Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 06.06.2022 - yannick-pons - 3 min  - vu 521 fois

VAUVERT L'art abstrait pour tous

Guillaume Bottazzi fresque dans l'école maternelle Lucette Abauzit Vauvert (Photo Yannick Pons) - Yannick Pons

Guillaume Bottazzi guide les enfants de grande section dans l'école maternelle Lucette Abauzit de Vauvert (Photo Yannick Pons) • Yannick Pons

Guillaume Bottazzi, artiste Français installé à Bruxelles, s'apprête à incruster un vitrail de presque cent mètres carrés sur le mur de l'entrée principale d'un des bâtiments des Bosquets à Vauvert. Il profite actuellement de sa présence en Camargue pour enseigner bénévolement l'art abstrait aux enfants des écoles de Vauvert.

Guillaume Bottazzi, artiste Français installé à Bruxelles, a signé plus d'une centaine d'oeuvres gigantesques dans les espaces publics du monde entier (Tokyo, Paris...). Cet inconditionnel de la neuroesthétique s'apprête à incruster un vitrail inamissible de presque cent mètres carrés sur le mur de l'entrée principale d'un des bâtiments des Bosquets à Vauvert.

Cette oeuvre, en forme d'immense vitrail, demande une dualité de talents que possède l'artiste. Il s'agit non seulement d'une impulsion de création de dégradés de couleurs sous forme de poudre d'encre disséminée sur une vitre de cent mètres carrés. Mais aussi d'un travail artisanal qui consiste, par de hautes températures, à fixer éternellement les couleurs dans le support en verre. Ce que l'on appelle vulgairement des émaux. Bottazzi veut que la beauté de l'art contemporain ne soit pas uniquement accessible aux riches. Il désire que l'art abstrait soit accessible à tous, même dans les quartiers populaires. Parce qu'une étude effectuée sur ses oeuvres notamment, démontre une réaction neurologique (sécrétion de dopamine) dans le cerveau qui réduit l'anxiété du regardeur comme peut le faire la musique pour celui qui l'écoute.

Améliorer les conditions de vie

Cette oeuvre s'inscrit dans le projet de Jean Denat, maire de la ville, d'aménager le quartier des Costières dans sa volonté du mieux vivre qu'il porte actuellement dans sa ville. Intention déjà initiée par plusieurs actions avec le jardin des Molines, la réhabilitation esthétique et énergétique des immeubles du Bosquet, ou le parc tant attendu de l'Espérion.

Les deux hommes se rejoignent ainsi dans la droite ligne de la neuroesthétique. Notre cerveau, confronté à des images d'un niveau d'esthétique particulier, sécrète des neurotransmetteurs, comme la dopamine, qui activent le circuit du plaisir. Se sentir bien là où l'on vit est primordial pour Jean Denat. Pendant l'été, ce vitrail géant sera agrafé par pièces de quatre mètres carrés sur la façade de l'immeuble, comme une deuxième peau. Nul doute que l'inauguration sera un moment empreint d'émotion.

Les enfants de Vauvert peignent leur propre fresque

En attendant ce jour, depuis le 30 juin, Guillaume Bottazzi est habité par la volonté d'initier les enfant à l'art abstrait contemporain. C'est ainsi que bénévolement il arpente les écoles de la ville autour d'un projet de fresque peinte par les bambins dans leur propre endroit.

À l'école maternelle Lucette Abauzit, Agnès accompagne sa classe de grande section dans le projet. "Ils ont adhéré au projet et là, je vois qu'ils sont à fond. Ils attendaient l'arrivée de l'artiste avec impatience", explique la professeure des écoles. Cette oeuvre, ils l'ont modélisée ensemble les jours précédents. Tout a commencé par un dessin confectionné par chacun d'eux sur la consigne du printemps. Ils ont ensuite travaillé par groupes de cinq et choisi les meilleurs morceaux des dessins de tous afin de former un assemblage, dominé par les tons verts et jaunes. Ce patchwork en modèle, ils ont finalisé cette grande fresque, guidés par l'artiste, dans la salle de motricité de leur école. "Je ne les laisse pas dans la contrainte, j'essaye d'ouvrir leur esprit. Il ne s'agit pas de reproduire un soleil jaune, qui revient à dessiner une forme déjà vue. Je les guide à faire ce qu'ils ont en eux, même si la forme n'est pas reconnaissable. On s'inspire du patchwork mais je les guide pour aller ailleurs. C'est essentiel pour construire sa confiance en soi", lance l'artiste.

Guillaume Bottazzi guide les enfants dans la création d'une fresque à l'école maternelle Lucette Abauzit Vauvert (Photo Yannick Pons) • Yannick Pons

Et ailleurs, ils y vont. D'autres formes et d'autres couleurs arrivent, comme le orange et le rouge, ou le bleu. Au moment de cette étape, ils sortent ce qu'ils ont vraiment au fond du coeur. Pari réussi pour le peintre pédagogue.

Dans une véritable démarche humaniste, Guillaume Bottazzi souhaite sensibiliser les enfants à l'art abstrait, qui constitue pour lui une indispensable nourriture de l'esprit. "L'important c'est eux. Ces enfants ne votent pas alors personne ne prend soin d'eux. Moi je le fais parce que c'est à cet âge que l'on peut faire passer les bases de l'art abstrait et initier une telle introspection", ajoute-t-il. Il a écrit un livre pédagogique à l'endroit de tous les enfants. "Je découvre l'art moderne" est le premier livre qui explique les principaux mouvements de l’art moderne et contemporain aux enfants de 7 à 13 ans.

Le livre pédagogique de Guillaume Bottazzi est sorti au mois de mai 2022 (Photo Yannick Pons)

Ce livre, destiné à accompagner la scolarité, retrace l'histoire de l'art contemporain depuis plus d’un siècle. Facile d’accès et ludique, il est aussi un véritable atelier portatif qui enseigne les techniques de la peinture et la fabrication des couleurs.

Yannick Pons

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio