A la uneActualitésNîmesSociété

L’INTERVIEW Le général Éric Chuberre tire le bilan sécurité de la feria : « 80 permis retenus et deux refus d’obtempérer »

Le général Éric Chuberre, commandant du groupement de gendarmerie du Gard. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

La feria des Vendanges s’est achevée hier, dimanche 18 septembre, après trois jours de fêtes. Des festivités au cours desquelles a été mis en place un important dispositif de sécurité et de secours. Côté gendarmerie, le général Éric Chuberre, commandant du groupement de gendarmerie du Gard, fait le bilan des opérations réalisées par ses effectifs.

Le général Éric Chuberre, commandant du groupement de gendarmerie du Gard. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

ObjectifGard : Comme à chaque feria, un important dispositif de sécurité a été mis en place place entre le 16 et le 18 septembre. Qu’est-ce que ça représente en nombre d’effectifs chez les gendarmes ?

Le général Éric Chuberre : 95 militaires étaient sur le terrain, comprenant le personnel d’active et réservistes. Parce que sans les réservistes, on ne pourrait pas monter un dispositif aussi dense dans la mesure où dans le même temps, nous avons eu une importante affaire judiciaire suite à l’homicide involontaire du Grau-du-Roi, entre autres affaires à suivre en parallèle de la feria. Ce nombre important d’effectifs sur le terrain permet d’être au plus près de l’hyper centre pour éviter de perdre dans la nature d’éventuels automobilistes en infraction.

Cette feria est différente de celle de Pentecôte en termes de fréquentation. Cela induit-il une organisation différente pour les forces de l’ordre ?

C’est une feria plus gardoise, mais nous gardons la même vigilance et la même exigence. Si la fréquentation n’est pas identique, le sujet l’est c’est-à-dire conserver l’esprit de la fête et éviter de l’endeuiller. Donc en matière de flux, il est tout aussi important pour nous de contrôler les retours pour éviter le drame. Les dispositifs sont donc de même intensité. Nous avons démarré les contrôles dès le jeudi soir car si on n’est pas présents, même lorsque les enjeux sont moins forts en termes de fréquentions, le message de prévention peut être oublié. On n’interdit pas aux gens de boire, de faire la fête, mais quand ils rentrent, ils doivent respecter des règles, avoir le réflexe de choisir un « Sam » avant la soirée. On a constaté au cours des soirées de vendredi et samedi qu’il y avait majoritairement des « Sam » au volant, même si on a encore fait beaucoup trop d’alcoolémies.

Quel est donc le bilan chiffré de cette feria ? 

Sur les nuits du 16 au 17 septembre et du 17 au 18 septembre, nous avons contrôlé 3 289 véhicules, constaté 74 alcoolémies délictuelles et 91 contraventionnelles. On est globalement à 2,20 % d’automobilistes en infraction. Mais concernant les délictuelles, nous avons eu des taux très élevés. Un automobiliste a été contrôlé positif avec un taux 1,28mg d’alcool par litre d’air expiré, ce qui fait 2,56g/l dans le sang (la limite autorisée est de 0,50g/l de sang, NDLR). À ce niveau-là, c’est prendre des risques pour soi, pour les autres usagers de la route. Nous avons enregistré 11 infractions aux stupéfiants et ainsi retenu 80 permis de conduire.

Quelle est la comparaison par rapport à l’année dernière ?

Nous avions fait plus de contrôles, je pense que le vent qui a soufflé fort sur Nîmes samedi soir, a joué sur la fréquentation. En 2021, nous avions contrôlé 4 850 véhicules et notifié 66 alcoolémies délictuelles et 94 contraventionnelles.

Sur les personnes contrôlées, des comportements particuliers ont-ils été observés ? 

Globalement, l’ambiance était plutôt détendue, les échanges se faisaient facilement, on a vu des personnes contentes d’avoir passé un bon moment. Nous avons tout de même eu deux refus d’obtempérer, un le vendredi et un le samedi. Sur ce dernier, l’automobiliste a abandonné son véhicule pour prendre la fuite à pied. Sauf qu’il a laissé dans sa voiture sa cargaison de stupéfiant, sa recette de la soirée et tous les éléments nécessaires pour l’identifier. Dommage pour lui.

Propos recueillis par Stéphanie Marin

>> À lire aussi : NÎMES. Un important dispositif GHB pour assurer la sécurité de la feria des Vendanges.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité