ActualitésBagnols-UzèsPolitique

SAINT-NAZAIRE Le sous-préfet Frédéric Loiseau découvre les projets de la commune

Gérald Missour a accueilli le sous-préfet de l'arrondissement de Nîmes, Frédéric Loiseau, à Saint-Nazaire ce mardi. Il lui a présenté les projets structurants à venir dans sa commune. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Gérald Missour a accueilli le sous-préfet de l’arrondissement de Nîmes, Frédéric Loiseau, à Saint-Nazaire ce mardi. Il lui a présenté les projets structurants à venir dans sa commune. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce mardi, le sous-préfet de l’arrondissement de Nîmes, Frédéric Loiseau, était en visite à Saint-Nazaire. Cette commune d’environ 1 240 habitants, située entre Bagnols-sur-Cèze et Pont-Saint-Esprit, est administrée par le maire, Gérald Missour. Il ne manque pas de projets pour métamorphoser ce « village-rue », traversé par la Nationale 86 empruntée par 20 000 véhicules par jour. 

Saint-Nazaire a connu déjà pas mal d’évolutions depuis 2014 et l’arrivée de Gérald Missour à la mairie. On peut citer le city stade en 2018, le nouveau groupe scolaire à la rentrée 2019 ou plus récemment, en 2021, l’ouverture de la « Petite escale » composée de deux commerces : un tabac-presse et une boulangerie. Le nouvel objectif de l’équipe municipale en place est de créer une véritable place publique de village pour dessiner une « centralité » dans Saint-Nazaire. Pour cela, l’ancienne école primaire va être démolie. La première phase est prévue pour l’été 2022.

Ensuite, une Maison d’assistantes maternelles (MAM) sera édifiée en 2023-2024, ainsi qu’une buvette-bar en 2025. Pour 2023, la municipalité porte aussi un projet d’ombrières photovoltaïques sur le parking de l’école et sur un terrain adjacent qui deviendra lui aussi un parking de 78 places. L’équipe espère réaliser sa nouvelle cantine entre 2023 et 2024 également. Quant à l’ancienne cantine, elle devrait devenir la nouvelle bibliothèque et la vidéo-surveillance devrait être opérationnelle cet été, grâce à un financement de 40 % de la FIPD (Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation, NDLR).

40 % de logements sociaux : « Un village comme nous, cela n’existe pas »

« Plus à l’extérieur du village, on a également des projets de résidence seniors, de voirie pour désenclaver le centre du village ou encore de parc solaire sur l’ancien terrain de cross. L’idée, c’est faire de l’énergie tout en dépolluant le site et ainsi éviter que ce soit une succursale non-officielle de la déchetterie« , indique Gérald Missour. La vision pour son village y est. Ce qui est plus compliqué, c’est le financement.

En effet, Saint-Nazaire a la spécificité d’être une commune de 1 240 habitants avec officiellement 20 % de logements sociaux, 40 % en réalité si on compte plusieurs copropriétés. « C’est conséquent en termes de dépenses. Mais cela représente aussi des recettes fiscales en moins« , raisonne le maire.

Il rapporte au sous-préfet son souhait d’être rattaché aux Quartiers prioritaires de la Ville (QPV) de Bagnols ou de Pont-Saint-Esprit : « On a emprunté 600 000 € pour l’école, 500 000 € pour divers projets. Quand on peut compter sur notre autofinancement, on le fait. Si on bénéficiait du dispositif, ce serait plus confortable. Mais quand on parle de nous aux services, on nous répond qu’un village comme nous, cela n’existe pas« , lâche l’édile. Le sous-préfet répond : « Les QPV répondent à des critères très précis. Tout cela se regarde. Il faut savoir que le Gard est le département d’Occitanie avec le plus de QPV. 18 au total. C’est plus que l’Hérault qui en a 14 et la Haute-Garonne 16. »

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité