A la une
Publié il y a 5 ans - Mise à jour le 13.07.2017 - anthony-maurin - 2 min  - vu 1638 fois

NÎMES Rammstein, première et exceptionnelle représentation

Dehors... Les arènes semblent en feu! (Photo Anthony Maurin).

Voilà, la première des trois dates nîmoises du groupe de métal allemand Rammstein s'est tenue avec panache et a su offrir des sensations fortes aux aficionados du genre... Mais pas que!

Qui a dit que l'Allemand n'était pas une langue harmonieuse? Il est certain que dans notre sud de la France, elle n'est pas en odeur de sainteté mais que dire de ce groupe qui est hors du commun et qui met sur le devant de la scène la langue de Goethe et un show invraisemblable.

Les fans de la première heure attendaient sur le parvis depuis la veille pour être au premier rang de cette première représentation nîmoise (Photo Anthony Maurin).

Si vous vous rappelez de la folie furieuse menée par les fans des freluquets membres allemands de Tokyo Hôtel et de leur coiffures si atypiques, vous allez adorer l'autre groupe germanophone, le vrai, celui qui a vendu le plus d'albums à travers le globe avec 20 millions d'unités, olé, à savoir... Rammstein!

Grimé mais toujours aussi élégant en changeant de tenue après chaque titre Till Lindemann demeure un artiste hors norme (Photo Anthony Maurin).

Après un passage dans ces mêmes arènes de Nîmes voilà déjà 12 ans (juillet 2005), le groupe de métal originaire de l'Allemagne de l'est est en tournée et compte bien marquer l'histoire. Une tournée internationale qui voit le groupe grappiller quelques dates en Europe. Après une session parisienne et un bref passage au HellFest, c'est à Nîmes, dans l'amphithéâtre qui les fait tant vibrer, que les musiciens de Rammstein s'installent pour trois jours, trois jours...

Rouge de sang, les arènes sont un écrin parfait pour ce genre de concert (Photo Anthony Maurin).

La première représentation aura été à la hauteur des pourtant inaccessibles espérances. Celles et ceux qui étaient de la partie en 2005 s'en souviennent encore, ceux qui étaient là en ce jour de grâce du 11 juillet 2017, s'en rappelleront aussi sans trop d'effort. Du visuel, du son et des flammes. Voilà le triptyque que viennent chercher les amateurs de métal. A Nîmes, tout le monde en a eu pour son compte, même les traditionnels 105 décibels à ne pas dépasser!

Toujours aussi à son aise, Rammstein met Nîmes dans sa poche (Photo Anthony Maurin).

Ils étaient venus des quatre coins de l'Europe. Allemand, Italiens, Espagnols, Anglais bien sûr mais on aura aussi croisé des Français, des Portugais, des Suédois... Bref, un concert cosmopolite, une séance enchantée de chant et de feu. Il n'y a pas à dire, Rammstein assure et son chanteur, Till Lindemann, n'y est pas pour rien! Le bougre est un artiste comme on en croise peu. Il chante, écrit, compose mais a commencé comme nageur de haut niveau. En tout cas, devant 12000 personnes, il ne boit pas la tasse et offre même quelques jolies facéties à ses fans.

Une petite prière et ça repart pour une virée en enfer (Photo Anthony Maurin).

Les autres membres du groupe jouent volontiers le jeu de la folie et de la démesure. Ils arrivent sur scène par les airs, sont tantôt coincés dans une baignoire et aspergés de flammes, tantôt costumés en esclave SM. De leur gratte (qui contient un réservoir), ils projettent des flammes de 10 mètres en même temps que des sons cristallins. Sur la scène, les effets pyrotechniques sont grandioses et fantasques, à l'image de ces flammes guidées qui survolent la fosse et le public en délire.

Voilà voilà...! (Photo Anthony Maurin).

Un concert exceptionnel qui laisse sans aucun doute penser que les deux autres dates seront tout aussi efficaces!

Anthony Maurin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais