A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports GardVidéo

FAIT DU SOIR Les Crocodiles à la recherche d’un but

Moussa Koné et les Nîmois n'ont pas encore marqué (Photo Yannick Pons)
Malik Tchokounté est en quête d’un premier but (Photo Yannick Pons)

Après trois rencontres de préparation conclues sans victoire et sans but marqué, les Crocodiles doivent encore progresser à deux semaines de la reprise de la Ligue 2.

Les Nîmois ont quitté le terrain d’honneur de Mallemort (Bouches du Rhône) frustrés samedi soir. Avec la sensation de ne pas avoir fait un mauvais match, mais de ne pas être récompensés en retour. Pour la troisième fois en autant de rencontres de préparation, les Crocodiles ne se sont pas parvenus à marquer et ils ont à chaque fois été battus. L’histoire a souvent prouvé que les résultats des matchs amicaux ne présumaient en rien de la physionomie de la saison. Une chance pour Nîmes.

En revanche, les semaines de travail révèlent qu’il reste des points à améliorer. Tous les regards sont portés sur l’attaque du NO qui est restée muette en 270 minutes de match amicaux. Si on rajoute la fin du championnat 2021-22, le dernier Crocodile a avoir marqué reste Anthony Briançon, le 7 mai dernier à Toulouse (TFC – NO 2-1, 37e journée de L2). Cela fait donc 425 minutes que l’on n’a pas vu un but nîmois.

Koné + Tchokounté = 20 buts en 2021-22

Cette saison, le duo d’attaque de Nîmes devrait être composé de Malik Tchokounté et Moussa Koné. Le premier s’est montré prometteur dans son jeu de remise, mais il reste à créer une osmose entre les buteurs et des connections de jeu à trouver. À eux deux, ils ont marqué 20 buts en ligue 2 la saison dernière (11 pour Koné et 9 pour Tchokounté). Il ne leur manque plus qu’à débloquer leur compteur. À ce sujet, Nicolas Usaï prône la patience : « Il faut marquer, mais ça ne doit pas devenir un blocage. Il ne faut pas s’affoler »

Le technicien nîmois met en place un 3-5-2 pour la saison à venir. Il faut, là encore, créer des automatismes mais à Mallemort les circonstances n’étaient pas favorables car pas moins de huit joueurs (Omarsson, Eliasson, Doucouré, Malafosse, Poulain, Nasraoui, Benezet et Burner) avaient déclaré forfait. Sans profondeur de banc, il n’était pas possible de faire tourner son effectif malgré la chaleur étouffante (38° au début du match). Bastia n’avait pas ce problème et la fin du match s’est jouée justement sur la fraîcheur des joueurs corses entrés en seconde période. Mais il ne faut pas oublier que les Bastiais jouaient leur troisième match en cinq jours et qu’ils venaient d’avaler six heures de bus.

« Le 3-5-2 est un bon système quand on le maitrise »

La défaite de samedi ne devrait pas remettre en cause la défense à trois qui donne satisfaction au coach : « J’en suis content et aussi de la projection des pistons, mais il nous faut plus de qualité dans les centres ». Le défenseur Maël Durand de Gevigney y trouve aussi des avantages : « Ça apporte une solidité défensive sur la largueur, ça nous donne une grosse densité dans l’axe et la sentinelle nous permet de bien ressortir les ballons. Le 3-5-2 est un bon système quand on le maitrise ».

Il ne reste que 13 jours aux Nîmois pour totalement le maitriser et ils auront droit à une dernière répétition samedi au stade des Costières face à l’UNFP (Union nationale des footballeurs professionnels, NDLR). Ils devraient retrouver, à cette occasion, des anciens de la maison nîmoise comme Baptiste Valette, Arthur Pontet et Patrice Beaumelle. Mais ce soir là il ne faudra pas faire de sentiments, mais bien faire parler la poudre pour chasser les derniers doutes.

Norman Jardin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité