ActualitésFaits DiversGardJustice

SOMMIÈRES Violences conjugales : « Je suis un gentil, moi, pas un méchant »

La salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
La salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
La salle d’audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Un héraultais de 27 ans, interdit de séjour dans le Gard, est condamné par le tribunal judiciaire de Nîmes ce jeudi 2 juin, à un total de 27 mois de prison ferme pour des violences sur conjoint, en récidive, à Sommières lundi 1er juin.

La veille, Julien rentre, ivre et sous stupéfiant, à 3h30 du matin, chez sa compagne à Sommières. Sans raison apparente, il lui donne plusieurs coups. Alertés par les cris, une voisine appelle les gendarmes qui découvrent la victime choquée et en pleurs. Mais à l’audience, le prévenu prétend que c’est elle qui le bat. « C’est elle qui a commencé à m’insulter et à m’attraper par derrière. Je lui ai juste donné une gifle, voilà », décrit-il en faisant de grands gestes. C’était invivable, je comptais partir de toute façon, j’étais en train de préparer mes affaires… »

« Pourquoi a-t-elle peur de moi ? »

Le président fait la moue et rétorque que les photos des enquêteurs montrent bien les coups reçus par la victime. « Il n’y a pas longtemps, elle s’est fait frapper par quelqu’un d’autre qu’elle avait hébergé, mais ce n’est pas moi, ce n’est pas possible, élude encore le prévenu, contre toute logique. Pourquoi a-t-elle peur de moi ? Je suis un gentil moi, pas un méchant… » Le juge tique franchement. « On va voir si vous êtes gentil », reprend Jérôme Reynes en déroulant son casier : plusieurs condamnations pour des vols sur personne vulnérable, des violences sur ascendant, et neuf mois de sursis pour violences habituelles sur son ancienne compagne, à Alès, l’année dernière. « Si ma femme me tape, je ne vais pas lui dire vas-y frappe moi ! », oppose encore Julien en croisant les bras.

Depuis cette dernière condamnation, Julien avait pour interdiction de se rendre dans le Gard. « Je vais rentrer chez moi dans l’Hérault, mais j’ai mes affaires et mon chien chez elle… », lâche-t-il avec désinvolture. Mais le récidiviste est lourdement condamné : 18 mois ferme, ainsi que la révocation de son sursis en cours de 9 mois, soit un total de 27 mois de prison ferme, qu’il exécutera à la maison d’arrêt de Villeneuves-lès-Avignon.

Pierre Havez

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité