A la uneActualitésNîmesSociété

FAIT DU SOIR Un regain de liberté pour Camille grâce à Pam

Camille Couston, 24 ans, et son chien guide, Pam. (Photo Yannick Pons/Objectif Gard)

Après avoir obtenu son certificat d’aptitude au guidage, la femelle labrador sable prénommée Pam a rejoint sa maîtresse, Camille Couston, le lundi 7 février. Depuis, elles apprennent à s’apprivoiser – car chacune a son petit caractère – pour s’affranchir des limites du handicap.

Marine Dupont et Sandie Besse de l’association des chiens guides d’aveugles de Provence Côte d’Azur Corse ont accompagné Camille et Pam pendant deux semaines. (Photo Yannick Pons/Objectif Gard)

Née sans iris, Camille a progressivement perdu la vue. Elle est aujourd’hui âgée de 24 ans et sa capacité visuelle se limite à distinguer le jour de la nuit et les couleurs vives, « si je suis en forme« , sourit-elle. Au fil du temps, la jeune femme a développé une force de caractère qui lui a permis d’accepter son handicap. Cependant, elle n’accepte pas que cet handicap dicte sa vie, l’empêche de vivre, la freine dans ses projets. Déjà en 2018 et alors qu’elle était lycéenne à Orange dans le Vaucluse, Camille avait fait une demande pour être accompagnée d’un chien guide. « Mais je n’étais pas prête« , concède-t-elle. La Vauclusienne devait alors se satisfaire de sa canne. « J’ai aimé m’en servir, cette canne m’a apportée une certaine liberté dans mes déplacements« .

Mais les années passant, Camille découvre également les limites de cet outil. « La canne permet de détecter des obstacles, mais il est parfois compliqué de les éviter. Et puis, pour répondre aux problématiques de la mobilité réduite, aujourd’hui, tout est aplani dans les centres-villes. Il y a de moins en moins de reliefs sur des places qui sont de plus en plus vastes« , explique Sandie Besse, directrice technique et éducatrice au sein de l’association Les chiens guides d’aveugles de Provence Côte d’Azur Corse(*). Cette dernière ne remet pas en cause la nécessité de ces aménagements, mais met en perspective la perte de repères pour les personnes non ou malvoyantes.

« La canne, ça m’a gonflé ! Et puis, on est dans le cliché des non-voyants, avec les lunettes… »

Fraîchement débarquée sur Nîmes en 2021, pour suivre un service civique au sein de l’association sportive de Bouillargues Escrime, Camille renouvelle sa demande pour avoir un chien. « La canne, ça m’a gonflé ! Et puis, on est dans le cliché des non-voyants, avec les lunettes… Je n’avais pas envie qu’on me mette dans une case. J’ai bien des copains qui me prennent au bras, mais c’est tout de même pénible de toujours dépendre de quelqu’un« , souffle celle qui se qualifie de rebelle. Rebelle oui, mais aussi mature et consciente alors de la responsabilité qui découlait d’un tel projet. Ce dernier a été validé par un psychologue et l’équipe des chiens guides d’aveugles de Provence Côte d’Azur Corse.

Camille a choisi Pam pour son caractère vif et joyeux. (Photo Yannick Pons/Objectif Gard)

Et tandis que Camille engageait ses démarches, Pam, une femelle labrador sable poursuivait son petit bonhomme de chemin au sein de l’association. Après avoir été confiée à une famille d’accueil de l’âge de deux mois jusqu’à ses 1 an, la chienne a rejoint le centre d’éducation des chiens guides à Lançon-Provence, auprès de Marine Dupont, élève-monitrice et Sandie Besse. Pour obtenir son certificat d’aptitude au guidage, Pam a dû apprendre une cinquantaine d’ordres mais aussi trouver des passages protégés, des portes etc. « Pam est très intelligente, trop même, elle a tendance à trop anticiper, ce qui empêche de repérer l’obstacle. Elle a également un côté vif, qu’il a fallu canaliser« , précise Marine. Le caractère bien trempé de cette femelle labrador n’est pas sans rappeler celui de Camille, elles étaient faites pour se rencontrer.

« Les gens se concentrent sur Pam, ils ne sont plus fixés sur mon handicap »

Pam a rejoint l’appartement nîmois de sa maîtresse le 7 février dernier. « J’étais stressée, elle aussi« , se souvient Camille. Pendant deux semaines, cette rencontre a été chapeautée par Marine et Sandie. Le quatuor a dû composer ensemble une partition de cinq parcours à travers la ville. « Nous sommes-là pour les guider toutes les deux, pour les rassurer, pour que la transition se fasse en douceur« , indique la directrice technique et éducatrice de l’association. Et la même d’ajouter : « Ensuite nous prendrons régulièrement des nouvelles« . Ces cinq tracés sont un premier pas avant la grande découverte. « C’est sûr, il y aura bien un moment où je vais me perdre, mais ça me fera une aventure à raconter« , s’amuse Camille tout en caressant Pam allongée par terre. Mais déjà, la Nîmoise d’adoption a constaté un changement : « socialement, c’est un véritable atout. Les gens se concentrent sur Pam, ils ne sont plus fixés sur mon handicap. Ils me tapent la discute, c’est chouette. » Il faudra encore plusieurs mois de pratique pour que Camille et Pam gagnent en confiance, mais une chose est certaine, ces deux-là font déjà la paire.

Stéphanie Marin

*Entre 1966 et 2022, plus de 635 chiens ont été éduqués, formés et remis à des personnes non ou malvoyantes par l’association des chiens guides d’aveugles de Provence Côte d’Azur Corse.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité