Actualités
Publié il y a 5 ans - Mise à jour le 21.11.2017 - florence-genestier - 2 min  - vu 724 fois

AIMARGUES Tapage virtuel pour un (futur ?) mur anti-bruit

Lundi, au conseil municipal le maire Jean-Paul Franc présentera un voeu pour la construction d'un mur anti bruit sur la RD6313, plus connue sous le nom de route des plages. L'occasion d'un accrochage sur facebook avec son ex-première adjointe et conseillère départementale, Caroline Breschit
Les élus d'Aimargues se querellent sur les réseaux sociaux pour savoir à qui incombera le financement d'un mur anti-bruit.

Texte de la motion de soutien au mur anti-bruit publié par le maire d'Aimargues sur sa page facebook

Rien ne s'arrange entre le maire d'Aimargues et président de la CC Petite Camargue, Jean-Paul Franc et son ex-première adjointe, Caroline Breschit, conseillère du canton d'Aigues-Mortes. La scène locale n'étant pas assez large pour les deux, la polémique a enflé sur les réseaux sociaux et notamment le premier d'entre eux, Facebook.

Dans un post lundi soir, le maire d'Aimargues partage le texte de la motion. Les mots sont pesés, il est question de nuisance et de sécurité et l'interpellation se veut forte et solennelle. Le texte devrait être adopté si les élus suivent leur premier magistrat et sera adressé au Préfet et au président du conseil départemental. Suite à cette publication, Caroline Breschit commente, puisque le maire sollicite la participation financière du Département au financement du mur. Et en profite pour rappeler que l'édification d'un mur anti-bruit appartenait aux promesses de campagne du maire actuel, qui entre autres équipements  promettait "un amènagement sécuritaire et de bien être dans le quartier de la Garrigue" avec, en prime, une piste cyclable.

Qui paye ?

Pour Caroline Breschit, il ne semble pas évident que le Conseil départemental puisse financer un tel aménagement. Une bête affaire de chronologie. "Dans le cas de la RD 6313, la réalisation de la ZAC la Garrigue étant postérieure à la construction de la route, le Département n'a aucune obligation, car il n'est pas face à une infrastructure nouvelle. Seules des modifications significatives, telle que l'aménagement d'un carrefour denivelé, ou le doublement des voies par exemple, astreindraient le département à réaliser des aménagements spécifiques." L'élue indique avoir rencontré aussitôt Martin Delord, vice-président en charge des infrastructures routières, "qui a mandaté les services afin d'étudier la responsabilité en matière de ce type de protection et à quelle collectivité territoriale elle incombait." Pas question pour autant de délaisser les riverains de la Garrigue :  "je me suis engagée à me battre à leurs côtés afin que la/les collectivités concernées les sécurisent de la meilleure manière qu'il soit." Bref, le concours de celui qui sera le plus à l'écoute du quartier de la Garrigue est ouvert à Aimargues. Rendez-vous lundi soir à l'hôtel de Ville pour savoir qui finalement devra financer le mur anti-bruit si le tintamarre rebondit !

florence.genestier@objectifgard.com

Florence Genestier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais