A la uneActualitésNîmesNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Découvrez les notes des Crocos à Rodez

Pascal Plancque (Photo Anthony Maurin).
Guessoum était dans tous les coups à Rodez : les bons comme les mauvais (Photo Anthony Maurin).

Le lendemain de chaque match du Nîmes Olympique, la rédaction sport d’Objectif Gard vous propose une analyse des prestations individuelles des Crocos. Retour sur celles de Pascal Plancque et de ses hommes à Rodez (1-0), ce vendredi au stade Paul-Lignon. 

Le Croco clé

L'entraîneur - Pascal Planque (3/10) : Privé de deux de ses trois défenseurs latéraux professionnels, il a du s'adapter. Jugeant, le jeune Pierre Zaidan trop tendre pour débuter dans le couloir gauche, l'entraîneur des Crocos a mis en place un expérimental 3-1-4-1-1, travaillé cette semaine à l'entraînement. Une innovation tactique qui nous a un peu rappelé celle de Jérôme Arpinon, il y a un an presque jour pour jour, à Lorient (3-0).

Le résultat fut un peu moins catastrophique, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que ce ne fut pas une franche réussite. Perdus en début de match, ses joueurs ont subi face à des Ruthénois mieux rodés. S'ils ont ensuite mis le pied sur le ballon, les Crocos ne se sont procurés qu'une seule véritable occasion de marquer de toute la partie. Avec six tirs et aucune tentative cadrée en 90 minutes, le bilan offensif nîmois est tout simplement famélique. Et ce ne sont pas les changements tardifs de Pascal Plancque - le premier à la 67e minute de jeu - qui ont permis de renverser le cours d'une rencontre mal engagée.

Au cas par cas

Per Kristian Bråtveit (6/10) : Battu sur la panenka de Leborgne (14e), le portier norvégien a fait son match. Après quelques arrêts plutôt faciles, il a sorti le grand jeu avec un superbe double arrêt devant Ouammou puis Bonnet (53e), préservant une lueur d'espoir pour les Crocos.

Kelyan Guessoum (5/10) : Sanctionné d'entrée de jeu d'un penalty - jugé "très sévère" par son entraîneur mais qui ne semblait pas scandaleux vu des tribunes - il s'est bien repris par la suite. Présent dans les deux surfaces, il a beaucoup participé au jeu et a remporté plusieurs duels de la tête sur des coups de pied arrêtés offensifs, sans parvenir à cadrer ses tentatives. Il est aussi l'auteur d'un superbe retour défensif en début de seconde période sur un centre de Bonnet qui avait pris le dessus sur Philibert.

Naomichi Ueda (4/10) : Au centre de cette défense à trois, Ueda a parfois été bousculé par les attaquants ruthénois Bonnet et Dembélé. Il a tenté d'allonger quelques relances en fin de match pour trouver Aribi et Koné, sans succès.

Enzo Philibert (4/10) : Extrêmement volontaire et appliqué pour sa première en Ligue 2, le jeune défenseur central s'est montré solide dans les duels, notamment dans les airs. Il a en revanche parfois pêché dans le placement et a eu du mal à contenir la vitesse Bonnet.

Andrès Cubas (4/10) : Positionné en sentinelle juste devant la défense à trois, il n'a que très peu influé sur le jeu. Ses quelques récupérations ont souvent été gâchées par des passes trop moyennes, à l'image de sa perte de balle au milieu de terrain qui a conduit au contre dangereux de Dembélé (51e).

Patrick Burner (4/10) : Positionné dans un rôle de piston, Burner a du un peu moins défendre qu'à l'accoutumée. Il a tenté de percuter dans son couloir droit, sans réellement faire de différences ni délivrer de centres dangereux. Surtout, il a complètement manqué sa reprise sur la balle de l'égalisation. Un raté incroyable à quelques mètres des cages sur la seule occasion du match des Crocos. Remplacé par Koné (69e) qui ne s'est pas montré en évidence.

Lamine Fomba (4/10) : Qu'il est loin le Lamine Fomba du mois d'août ! Brouillon au milieu de terrain, incapable de se projeter vers l'avant, il ne pèse plus vraiment sur les rencontres depuis bien trop longtemps désormais. Remplacé par Delpech (78e) qui n'a pas changé le cours de la partie.

Julien Ponceau (3/10) : Décisif pour la première fois sous le maillot nîmois la semaine passée à Aubagne (2-2, 3-4 aux t.a.b), il est complètement passé au travers ce vendredi. Coupable d'une parte de balle sur l'action qui amène le penalty, il a ensuite multiplié les passes ratées, se montrant incapable de combiner avec Eliasson dans les petits périmètres. Remplacé par Valério (90+1e) pour une réorganisation tactique lors des dernières secondes que l'on cherche encore à comprendre.

Niclas Eliasson (5/10) : Comme ces dernières semaines, il s'est montré plutôt en jambes et fut l'un des seuls nîmois capable de faire quelques différences. Mais dans un rôle de piston, il est souvent parti de trop loin pour pouvoir réellement amener le danger sur le but ruthénois.

Yassine Benrahou (4/10) : Incapable d'être le chef d'orchestre du jeu nîmois, il a comme souvent joué par intermittence. Cela aurait une nouvelle fois pu suffire pour être décisif si Burner n'avait pas vendangé son subtil centre à l'heure de jeu. Pour le reste, Benrahou a beaucoup raté, à l'image de ses coups de pieds arrêtés pas toujours bien tirés.

Elías Már Ómarsson (3/10) : Complètement sevré de ballons, esseulé face aux trois défenseurs ruthénois et pas vraiment aidé par le dispositif tactique choisi par son entraîneur, il a traversé le match comme un fantôme. Remplacé par Aribi (78e) qui a eu le mérite d'être un peu plus actif et de gagner quelques duels aériens.

L’arbitre - M. Paradis (6/10) : Sa décision de sanctionner Guessoum d'un pénalty d'entrée de jeu a été contestée par Pascal Plancque mais ne semblait pas scandaleuse depuis les tribunes. Il a ensuite plutôt bien maîtrisé une partie qui s'est disputée dans un bon esprit.

L’adversaire - Rodez (7/10) : Sérieux et bien rôdé, le RAF a parfaitement maîtrisé sa rencontre. Laissant le ballon aux Crocos après la pause, les Ruthénois n'ont concédé qu'une seule véritable occasion et auraient même pu doubler la mise en contre. Une vraie force collective, tout le contraire des Nîmois.

Le match (4/10) : Une première mi-temps très pauvre en occasions, une seconde un peu plus vivante : on ne peut pas dire que l'on ait vu une grande partie à Paul-Lignon. Heureusement, le parcage nîmois très bruyant a un peu réchauffé cette soirée glaciale.

Les joueurs sont notés à partir de 45 minutes de jeu. Le barème est le suivant : 0/10 : joueur expulsé ; 1/10 : match catastrophique ;  2/10 : Très mauvais match ; 3/10 : mauvais match ; 4/10 : match médiocre ; 5/10 : match correct ; 6/10 : assez bon match ; 7/10 : bon match ; 8/10 : excellent match ; 9/10 : match exceptionnel ; 10/10 : match parfait.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité