A la uneActualitésGardNîmes

NÎMES Récompensée pour avoir choisi un métier d’homme

Céline Husson suit une formation d'électricienne (Photo : Yannick Pons/ObjectifGard)
Céline Husson en formation dans les ateliers de l’Afpa de Nîmes (Photo : Yannick Pons/ObjectifGard)

L’Association pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) a mis en place en 2020 « Métiers pour elles », un trophée pour mettre en lumière des femmes qui ont fait le choix courageux, notamment par rapport à leur entourage, de s’orienter vers un secteur masculin où la part des femmes représente moins de 30%. Céline Husson est la lauréate du trophée « essenti’Elles » pour le Gard. Elle a choisi par conviction une formation de technicienne en électricité, un métier d’homme.

L’Afpa veut réduire les inégalités dans le travail et s’attaque à plusieurs axes comme le handicap, la discrimination raciale et la parité hommes-femmes. Le marché du travail reste marqué par une répartition des métiers très genrée avec à peine 12 % d’entre eux considérés aujourd’hui comme mixtes. « L’Afpa s’est fixée l’objectif qu’un tiers des métiers soient totalement mixtes en 2025« , explique Alain Mahé, directeur de l’organisme de formation en Occitanie et PACA.

Introduire de la féminité dans une équipe d’hommes augmente la productivité de l’équipe

À quelques jours de la Journée des droits de la femme (8 mars), « la féminisation des métiers est un enjeu de société et de pouvoir« , lance Florence Barral-Boutet, directrice départementale adjointe de la direction départementale du travail de l’emploi et des solidarités du Gard (DDETS), qui préside la remise des trophées. « On peut adapter les métiers qui pourraient paraître masculins aux femmes, par exemple avec les exosquelettes« , ajoute t-elle. À l’aide d’un outil fixé sur un ou plusieurs membres du corps humain on peut augmenter les capacités de force d’une femme.

Florence Ballat-Boutet souligne également que le fait d’introduire de la féminité dans une équipe d’hommes augmente la productivité de l’équipe. Célia Bogard, récemment, nommée directrice du centre Afpa de Nîmes à la place de… deux hommes, veut ouvrir d’autres horizons professionnels aux femmes : « Nous souhaitons porter à la connaissance de l’ensemble des femmes de tous âges que ces secteurs dits masculins leur sont ouverts.  Et surtout qu’elles pourraient s’épanouir dans ces métiers. »

« Je n’ai pas choisi ce métier par dépit mais par vraie conviction »

Céline Husson a été donc choisie par le jury parce qu’elle représente parfaitement cet état d’esprit. Elle a choisi une reconversion professionnelle, en passant par une formation Afpa, vers un métier où l’on rencontre 99% d’hommes. « Les femmes sont plus minutieuses que les hommes et donc parfaites pour le métier d’électricienne. Elles osent poser des questions car elles ont moins peur du regard des autres. Et cela me permet de mieux cerner leur niveau de compréhension », insiste Pascal Robert, l’électricien formateur de Céline.

Elle était agent de développement pour les territoires ruraux et lors de nombreux projets qu’elle a dirigés sur le terrain, elle a côtoyé et apprécié ce métier d’électricien. « Il arrive un temps où l’on veut se tourner vers d’autres horizons. Je cherchais un métier de terrain avec une période de formation courte », explique t-elle. La formation de technicienne d’équipement et exploitation en électricité, 1400 heures et 10 mois environ, coûte 16 170€.

Le tout est financé par la Région et l’État. L’Afpa Nîmes loge même ses apprenties gratuitement. Alors elle n’a pas hésité à venir à Nîmes et 11 mois après, un prix et un diplôme en poche elle posera sa plaque d’électricienne. « J’aimerais que les femmes sachent que c’est possible, notamment grâce à l’Afpa de Nîmes« , explique t-elle.

Audrey suit une formation de peintre en bâtiment (Photo : Yannick Pons/Objectif Gard)

Audrey, 41 ans et maman d’une petite fille de 5 ans et demi, a également suivi une formation. Après un licenciement, elle a refait la cuisine de ma mère pendant sa période de chômage et a eu un déclic : « Je me suis prise de passion pour la peinture. Je me suis renseignée auprès de l’Afpa sur cette formation de peintre en bâtiment que j’ai suivie. »

La mixité dans certains métiers est donc en marche. Avec la baisse du chômage et la reprise économique, les tensions sur certains métiers vont s’aggraver. En ouvrant d’autres opportunités d’emplois pour les femmes vers des secteurs en tension sur le marché du travail, la directrice du centre Afpa de Nîmes fait d’une pierre deux coups. Par exemple, le secteur du bâtiment dont les employeurs rencontrent de plus en plus de difficultés à pourvoir certains postes, verra son panel de candidatures s’élargir grâce à cette démarche. De plus, « un grand nombre des secteurs en tension correspond à ces métiers où les femmes représentent moins de 30%« , explique Célia Bogard.

Yannick Pons

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité