A la une
Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 07.01.2022 - corentin-migoule - 3 min  - vu 724 fois

LÉGISLATIVES Philippe Ribot investi candidat par l'Union des démocrates et indépendants (UDI)

Philippe Ribot, maire de Saint-Privat-des-Vieux. (Photo Objectif Gard)

Tandis que les candidatures s'amoncellent sur la 4e circonscription à moins de six mois des élections législatives, Philippe Ribot, maire de Saint-Privat-des-Vieux, vient d'être investi par l'Union des démocrates et indépendants (UDI). 

Les velléités électorales de certains élus locaux pour ce qui à trait aux élections législatives (12 et 19 juin 2022) se manifestent avec plus d'ardeur ces dernières semaines. La bataille s'annonce féroce pour succéder à Annie Chapelier sur la 4e circonscription qui s'étend d'Alès à Pont-Saint-Esprit, et de La Calmette à Barjac. À Gauche comme à Droite, d'aucuns espèrent encore l'union qui a fait ses preuves lors des dernières élections départementales. Mais parce qu'il est parfois trop difficile de faire le choix de s'effacer au profit d'un candidat dont on n'a pas la certitude qu'il est le mieux placé pour l'emporter, les candidats à la... candidature ne manquent pas dans chaque parti, tandis qu'un accord entre plusieurs appareils politiques aux sensibilités proches mais différentes n'est pas une évidence.

Chez Les Républicains, l'inusable Max Roustan (77 ans) semble bien décidé à jouer les prolongations en sortant par la "grande porte". Maire de Saint-Privat-des-Vieux et président de l'association des maires du Gard, Philippe Ribot jouit quant à lui d'une voix qui porte de plus en plus dans le paysage politique alésien. Rasséréné par sa réélection au conseil départemental le 27 juin dernier en binôme avec Valérie Meunier (LR), le sexagénaire dit avoir "passé l'âge d'être suppléant à 60 balais" et ne se contentera donc pas d'une place de second couteau.

"On choisira le meilleur candidat"

"J'espère pouvoir compter sur la 4e circonscription", exprimait-il en début de semaine sur Objectif Gard (relire ici). Depuis cette déclaration, certains ont passé la seconde. C'est le cas de Jean-Pierre de Faria, maire (centre-droit) de Saint-Ambroix et patron du réseau Gard entreprises. Au détour d'une conversation téléphonique portant sur les projets communaux en début de semaine, le septuagénaire (70 ans) émettait sa volonté de se porter candidat aux élections législatives sur la 4e circonscription. Pas échaudé par sa conquête manquée de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) auprès de Philippe Broche à l'automne dernier, l'édile saint-ambroisien se dit gonflé à bloc pour devenir député, comme il le confie à nos confrères de Midi Libre ce vendredi matin.

Mais, Jean-Pierre de Faria part-il en solitaire ? Par quel parti est-il investi ? Certainement pas par l'Union des démocrates et indépendants, parti politique apparenté centre-droit. "Je viens d'obtenir l'investiture", annonce Philippe Ribot (UDI), qui "ne sait pas par qui est soutenu M. de Faria". Pour autant, l'édile saint-privaden ne tombe pas des nues en (re)découvrant dans la presse la candidature du président de Gard entreprises : "J'étais au courant, il m'en avait fait part." Et Philippe Ribot d'ajouter : "Ça ne change absolument rien à ma démarche. Il y aura des discussions nationales et locales et on choisira le meilleur candidat. Je reste un fervent supporter et acteur de l'union de la Droite et du Centre."

Avec un brin de clairvoyance, en lisant entre les lignes, on pourrait croire que le président de l'association des maires du Gard mise secrètement sur une rétractation de dernière minute de Jean-Pierre de Faria, comme cela avait été le cas pour les Départementales alors que le dernier nommé avait un temps projeté de s'y présenter. Tandis qu'un conseil national "exceptionnel" de l'UDI se tiendra à la fin du mois de janvier, Philippe Ribot s'exprimera "plus librement et de manière plus complète" à l'issue de ce rendez-vous au cours duquel les velléités présidentielles du parti seront aussi évoquées. Quant à Max Roustan (LR), l'avenir dira si son intention de briguer un nouveau mandat de député relevait d'une farce dont il a le secret ou d'une réelle envie de porter une dernière fois la voix des Cévennes à l'Assemblée.

Corentin Migoule

Corentin Migoule

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais