Actualités
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 05.07.2019 - franck-chevallier - 2 min  - vu 1246 fois

BEAUCAIRE Une matinée de grève au centre médico-social

Les agents du centre médico-social en gréve (Franck Chevallier / Objectif Gard) - Picasa

Pour la première fois, le centre médico-social installé à Beaucaire s'est mis en grève pour la matinée du 4 juin. Les 50 agents des trois services réclament, notamment plus de postes, des places pour les enfants en danger, mais aussi un véhicule.

Ce jeudi matin, les agents de Beaucaire ont manifesté devant leurs locaux, Chemin Saint-Joseph, tout comme, dans la circonscription, à Marguerites et à Saint-Gilles. Une grève qui fait suite au rendez-vous entre Denis Bouad, président du département, et une délégation du Centre médico-social (CMS) le 1er juillet dernier.

Les agents espéraient avoir des réponses suite à leurs anciennes revendications et à leur assemblée générale, mais le président leur a répondu qu'il apporterait des réponses à leurs questions « les plus simples » avant le 15 juillet. Ce qui a déclenché le mouvement social.

Des revendications pour le centre de Beaucaire

Pour les agents, les missions de services publics du centre sont impossibles à mener à bien en raison du manque de moyens. Ainsi, l'équipe réclame 2 postes de travailleur sociaux au niveau du service de l'aide sociale à l'enfance, 1,5 poste de secrétariat, toujours au service de l'aide sociale à l'enfance, 1 poste au niveau du service de protection maternelle et infantile et 1 poste au niveau du service social territorial.

De plus, pour les grévistes, le pôle accueil du CMS est aussi démuni pour faire face aux demandes de plus en plus nombreuses des personnes à accueillir et il ne dispose que d'une seule voiture de service. De leurs côtés plusieurs autres CMS du Gard mettent en place des actions proches.

Trois services pour ce centre médico-social

Le centre du chemin Saint-Joseph est un gros établissement. Il compte quelque 50 agents et trois services. Il s'agit du service social territorial, pour l'accompagnement social pour tous les usagers et pour tous les types de problèmes sur la vie quotidienne, de l'aide sociale à l'enfance (ASE), principalement pour les enfants placés soit par décision judiciaire, soit par contrat entre la famille et le département. Il s'agit de l'accompagnement de parents en difficulté voire défaillants, dans l’intérêt des enfants, de la protection maternelle infantile (PMI), pour la prévention et la bonne évolution des enfants de 0 à 6 ans.

Ce CMS couvre un grand territoire puisque les personnes peuvent venir de Vallabrègues, Jonquières Saint-Vincent, Fourques, Bellegarde et Beaucaire. Les agents sont eux-mêmes amenés à se déplacer en fonctionner des besoins et la responsable couvre les CMS de Saint-Gilles et Marguerittes.

Des demandes en augmentation

Pour les agents du centre beaucairois, le travail augmente d'année en année. Chaque travailleur social de l'ASE doit s'occuper de 20 à 30 enfants, au service social territorial, les 11 travailleurs doivent gérer quelque 280 dossiers chacun. Le constat est le même pour la PMI qui croule sous les demandes. Un accroissement qui aurait notamment pour cause la disparition de certains services d'accueil à Beaucaire, le centre devenant le dernier interlocuteur. « On travaille avec des familles, on a peur de passer à côté d'un problème important par manque de temps. On est frustré de recevoir juste pour recevoir on voudrait aller jusqu'au bout », explique Marie Lhubert, adjoint administratif au CMS.

Franck Chevallier

Franck Chevallier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais