Actualités
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 11.11.2018 - veronique-palomar - 2 min  - vu 449 fois

AIMARGUES Le village a désormais une rue "colonel Arnaud Beltrame"

Photo Véronique Camplan)

Aimargues, inauguration de la rue colonel Arnaud Beltrame , deux hommages vibrants, l''un du maire d'Aimargues, Jean-Paul Franc, l'autre de Laurent Rougès, commandant de la gendarmerie départementale (photo Véronique Camplan)

Entre menaces de pluie et éclaircies, en ce dimanche de commémoration d'armistice, le maire d'Aimargues, Jean-Paul-Franc, avait donné rendez-vous à la population, aux élus, aux gendarmes et aux pompiers pour dévoiler le nouveau nom de la rue du Verger qui mène à la gendarmerie et qui, désormais, s'appellera la rue colonel Arnaud Beltrame.

Si la rue n'a pas été rebaptisée plus tôt c'est parce que le maire de la ville souhaitait rendre un hommage fort, à celui qu'il considère, à l'instar de la nation, comme un héros. Quel meilleur jour donc que celui du centenaire  de l'armistice de la Grande guerre, pour lui rendre hommage. Ce jour où, dira Jean-Paul Franc en substance, nous rendons hommage au courage, de soldats qui se sont sacrifiés pour la liberté et la paix, tout comme le colonel Beltrame s'est sacrifié pour sauver la vie d'une jeune mère de famille, victoire du courage face à la lâcheté terroriste… Et de souligner au passage le rôle prépondérant de la gendarmerie qui assure au quotidien la sécurité des citoyens. Transition toute trouvée pour Laurent Rougès, commandant de la gendarmerie départementale, qui a rappelé le parcours exemplaire de l'élève puis du gendarme et de l'officier Beltrame.

Rubans et drapeaux

Puis les deux hommes ont dévoilé la plaque avant de se rendre à la mairie puis au Monument aux morts pour la cérémonie de commémoration.

Véronique Palomar-Camplan

Arnaud Beltrame

Arnaud Beltrame, né le 18 avril 1973 à Étampes et mort le 24 mars 2018 à Carcassonne, est un officier supérieur de gendarmerie française, connu pour s’être volontairement substitué à une otage au cours de l’attaque terroriste du 23 mars 2018 à Trèbes et avoir succombé aux blessures reçues à cette occasion.

Ce sacrifice jugé héroïque, qui a eu un grand retentissement en France et à l'étranger, lui a valu un hommage officiel de la République. Le président de la République, Emmanuel Macron, a déclaré que le lieutenant-colonel Beltrame méritait « respect et admiration de la nation tout entière ». Il était marié sans enfant.

Véronique Palomar

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais