Publié il y a 13 jours - Mise à jour le 01.04.2024 - La rédaction - 2 min  - vu 2390 fois

EXPRESSO Pas de Parc Astérix à Magna Porta

parc d'attraction Astérix
Photo MaxPPP

Alors qu’il a ouvert ses portes pour la nouvelle saison samedi dernier, pour la 35e année, le Parc Astérix historiquement dans l’Oise n'a pas l'intention de regarder plus au Sud dans les prochaines années. Il s'agissait d'un poisson d'avril comme de nombreux lecteurs l'ont compris.

Alors qu’il a ouvert ses portes pour la nouvelle saison samedi dernier, pour la 35e année, le Parc Astérix historiquement dans l’Oise n'a pas l'intention de regarder plus au Sud dans les prochaines années. Il s'agissait d'un poisson d'avril comme de nombreux lecteurs l'ont compris.

Objectif Gard vous propose de lire et relire ce poisson d'avril 2024 :

Selon nos informations, Franck Proust, le président de Nîmes métropole a profité de son déplacement à Paris la semaine dernière pour rencontrer la Compagnie des Alpes, leader européen des loisirs et propriétaire du célèbre parc d’attraction qui fait le bonheur des petits comme des grands. Une rencontre plus qu’informelle puisque le Nîmois est parti avec sous le bras, un dossier de candidature ficelé avec tous les éléments économiques, techniques et environnementales pour accueillir demain Astérix sur la zone d’activité Magna Porta à Manduel. Un dossier remis à Guy Bonemine, le directeur adjoint.

« Après les récents succès au cinéma, les nouvelles BD et les chiffres de fréquentation ces dernières années, le parc a battu son record absolu de fréquentation avec 2,8 millions de visiteurs, Astérix est, dans l’inconscient collectif des Français, un personnage historique et aimé » explique Michel Francorus, expert des parcs d’attraction en Europe et dans le monde. « Aujourd’hui, il n’existe pas beaucoup de marques dans le monde comme Astérix qui peuvent se décliner en plusieurs sites. »

Albert Uderzo, un amoureux de Nîmes

Pourquoi les dirigeants du deuxième parc de loisirs français (derrière son rival Disneyland Paris) s’intéresseraient à Nîmes ? D’abord, pour une question d’histoire. Au cœur des intrigues d’Astérix, on retrouve bien sûr la bataille entre les Romains et les Gaulois. La capitale du Gard, terre des Romains, serait une destination idéale. Par ailleurs, comment oublier la passion d’Albert Uderzo, l’historique dessinateur, pour Nîmes ? Lui qui nous a quitté en 2020 venait régulièrement pour le festival de la BD, avant d’en devenir le parrain et avait même soutenu la candidature de Nîmes au patrimoine mondial de l’Unesco.

Reste à savoir si l’emplacement à Magna Porta est stratégique ? « Il est idéalement situé, c’est la porte d’entrée de la Méditerranée, en proximité de la gare Nîmes Pont-du-Gard et des sites mondialement connus », glisse Claude Blinix, très motivé par le projet.

Depuis le covid, les parcs d’attraction connaissent une nouvelle jeunesse

Mais ce sont des travaux titanesques qui attendent les protagonistes. Entre la reconstitution du village gaulois, l’installation de toutes les attractions et les parkings immenses pour faire face à un afflux incroyable de visiteurs venus du monde entier. « On aura un problème d’infrastructures routières qu’il faudra régler et une capacité hôtelière à développer. Mais comme on dit, à Nîmes, rien n’est impossible », glisse un proche de Franck Proust, qui n’a rien à envier à Panoramix, persuadé d’avoir lui-aussi la recette de la potion magique.

Certes, depuis le covid, les parcs d’attraction connaissent une nouvelle jeunesse. Mais la crise économique pourrait contraindre les investisseurs : « La seule chose que nous ayons à craindre, c'est que le ciel nous tombe sur la tête ! » René Goscinny dans « Astérix gladiateur » n’aurait pas dit mieux.

La rédaction

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio