellement) était chiffrée en 2019 à 20 millions d’euros hors taxes sur 8 ans. Beaucoup d'argent public pour une société qui, (Ryan)air de rien ne paie pas un centime d'impôts en France. Suite à une plainte déposée par Air France, en 2020 la Commission européenne a d'ailleurs ouvert une enquête approfondie afin de déterminer si les aides au fonctionnement octroyées, entre autres et par ailleurs, à l’aéroport de Béziers, et les accords de services aéroportuaires et de commercialisation conclus avec  Ryanair, sont conformes aux règles de l’UE en matière d’aides d’État.

Le port du masque en extérieur est de nouveau d'actualité dans les lieux accueillant du public (Photo d'illustration : archives Thierry Allard / Objectif Gard)

Tousse pour un, masque pour tous ! Et c'est reparti pour un tour ! Bientôt il ne restera plus assez de lettres à l'alphabet grec pour donner des noms aux multiples variants du covid. Cette fois c'est Omicron qui vient agrandir la famille pathogène. Et comme son frère Delta et les autres n'ont toujours pas renoncé à nous pourrir la vie, il faut bien tenter quelque chose. Certainement pas de gaîté de coeur, mais en première ligne des responsabilités, la préfète du Gard, Marie-Thérèse Lecaillon, s'est vue contrainte de prendre la décision de réimposer le masque en extérieur. Sont concernés les marchés de plein-air alimentaires et non-alimentaires dont les marchés de Noël, les brocantes et vide-greniers, foires et fêtes foraines ainsi que les ventes au déballage, tout rassemblement public générant un rassemblement important de population, dont les manifestations sur la voie publique, les festivals, les concerts en plein-air et les évènements sportifs de plein-air, les espaces d’attente des transports en commun terrestres et aériens (abris bus, aérogares, quais des gares, quais des voix de tramways), les espaces et les files d’attente à l’extérieur des établissements recevant du public. De là à imaginer un nouveau confinement pour Noël ? Le professeur Alain Fischer, président du conseil national d’orientation de la stratégie vaccinale a livré une réponse de Normand. "C’est un sujet difficile mais il faut concilier des objectifs contradictoires. Humainement, il paraît impossible de renoncer aux fêtes de famille. Il faut trouver des aménagements adéquats pour limiter les regroupements, respecter les gestes barrière et aérer les pièces." À quelques mois de l'élection présidentielle, pas sûr que le Gouvernement prenne la décision de se mettre à dos une large frange de la population. Avec le risque toutefois de se retrouver à gérer un scandale sanitaire comme celui du sang contaminé de triste mémoire. Et cette fois il ne sera pas question d'avancer l'argutie du "responsable mais pas coupable".

À Nîmes, place Jules-Guesde le Père Noël salue les visiteurs (Photo Anthony Maurin).

Tout ça pour ça ? Les municipalités gardoises doivent croiser les doigts et multiplier prières et incantations pour que les festivités de Noël ne soient pas annulées. Elles ont en effet été nombreuses à mettre les petits plats dans les grands et à délier largement les cordons de la bourse pour offrir à leurs administrés des animations et des illuminations afin d'égayer ces fêtes de fin d'année. À Nîmes, c'est un dispositif de pas moins de 500 décors, dont 10 en 3D, 27 sur candélabres, et 165 arbres qui a été déployé pour illuminer la ville. Le tout pour une addition de 824 000 € incluant de nombreux spectacles. À Aigues-Mortes, la Mairie a investi "20 000 euros environ pour les décorations, avec de nouveaux motifs et notamment un sapin de dix mètres de haut à l’entrée des remparts", souligne l'adjointe au Tourisme, Josiane Rosier. Du côté de Bagnols/ Cèze, où on a aussi envoyé du lourd, 30 000 euros supplémentaires ont été dépensés dans le budget festivités de fin d'année. Soit un montant total de 140 000 euros au lieu de 110 000 euros pour les précédentes années.

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Ryanair le retour…
    Franck Proust, le libéral, tombe dans l’économie subventionnée comme au bon vieux temps des pays sous tutelle communiste et comble de malheur il entend subventionner avec l’argent des contribuables une compagnie étrangère qui ne paie pas l’impôt en France.
    Décidément, le libéralisme à la Française avec la droite c’est perdant-perdant.

  2. Nimes doit avoir un Aéroport,toute ville de cette dimension se le doit,et quand j’entends parler de communisme ,je rigole,au moins on peut voir ou va l’argent là…………

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité