A la une
Publié il y a 4 mois - Mise à jour le 19.07.2022 - tony-duret - 2 min  - vu 6593 fois

ALÈS Patrick Bruel séduit plus de 3 000 personnes dans des arènes bouillantes

Patrick Bruel aux arènes d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Ce lundi 18 juillet, Patrick Bruel était dans les arènes du Tempéras dans le cadre de la programmation d'Estiv'Alès. Une date qui restera certainement dans la mémoire des très nombreux fans qui ont fait le déplacement. 

La chaleur n'a visiblement pas d'emprise sur l'amour du public pour un artiste. Ce lundi soir, dans une atmosphère étouffante, les arènes d'Alès étaient pleines à craquer (3 200 spectateurs selon les organisateurs, NDLR). Signe de cette ferveur : pendant plusieurs heures, de nombreuses personnes ont attendu sous la canicule pour obtenir un précieux siège en bord de scène.

Les arènes du Tempéras à Alès étaient pleines pour le concert de Patrick Bruel. Photo Tony Duret / Objectif Gard

En plus d'une bouteille d'eau, il fallait s'armer de patience. Car avant de voir l'interprète de Casser la voix, c'est une jeune alésienne, Justine Mayer, qui a joliment fait résonner la sienne. Pendant une grosse demi-heure, la prometteuse artiste a alterné entre des chansons mythiques d'Adèle ou Freddie Mercury et quelques agréables compositions.

Justine Mayer a fait la première partie de Patrick Bruel. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Si l'accueil que le public alésien lui a réservé est resté très chaleureux, il n'était qu'un bref aperçu de l'ovation reçue par Patrick Bruel quelques instants plus tard, vers 22h. Guitare en main, l'artiste entre en scène dans un nuage de fumée et s'assoit à quelques mètres de son public pour livrer ses premières chansons. Le karaoké géant commence. Toute la soirée, ses admiratrices - les femmes étaient largement majoritaires dans le public - ont entonné avec lui ses plus grands succès.

Patrick Bruel aux arènes d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Sympathique, souriant, presque bavard, Patrick Bruel donne le change et ponctue ses morceaux de quelques anecdotes sur sa vie. Un amour de jeunesse, son précédent passage à Alès qu'il situe autour de "1995-1996", ses vingt ans à New-York et son grand étonnement en découvrant que son ami Gérard Presgurvic compte des fans dans le public alésien. Et puis le karaoké reprend de plus belle : Place des grands hommes, Alors regarde, Au café des délices. Tube sur tube. Les arènes dansent, virevoltent même, sur Mon amant de Saint-Jean. Les spectateurs sont debout, sous le charme, comblés. Une belle soirée auprès d'un ami de trente ans.

Tony Duret

Quelques photos et vidéos :

Patrick Bruel aux arènes d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Patrick Bruel aux arènes d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Tony Duret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais