Publié il y a 5 ans - Mise à jour le 01.04.2019 - elodie-boschet - 1 min  - vu 236 fois

ALÈS ITINÉRANCES Du soleil dans les salles obscures

Gilles Perret, co-réalisateur de "J'veux du soleil" est venu répondre aux questions du public à l'issue de la projection. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Consacré aux Gilets jaunes, le documentaire « J’veux du soleil » réalisé par Gilles Perret et François Ruffin était projeté en avant-première ce dimanche après-midi au Cratère d’Alès.

L’affiche du 37e festival de cinéma alésien n’a jamais aussi bien porté sa couleur. Ce jaune vif, on le retrouve tout au long du film tourné en décembre dernier à travers la France, façon « road-movie ». À deux jours de sa sortie officielle dans les salles (3 avril), et deux semaines après une présentation très médiatisée à Sainte-Anastasie, le documentaire « J’veux du soleil » était sur le grand écran du Cratère. Et malgré le soleil printanier de ce dimanche après-midi, de nombreux spectateurs ont choisi de découvrir à l’écran les parcours de Rémi, Khaled, Corinne, Cindy… Tous revêtus d'un gilet jaune cet automne pour se soulever ensemble contre la pauvreté, la précarité, l’exclusion, etc.

Sur les ronds-points ou dans leurs foyers, François Ruffin et Gilles Perret sont allés à leur rencontre pour recueillir un tas de témoignages, livrés sans filtres et sans tabous. « Nous avons voulu redonner de la dignité et mettre des visages sur les Gilets jaunes, explique Gilles Perret, présent au Cratère pour la projection du documentaire. Ce n’est pas un film analytique, mais un film sur l’humanité. Il y a une vraie fraternité sur les ronds-points et c’est dégueulasse de voir avec quel mépris le peuple a été traité. » D’Amiens à Marseille, le documentaire s’arrête dans le Gard, au barrage de Dions notamment, mais aussi à Nîmes et à Saint-Maurice-de-Cazevieille.

Élodie Boschet

Elodie Boschet

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio