A la uneActualitésFaits DiversGard

FAIT DU SOIR Le Gard brûle ce soir : plus de 750 hectares détruits, 70 villageois évacués et la météo qui fait craindre le pire

photo Sdis/30
Un incendie important en cours sur la commune de Bordezac Photo DR Objectif Gard

La journée a été classée à haut risque par les autorités. Elle l’est. Depuis ce jeudi matin, les incendies se succèdent dans le Gard avec près déjà près de 750 hectares brûlés, dont 150 hectares à Générac, près de Nîmes, une dizaine à Monfrin et Arpaillargues. Mais ce jeudi soir, les regards sont tournés vers les Cévennes embrasées par un feu gigantesque qui a pris dans un endroit escarpé et difficile d’accès.

En quatre heures, plus de 600 hectares ont été dévastés au dessus d’Alès dans le haut du département entre les communes de Saint-Ambroix et de Bessèges. C’est un mur de feu qui est aperçu à des dizaines de kilomètres à la ronde et dont l’épicentre est le village Bordezac. Une commune de 390 habitants dont 70 personnes ont été évacuées, les autres confinés, tandis que le souffle de l’incendie rugit sur les crêtes au dessus de Bessèges et Gagnières, des communes où les habitants sont confinés.

photo Sdis/30

Un village évacué, les pompiers protègent la caserne

Un incendie qui a pris à 16h et qui a fait immédiatement craindre le pire aux autorités. En effet, le secteur est boisé avec une végétation très sèche et avec un vent violent qui attise les flammes. Pour preuve, plus de 600 hectares avaient déjà brûlé à 21h. 500 pompiers du Gard bien sûr, mais aussi des départements limitrophes et même du grand sud sont en renfort, une colonne de l’Ain est en cours d’acheminement, tandis que 80 gendarmes quadrillent le secteur.

Pour les pompiers du Gard ultra mobilisés tout au long de la journée pour des départs de feu à répétition dans l’ensemble du département, la journée est longue et la nuit qui arrive nourrit quelques  craintes.  » On n’est pas optimistes pour les prochaines heures, les prochains jours. Du vent violent est annoncé avec un pic demain vendredi« , estime un officier pompier. Dans les Cévennes la noria des six Canadair et deux Dash ne parvient pas à réduire le sinistre. Dans la vallée de la Cèze, les souvenirs des deux grands incendies des années 80 à Portes et Gagnières surgissent de la mémoire des plus anciens.

Ce jeudi à 21h, les pompiers s’attèlent également autour de la caserne de Bessèges à proximité du stade Louis-Baudet, (voir photo ci-dessous) envahi par d’épaisses fumées. À Bessèges, une voiture munie d’un haut parleur sillonne les rues de la commune et demande aux habitants de rester confinés. Le maire de Saint-Ambroix, Jean-Pierre de Faria, a mis à disposition un centre d’accueil cette nuit pour les sinistrés.

À Bessèges avec les pompiers près de leur caserne envahi par la fumée (Photo Objectif Gard/ François Desmeures)
L’incendie de Générac a détruit 150 hectares. Photo Yannick Pons/ Objectif Gard

De nombreux départs de feu

Un peu plus tôt dans la journée, ce jeudi en fin de matinée, le bal des sirènes a débuté. Les pompiers ont multiplié les interventions, à Gallargues, près de l’autoroute, mais aussi à Montfrin et Arpaillargues où près de 20 hectares au total sont partis en fumée. L’autre grand incendie de la journée, probablement d’origine accidentelle avec l’étincelle d’un appareil de travaux public, a détruit près de 150 hectares à Générac, près de la route de Franquevaux.

Ce soir encore les pompiers sont parvenus à maîtriser cet incendie mais ils veillent à une éventuelle reprise. Un soldat du feu a été blessé lors de cette intervention, il a chuté, mais ses jours ne sont pas en danger. À Générac  comme ailleurs, les soldats du feu mais aussi les nombreux gendarmes qui sécurisent les sites concernés par les incendies sont parvenus à éviter le pire : que des personnes soient blessées ou brûlées et que des maisons soient détruites.

Édité : 40 personnes évacuées de Bordezac à Aujac dans une ferme auberge, ils ont depuis trouvé à se loger seuls. 30 sont au foyer de Robiac, La Croix. 15 sont au centre Vacanceze de Bessèges, tous sont issus du collège le Castellas.

Foyer de Robiac : 10 personnes dans les lits de camp, les autres préfèrent dormir dans leur voiture Photo : François Desmeures / Objectif Gard .

Boris De la Cruz (avec François Desmeures, Abdel Samari et Yannick Pons)

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité