A la uneActualitésCamargueEnvironnementGardPatrimoine

VAUVERT Le parc de l’Espérion donne tant d’espoir

(Photo Yannick Pons)
Un chantier de 2,7 hectares qui donnera le jour à un magnifique parc (Photo Yannick Pons)

Le projet du jardin Grégoire verra enfin je jour au début de l’été. Il est la pièce essentielle du futur parc de l’Espérion, sorti de terre auprès de sa fontaine. Ce chantier de 2,7 hectares soutenu par l’État, le département du Gard, la Région Occitanie, le FEADER et le SMEG, coûtera plus de 1,2 millions d’euros et devrait être finalisé pour le mois de juin.

Pierre Grégoire, qui ne voulait pas que ce terrain soit urbanisé, l’a offert à la commune afin qu’un jardin public soit construit. Jean Denat a ajouté au projet une parcelle de la commune où se situe la fameuse fontaine de l’Espérion pour créer un grand ensemble public de 2,7 hectares.

Un site qui sera l’écrin d’un théâtre de verdure

Ce sera un nouveau lieu de vie intergénérationnel, écologiquement exemplaire et attractif avec des aires de détente, des espaces pédagogiques (nichoirs, abris à insectes, indications historiques et naturalistes). « Un espace de vie, paysagé qui rappelle notre environnement, l’eau et les roseaux (marais), les petits sentiers, les vergers, des toilettes sèches et des jeux en bois » explique le maire de Vauvert qui ne cache pas son enthousiasme.

Jean Denat a planté les derniers arbres du site (Photo Yannick Pons)

Le site sera l’écrin d’un théâtre de verdure avec des gradins, un verger, des cheminements pour piétons, un terrain de volley, une table de ping-pong et une aire de jeux pour les enfants. Il y aura même de la clapissette, terrain propice pour y pratiquer la pétanque.

Sébastien Belliard, le conducteur de travaux, est confiant, c’est pour bientôt. Quarante trois arbres de bonne taille ont été plantés. Des tilleuls, zelkovas à feuilles rouges, érables champêtres, oliviers et fruitiers vont colorer cet espace public enlacé par un sentier de promenade. En son sein, un petit étang de 1300 mètres cubes flanqué de plantes immergées et jonché de roseaux, est déjà creusé et prêt pour la mise en eau.

Un espace préservé a été créé pour délimiter la zone où l’INRAP a trouvé des fours à matériaux en terre cuite romains datant du début de notre ère. Un carré d’herbes courtes abrite les vestiges romains ensevelis. Ils ne représentent pas une découverte d’envergure mais ils doivent être protégés. « Il n’y a pas le petit fils de Toutankhamon là dessous » s’amuse Jean Denat.

Une des deux citernes en pierre de taille enfouies (Photo Yannick Pons)

Avec ce projet, la fontaine de l’Espérion retrouvera tout son attrait. Elle sera remise en état et intégrée au parc. Elle est alimentée par une des deux citernes en pierre de taille enfouies sous la terre, situées en amont de la pente.

Les structures en béton des années 1980 laisseront la place à un mobilier naturel en bois. Un petit parking de onze places sera construit pour les visiteurs. Le parc bénéficie d’un lien très proche avec la voie verte. Il se situe tout près de la voie piétonne et cyclable le long du canal BRL qui relie Vauvert à Gallician et se prolonge jusqu’à Aigues-Mortes.

Ce parc public sera un exemple de mise en valeur du patrimoine, d’utilisation d’espaces et de rencontres intergénérationnelles ludiques et écologiques.

Yannick Pons

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité