ActualitésAlès-CévennesPolitique

LÉGISLATIVES Les communistes Sylvain André et Ghislaine Soulet tendent la main aux forces de Gauche

Sylvain André et Ghislaine Soulet, chefs de file du Parti communiste sur la 5e circonscription, ont retiré leur candidature. (Photo Corentin Migoule)
Sylvain André et Ghislaine Soulet se présentent comme chefs de file du Parti communiste sur la 5e circonscription. (Photo Corentin Migoule)

Investis chefs de file par le Parti communiste pour les élections législatives sur la 5e circonscription, Sylvain André et Ghislaine Soulet ont, à l’occasion d’une conférence de presse lançant officiellement leur campagne, tendu la main aux autres forces de Gauche.

S’il portera le binôme communiste sur la 5e circonscription aux Législatives, Sylvain André a fait honneur aux dames en laissant à Ghislaine Soulet le soin d’introduire une conférence de presse organisée ce mardi après-midi au Prolé. L’ex-conseillère municipale d’opposition (Front de Gauche) à la mairie d’Alès de 2014 à 2020 a d’emblée apporté son soutien au peuple ukrainien, et regretté le timing de ce rendez-vous avec les médias locaux programmé avant que le conflit n’éclate.

« On mène une campagne de proximité en rencontrant la population quatre à six fois par semaine sur les marchés », a indiqué la retraitée qui, au moment de l’élargissement d’Alès Agglo, en 2017, avait œuvré à la réorientation d’un projet de territoire voté à l’unanimité. « Deux points du programme de Fabien Roussel nous paraissent en résonance avec la dynamique de la 5e circonscription : vivre dignement de son travail en sortant de ce modèle basé sur le chômage et les revenus d’assistance, et la question de la réindustrialisation de la France dont l’impérieuse nécessité a été mise en exergue par la pandémie », a développé Ghislaine Soulet, précisant par ailleurs qu’un habitant sur cinq du territoire vit sous le seuil de pauvreté.

Sortir la santé du secteur « marchand lucratif »

L’édile communiste de Cendras a repris la main en se posant, comme il a l’habitude de le faire, en défenseur des services publics. « J’ai un profond sentiment d’abandon des territoires ruraux sur la question des services publics. Dans le domaine de la santé, le Covid a aussi mis en exergue le manque de moyens de l’hôpital public. La question de la répartition des médecins-généralistes doit aussi être travaillée comme le suggère Fabien Roussel. Localement, la crise à Bonnefon est la preuve que la santé doit sortir du secteur marchand lucratif », étaye Sylvain André.

Des carences similaires seraient à combler dans le domaine de l’Éducation à en croire Ghislaine Soulet, laquelle s’inspire du programme du candidat des « jours heureux » : « Former 90 000 nouveaux professeurs pour assurer des remplacements et éviter les classes fermées est une urgence ! » S’il se dit « très favorable » à ce que les 577 députés de l’Assemblée nationale soient élus à la proportionnelle, le binôme, s’il venait à être élu en juin prochain, entend jouer le rôle d’« appui pour les élus de proximité » en faisant remonter leurs doléances jusqu’à la capitale. « Il faut aussi une certaine fermeté pour faire comprendre là-haut que certaines réglementations qui peuvent s’apparenter à des détails empêchent les communes de fonctionner », complète Sylvain André, citant pêle-mêle les obligations légales de débroussaillement et le porter-à-connaissance (PAC) de l’aléa feu de forêt.

« Une porosité de plus en plus forte entre la Droite et l’extrême-Droite »

Ces points exposés, le duo a ouvert la voie à l’union de « toutes les forces de Gauche » qui, à ses yeux, constituerait le meilleur moyen de glaner le plus grand nombre de sièges à l’Assemblée nationale. « On veut tendre la main au rassemblement pour les Législatives, c’est la raison pour laquelle on ne se positionne pas encore comme candidats, mais comme chefs de file », a d’abord exposé celui qui est président de l’association des maires ruraux du Gard. Et d’ajouter, avec toute l’autodérision qui le caractérise : « Moi j’ai qu’une main, je ne peux même pas me rattraper avec la seconde, comme quoi ma démarche est sincère (rires). »

Sur le même ton, Ghislaine Soulet s’est souvenue qu’aux Départementales, « le rassemblement des forces de Gauche n’était pas si évident mais nous y sommes arrivés ». Et l’ex-conseillère municipale d’opposition de croire : « En travaillant sur les contenus de nos projets, on pourra trouver un accord. Car les points qui nous rassemblent sont quand même plus nombreux que les points qui nous divisent. »

Invité à analyser la récente défaite d’un ami, celle de Jean-Michel Suau (associé à Geneviève Blanc) lors des élections départementales en juin dernier pour 27 voix au profit du binôme Bénézet-Boyer – lequel pourrait se reformer dans le cadre des Législatives -, Sylvain André la juge « injuste au regard de l’investissement » du désormais ex-conseiller départemental. Et d’enfoncer : « Plus qu’une défaite de la Gauche, ça met en exergue une porosité de plus en plus forte entre la Droite et l’extrême-Droite. À l’époque, les reports de voix au second tour ne s’opéraient pas de manière aussi marquée. »

Corentin Migoule

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité