ActualitésFaits DiversJusticeNîmes

NÎMES Deux ans ferme pour une mule qui avait ingéré 89 sachets de cocaïne

gare Nîmes (photo Norman Jardin)
gare Nîmes (photo Norman Jardin)

Parti de Cayenne, un jeune guyanais de 18 ans, interpellé par la douane en gare de Nîmes le mardi 21 juin vers 13h10, avec plus de 800 grammes de cocaïne dans le corps, est condamné à trois ans de prison, dont un avec sursis.

Alors qu’il déclare venir passer un mois de vacances chez son cousin, Thierry ne porte pas de bagages et ne sait dire où il se rend aux douaniers qui le contrôlent, en gare de Nîmes, le mardi 21 juin. Dans son petit sac, ils découvrent seulement un téléphone éteint, un ancien billet d’avion daté du mois d’avril, et un cachet d’Imodium, un constipant. Après un test urinaire positif et un scanner, Thierry expulse en garde à vue, à l’hôpital, 89 petits sachets contenant un total de 827 grammes de cocaïne, d’une valeur de plus de 36 000 euros, mais ne répond à aucune question des enquêteurs.

Jugé en comparution immédiate pour détention, transport, et contrebande de stupéfiant, mardi 28 juin, la mule se montre peu loquace. « J’ai fait ce voyage car j’avais besoin d’argent pour acheter une voiture afin de travailler et d’aider ma mère qui galère un peu », se justifie-t-il. Mais le prévenu ne lâche aucune information sur ses commanditaires. « On est venu me proposer environ 5 000 ou 6 000 euros, en dehors du quartier, en Guyane et on devait venir me chercher à la gare, c’est tout ce que je sais », se limite-t-il à dire.

De 70 tonnes en 2010, à 310 tonnes en 2020

Mais son premier voyage à Toulouse interroge le tribunal. « Racontez-nous vos vacances du mois d’avril à Toulouse ? », lui demande la procureure. Le prévenu balbutie. « Je suis allé sur la place, acheter des trucs ». La magistrate se rassied. « C’est tout ce que vous avez vu ? Nous ne sommes pas dupes, vous savez ! », pointe-t-elle.

Selon les douanes, les saisies de cocaïne sont passée de 70 tonnes en 2010, à 310 tonnes en 2020. Le Parquet requiert trois ans d’emprisonnement contre la mule et une interdiction de séjour en Occitanie pendant 5 ans. « Si ces saisies sont encore rares en province, ce phénomène se développe de plus en plus : à titre d’expérience, les autorités ont averti, le mois dernier, les 280 voyageurs d’un vol Cayenne – Paris qu’ils seraient contrôlés à l’aéroport. Et bien cinquante personnes ont annulé leur vol, explique Estelle Meyer. Si l’on compte une moyenne d’environ 30 mules par vol, transportant chacune près d’un kilo de drogue, on voit que ce trafic est colossal. Or, sans mule, toute cette cocaïne n’inonderait pas la France, entraînant son lot de toxicomanes, d’overdoses et de criminalité. » 

Son avocat tente de mettre en avant le profil de la jeune mule. « Quel gâchis, il n’a même pas 18 ans, il est diplômé, réserviste dans l’armée et jeune papa d’une petite fille de 5 mois. Mais devant l’impossibilité de trouver du travail, il a pris ce risque pour gagner de l’argent facile, sans savoir quel risque il encourrait pour sa santé, ni sur le plan pénal, indique Julien Dumas Lairolle. Mais il aura 19 ans la semaine prochaine, il faut aussi prendre son âge en considération. »

Thierry est condamné à trois ans d’emprisonnement, dont un avec sursis, et à 33 000 euros d’amende douanière.

Pierre Havez

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité