A la uneActualitésBagnols-UzèsSanté

BAGNOLS/CÈZE La maison médicale de garde ouvre à compter du jeudi 7 juillet

La maison médicale de garde ouvrira au sein des locaux du centre hospitalier, grâce à la mobilisation de médecins du territoire, et du soutien de l'Agglomération du Gard rhodanien et de la municipalité bagnolaise. (Marie Meunier / Objectif Gard)
La maison médicale de garde ouvrira au sein des locaux du centre hospitalier, grâce à la mobilisation de médecins du territoire, et du soutien de l’Agglomération du Gard rhodanien et de la municipalité bagnolaise. (Marie Meunier / Objectif Gard)

C’est officiel : la maison médicale de garde (MMG) ouvre à partir de ce jeudi 7 juillet à Bagnols-sur-Cèze. Plusieurs médecins des territoires bagnolais et uzétien ont relevé le défi de monter ce projet en trois semaines. Une prouesse quand on sait qu’en temps normal ce type de structures met au moins deux ans à voir le jour.

Cette ouverture aussi rapide a été rendue possible par la détermination des trois médecins à l’origine du projet et la réponse très favorable de leurs confrères. Aujourd’hui une trentaine de médecins installés sur le nord d’Uzès, et sur les secteurs de Bagnols et Pont-Saint-Esprit, se sont engagés sur le planning de garde de cet été. « On a un médecin sur toutes les vacations cet été. (…) Le calendrier est même à peu près plein jusqu’à la fin de l’année« , se réjouit Nathalie Frayssines, médecin généraliste à Bagnols-sur-Cèze, porteuse du projet avec les docteurs Julia Fidry d’Arpaillargues et d’Alexandre Court de Saint-Quentin-la-Poterie. Après une première réunion le 2 juin, ils ont créé « l’association des professionnels de santé du bassin de Bagnols » quatre jours plus tard.

L’initiative a aussi reçu un soutien du centre hospitalier qui fournit le matériel et héberge la maison médicale de garde au sein de ses locaux, avec les entrées régulées par une sonnette. L’Agglomération du Gard rhodanien verse une subvention de 4 000 € pour financer le logiciel médical et la ligne téléphonique, et la ville de Bagnols-sur-Cèze a recruté deux secrétaires qui assurent la partie administrative afin que les médecins puissent se concentrer essentiellement sur les consultations. « Ces trois acteurs ont été indispensables. Sans eux, on n’aurait pas pu ouvrir. Les subventions de l’ARS (Agence régionale de santé) n’ont pas encore été débloquées« , reconnaît Nathalie Frayssines.

D’ici la fin de l’année, six médecins de Bagnols et des villages alentours vont partir

Pour l’heure, la maison médicale de garde sera accessible uniquement en appelant au préalable le 15. Au bout du fil, un médecin régulateur décidera d’orienter le patient, selon ses symptômes, vers les urgences ou vers la maison médicale de garde. Dans cette dernière, seront pris en charge ce qu’on appelle couramment la « bobologie » et les soins non-programmés sans gravité immédiate, mais qui peuvent difficilement attendre le lendemain : infection urinaire, fièvre chez l’enfant, petites sutures… Cette garde sera assurée du lundi au vendredi de 20h à 23h, le samedi de midi à 20h et le dimanche, de 8h à 20h.

Par le passé, il y avait déjà eu une permanence de soins à Bagnols. Elle s’est finalement arrêtée, la médecine de ville de jour et les urgences le soir suffisaient. « On n’est plus dans ce cas de figure aujourd’hui« , constate Nathalie Frayssines. Le secteur de Pont-Saint-Esprit est classé en ZIP (zone d’intervention prioritaire) par l’ARS depuis quelques temps. Il a été fusionné avec celui de Bagnols-sur-Cèze qui hérite également de cette qualification en ZIP. Le sous-nombre de médecins par rapport à la population va encore se creuser car d’ici la fin de l’année, six médecins de Bagnols et des villages alentours vont partir.

Le covid-19 a eu au moins l’avantage de rapprocher les professionnels de santé

Comment lutter contre la désertification médicale ? Cette question, le corps médical se la posait déjà sur le territoire, avant même que le covid-19 apparaisse. La première évocation de ce projet de maison médicale a eu lieu il y a plus de deux ans. La pandémie a au moins eu l’avantage de rapprocher les différents professionnels de santé du territoire. Un véritable maillage s’est noué, quand ils ont dû gérer pendant des mois le centre de vaccination bagnolais. Maillage qui a été essentiel pour créer aussi vite cette maison médicale de garde. 

Mais la crise du covid-19 a aussi engendré une pression permanente et un épuisement général chez les soignants. L’actuelle crise des soins ambulatoires est particulièrement mal vécue, d’autant que la menace de réquisition médicale plane au-dessus des médecins. « Alors pour que cette maison médicale de garde fonctionne et que ce soit tenable pour les médecins, on a respecté les désidératas de tout le monde. On ne fera revenir personne de ses vacances« , indique Julia Fidry, qui loue « toute son admiration aux professionnels qui seront là cet été » en plus des horaires de leur cabinet.

La démarche a aussi été saluée par le directeur du centre hospitalier de Bagnols-sur-Cèze, Jean-Philippe Sajus, qui se réjouit « de cette articulation avec la médecine de ville« . Au moment même où le service des urgences bagnolais connaît de grandes tensions. Il appelle tous les habitants à passer systématiquement par le centre 15 pour organiser au mieux la prise en charge.

Marie Meunier

La maison médicale de garde sera ouverte du lundi au vendredi de 20h à 23h, le samedi de midi à 20h et le dimanche, de 8h à 20h. Il faut absolument appeler le 15 avant. Comme pour une consultation en journée, il faudra se présenter avec un moyen de paiement et une carte vitale. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité