ActualitésAlès-CévennesEnvironnementSociété

SAINT-JEAN-DU-GARD Les opposants à l’achat d’une ferme par la Légion pensent que l’armée ne tiendra pas ses promesses

Le 8 mai, c'est au col Saint-Pierre que les opposants s'étaient donné rendez-vous (photo François Desmeures / Objectif Gard)
Le 8 juin, les opposants s’étaient retrouvés, à Nîmes, devant la Safer du Gard (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Pour le collectif des Vallées cévenoles démilitarisées, le combat continue même après le vente de la ferme de Bannières à l’armée. Ils continuent de souhaiter que l’ensemble revienne à un paysan et pas seulement la mise en place d’un bail agricole. 

Quatre jours après l’information révélée par Objectif Gard, le collectif Vallées cévenoles démilitarisées réagit, par communiqué, à la vente de la ferme de Bannières bas au ministère des Armées. « Nous considérons que cette vente est une catastrophe pour Saint-Jean-du-Gard et tout le territoire environnant pour les raisons suivantes, écrit le collectif : omniprésence de militaires en armes dans le village, les forêts, les chemins de randonnée… ; terres agricoles gérées par l’armée ; un village accueillant familles et randonneurs perçu dorénavant comme « village garnison » ; impact sur le prix du foncier. »

Le collectif dénonce, au passage, le rôle joué par la Safer dans ce dossier qui n’a, selon lui, pas tenu ses missions dans cette vente. Et s’en prend aussi au cahier des charges réclamé à l’Armée qui, selon l’organisme foncier agricole, interdit les activités d’entraînement militaire dans la propriété. « À la vue des expériences passées, comment croire que ce cahier des charges engage réellement le ministère des Armées et que la Safer ait la volonté, ainsi que la capacité, de faire respecter ces clauses ? », s’interrogent les opposants. Le collectif, qui dit rester mobilisé, demande « que l’État remette à disposition la ferme et les terres afin que des paysans s’y installent durablement ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité