A la uneAlès-CévennesOAC AlèsSports Gard

FOOTBALL Théo Peyrard (OAC) avant le derby face à Nîmes : « Il n’y aura aucun sentiment sur le terrain »

Théo Peyrard, capitaine de l’OAC en l’absence de Yann Djabou. (Photo Ca.M / OAC)

Plus d’un mois après sa dernière rencontre officielle, l’OAC retrouve son antre de Pibarot ce samedi soir à l’occasion d’un derby face à la réserve du Nîmes Olympique. Formé chez les Crocos avec lesquels il a passé dix saisons, Théo Peyrard s’épanouit en Cévennes depuis son arrivée en 2018. Milieu récupérateur hargneux comme l’était un Gennaro Gattuso, le jeune homme (25 ans) séduit par sa combativité et un état d’esprit irréprochable qui lui a valu d’être promu au rang de vice-capitaine. Interview.

Objectif Gard : Ce derby face à la réserve du Nîmes Olympique reste-t-il un match particulier pour vous et votre équipe ?

Théo Peyrard : On a surtout très hâte de retrouver la compétition après plus d’un mois d’arrêt. Sur un plan personnel, j’ai évolué au Nîmes Olympique pendant dix ans donc ça reste spécial. Mais aujourd’hui je me sens Cévenol et on a un objectif collectif qui est de monter en N2. Donc que ça soit Nîmes en face ou un autre club, il n’y aura aucun sentiment sur le terrain.

Il ne reste d’ailleurs pas grand chose du Nîmes Olympique que vous avez connu…

Il n’y a plus personne de ma génération, la réserve n’est composée que de jeunes. À part si un ou deux pros descendent, peut-être Gaëtan Paquiez ou Kelyan Guessoum, mais ça m’étonnerait.

Quel est le risque quand on affronte le dernier du championnat qui n’a pas gagné un match (deux nuls, huit défaites, NDLR) ?

C’est le manque d’humilité, car ce n’est jamais simple de battre des équipes qui jouent le maintien. Ce sont des équipes qui jouent leur survie et ce n’est pas pour autant qu’il faut baisser en qualité, bien au contraire. Ça serait sale qu’ils gagnent leur premier match de la saison contre nous.

Malgré le bon début de saison de l’OAC en championnat (huit victoires, deux défaites, NDLR), l’engouement en tribune est encore très mesuré. Pensez-vous que ce derby puisse constituer un déclic ?

Dans la tête de tous les Alésiens, ce match est perçu comme un derby. Donc on espère qu’il y aura du monde. Il faut que les gens nous poussent car le douzième homme sera important jusqu’à la fin de la saison. Même si on a la chance d’avoir quand même un bon public par rapport à beaucoup d’autres clubs de la division.

La trêve hivernale a été précédée d’une défaite à domicile (0-1) face à Agde. Cette longue pause vous a-t-elle permis de digérer ?

Ça nous a permis de nous remettre en question sur ce qu’on a mal fait. Contre Agde, il y a beaucoup de choses qu’on a mal fait. Mais quand on sort d’une défaite et qu’on ne joue pas derrière pendant un mois, c’est très difficile de digérer. On a donc hâte de rejouer pour retrouver le goût de la victoire.

Sur un plan personnel, vous avez été très actif depuis le début de la saison. Comment jugez-vous vos performances ?

C’est difficile de faire un bilan maintenant car on n’est pas encore à la mi-saison. Je me sens bien physiquement. On forme une doublette complémentaire avec Jérémy Balmy. Il me le dit souvent. J’ai un rôle un peu particulier, je suis une sorte d’homme de l’ombre. C’est un rôle où on se sacrifie. Mais je n’ai aucun souci avec ça si ça permet de gagner les matches.

Avez-vous été affecté psychologiquement par l’incident survenu le 6 novembre dernier à Pibarot lors de la réception du Stade Beaucairois 30 ? (∗)

Je pense que l’objectif du club est beaucoup plus important que des petites péripéties comme celle-là. Je travaille tous les jours pour arriver en fin de saison à remplir les objectifs du club, donc je n’ai pas le temps de m’arrêter sur des trucs comme ça. C’est pour ça que je suis vite passé à autre chose. C’est dans mon caractère !

Arrivé début janvier à Alès, Paul Bonneau va disputer ses premières minutes avec l’OAC ce samedi soir. Quelles sont vos premières impressions à son sujet ?

C’est un jeune joueur qui a malgré tout l’air d’avoir une certaine expérience. Il n’a que 20 ans mais a déjà fait des saisons en N3. Il arrive d’un club professionnel avec un centre de formation de haut niveau. Il a de vraies qualités techniques et ça va être intéressant pour nous car il va rajouter sa pierre à l’édifice. C’est un profil qui peut être complémentaire avec Arnold Abelinti. Et puis ça l’air d’être un gentil garçon, qui sait s’intégrer et se mettre au service du collectif.

Propos recueillis par Corentin Migoule

(∗) Le nez de Théo Peyrard a été fracturé après qu’il a reçu un coup de poing d’un membre du staff beaucairois aussitôt exclu par l’arbitre. Un geste condamné par les deux clubs. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité