A la uneSports GardUSAM

USAM Plombé par son entame, Nîmes sombre à Nantes

Benjamin Gallego et ses partenaires ont été balayés par le H (Photo Lisa Castres/USAM)
Mohammad Sanad et les Nîmois ont sombré à Nantes (Photo Lisa Castres/USAM)

Balayé 39-28 à Nantes, Nîmes a pris l’eau ce soir face au deuxième du championnat et sa série de six victoires consécutives prend fin. Malgré ce lourd revers, l’USAM a encore son destin entre ses mains pour accrocher la sixième place et l’Europe. Il faudra gagner les deux derniers matches de la saison. 

Dans cette deuxième partie de saison, le changement d’entraîneur a clairement eu un effet positif sur les résultats de l’USAM. Depuis la nomination de Yann Balmossière au poste de numéro un, Nîmes est invaincu en championnat et surfe sur une série de six victoires consécutives au moment de se présenter à la H Arena en clôture de cette 28e journée. Des succès, surtout à celui à Toulouse, qui ont permis aux Nîmois de se hisser à la sixième place, qui sera très probablement qualificative pour la coupe d’Europe la saison prochaine. Une quête avec une bataille à trois où se mêlent aussi les Haut-Garonnais, battus par le PSG (33-36) et Saint-Raphaël, qui compte un point de moins, vainqueur de Saran (30-33).

Seulement quatre buts marqués en 15 minutes !

S’imposer chez le deuxième Nantes s’apparente évidemment à un exploit. Et l’entame de match le confirme largement. Les premières minutes sont catastrophiques pour les visiteurs totalement dominés et dépassés. Les locaux mènent 5-1 après cinq minutes de jeu et Yann Balmossière pose déjà son premier temps mort. Il prend le deuxième à peine neuf minutes plus tard car le compteur affiche un cinglant 13-3 (14e). Nîmes rate tout ce qu’il entreprend. Les pertes de balles se multiplient et Nielsen est infranchissable avec dix arrêts réalisés sur ce premier acte. En face, l’adversaire réussit tout. Les filets tremblent à chaque action et les deux gardiens nîmois sont inexistants avec un seul arrêt réalisé à deux. Fait très rare, le futur gardien de Montpellier n’a fait aucune parade ce soir sur 25 tirs.

Ancien nantais, O’brian Nyateu a vécu une soirée compliquée (Photo Lisa Castres/USAM)

En sombrant, Nîmes accuse jusqu’à 11 buts de retard et n’inscrit que quatre pions sur le premier quart d’heure (15-4, 16e). À dix minutes du terme de cette première période, la Green team se réveille enfin portée par le trio Gallego, Minel et Sanad pour réduire l’écart. Au vu de l’archi domination du H, c’est déjà beau de rentrer aux vestiaires avec « seulement » six buts de retard (22-16). Après la pause, Guigou, qui dispute l’antépénultième match de sa carrière, fait son entrée en jeu. Nîmes n’inquiète pas vraiment le dauphin du PSG qui réussit à conserver facilement un matelas d’avance confortable (31-24, 46e). En plus des deux points du match, les Usamistes perdent aussi Poyet sur blessure.

Un calendrier final plus abordable

À l’approche du money time, Nantes parvient à reprendre dix unités d’avance et les Nîmois disparaissent de nouveau comme en début de partie. Les joueurs du H se délectent de convertir chaque erreur en but. « Évidemment que l’on prend l’eau mais je veux voir personne baisser la tête », tente encore de motiver le coach gardois. Ses joueurs s’inclinent finalement 39-28. Une soirée à vite oublier ! D’autant plus qu’il faut disputer les deux dernières journées en six jours avec la réception de Cesson dimanche et un déplacement mercredi à Limoges. Par rapport à ses deux concurrents, Nîmes dispose d’un calendrier plus favorable et a son destin entre les mains. Il suffit de gagner par deux fois pour accrocher l’Europe. Au même moment, Toulouse accueille Aix avant de finir à Nantes alors que Saint-Raphaël reçoit le PSG et termine à Chartres. Tout est donc encore jouable !

Corentin Corger

28e journée de Starligue. H Arena. Arbitres : MM. Bounouara et Sami. Nantes – USAM Nîmes Gard 39-28. (Mi-temps : 22-16). Deux minutes à Nantes : Cavalcanti (18e, 59e), Briet (25e), Shkurinskiy (28e), Marchan Criado (29e). Deux minutes à Nîmes : Minel (17e, 50e), Poyet (37e)

Nantes : Nielsen (12 arrêts sur 33 tirs dont 0/1 sur pen), Robin (1 arrêt sur 6 tirs dont 0/1 sur pen); Damatrin (2/2), Briet (3/3), Ovnicek, Persson (2/2), Rivera (8/10 dont 5/5 au pen), Cavalcanti (1/1), Shkurinskiy (1/1), Pechmalbec (6/6), Marchan Criado (2/2), Portela (1/1), Minne (6/7), Lazarov (1/2), Balaguer (3/4), De la Breteche (3/3). Entraîneur : Alberti Entrerrios. 

Nîmes : Desbonnet (0 arrêt sur 25 tirs dont 0/1 au pen), Paul (3 arrêts sur 17 tirs dont 0/4 au pen); Poyet, Gallego (4/5), Rebichon (1/2), Nyateu (1/3), Jakobsen (2/2), Gibernon (2/3), Guigou, M.Salou (4/7), Tobie (2/3), Acquevillo (0/1), Yasuhira, Minel (5/6), Bonnefond (1/3), Sanad (6/8 dont 2/2 au pen). Entraîneur : Yann Balmossière.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité