Actualités
Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 03.11.2022 - stephanie-marin - 4 min  - vu 4013 fois

FAIT DU SOIR Un chantier colossal pour redonner au château de Collias ses lettres de noblesse

Depuis le sommet de la tour du Château de Collias. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Il y a trois ans à peine, le château de Collias était encore recouvert d'une épaisse couverture de végétation. Un souvenir ancien depuis le rachat de ce mastodonte de pierres millénaire par Christophe Tailleur et Philippe Huber pour le transformer en hôtel 5 étoiles et restaurant gastronomique.

Christophe Tailleur et Philippe Huber, les nouveaux propriétaires du Château de Collias. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

"Je recherchais une vieille bâtisse dans son jus." Ce projet, Christophe Tailleur l'a rêvé et mené avec Philippe Huber, tous deux propriétaires d'hôtels et de restaurants à Strasbourg. S'ils cherchaient un site d'exception, la localisation de ce dernier était également un critère d'importance. Car même portés par la recherche d'authenticité à l'abri du tumulte urbain, ils ne voulaient pas trop s'éloigner des grandes villes. Le château de Collias, situé tout près de d'Uzès, du Pont-du-Gard et à proximité d'Avignon et de Nîmes, des villes dont l'offre culturelle réconforte Christophe Tailleur, répondait donc aux exigences du couple.

"Les néo-châtelains n'ont pas tout de suite vécu la vie de château"

Après des années de recherches auxquelles s'est ajoutée une longue période de négociations, les deux hommes, l'un originaire de Paris, le second de Strasbourg, ont racheté le château dans le courant de l'été 2019, bénéficiant pour l'occasion d'une subvention du Fonds européen de développement régional d'un peu plus 1 million d'euros. "On a signé à 11h, deux heures plus tard, nous y habitions", se souvient Christophe. Mais ces néo-châtelains n'ont pas tout de suite vécu la vie de château, loin de là. Après trois ans de travaux, le duo vient tout juste de terminer l'aménagement de ses appartements.

Il leur a ainsi fallu vivre la vie de camping, "puisque nous avons trouvé le château en état à l'époque de Napoléon III, donc pas de salles de bain, pas d'électricité, etc.". Bien malgré eux, Christophe et Philippe ont été précurseurs en matière de sobriété énergétique. "On a passé trois hivers sans chauffage, avec 11 degrés dans les pièces." S'il en rigole aujourd'hui, il ne cache pas les moments de doute traversés "et ce dès le premier soir. On ne savait pas par où commencer".

"C'était une boule de vert figée dans son temps"

Car ce château daté du XVIe siècle, surplombé d'une tour, doté d'un donjon et d'un chemin de ronde n'avait plus été entretenu depuis plus de 20 ans. Les façades étaient recouvertes d'1,50m de lierre. "C'était une boule de vert figée dans son temps." C'est un chantier colossal qui s'annonçait et qui s'est déroulé sur trois ans pour révéler les charmes de ce site qui a appartenu à la famille Montpezat, puis au marquis de La Chapelle au XVIIe siècle, avant d'être racheté par Napoléon 1er "pour l'offrir à un dénommé Joliclerc, préfet de Paris - devenu ensuite maire de Collias - pour service rendu car il avait déjoué un complot". Puis le château sera cédé à la famille Ausset qui l'a mis en conformité en termes de confort.

Des peintures italiennes sont encore visibles au plafond de certaines pièces du château de Collias. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

De pièce en pièce, l'histoire de la bâtisse se révèle, le couple n'a jamais eu l'intention de gommer ce patchwork. "C'est l'âme du château, nous voulions la préserver. Nous vivons dans une époque uniformisée. Ce n'est pas ce que nous recherchions pour ce projet. Nous voulions pouvoir retrouver les traces de chaque époque, avec le confort en plus bien sûr", sourit Christophe. Mais aussi sa touche de modernité à travers l'exposition de ses œuvres d'art contemporain, depuis l'an 2000 à nos jours, et de l'art premier d'Océanie.

Les travaux sont encore en cours au Château de Collias. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Après avoir libéré le site de sa couche de végétation sauvage, il a fallu faire des travaux de réfection de toiture, de façades, concevoir les réseaux d'eau et d'électricité, remplacer une partie des fenêtres, retirer le béton apposé sur les sols à la fin du XIXe siècle, mais aussi rafraîchir le parc de plus de 10 hectares donnant sur les Gorges du Gardon et notamment replanter près de 2 000 arbres. Des chantiers menés par des entreprises locales.

Un restaurant bistronomique et gastronomique

L'objectif de ces deux professionnels étant de transformer une partie de ce mastodonte de pierre en restaurant gastronomique d'une quarantaine de couverts et hôtel 5 étoiles. Le chef Julien Martin accompagné d'une partie de sa brigade du château les Oliviers de Salettes, a donc quitté la Drôme provençale pour plonger dans les Gorges du Gardon et pêcher sa première étoile. Voisin de l'église Saint-Vincent, la cuisine du restaurant du château de Collias se laissera découvrir en deux versions : bistronomique le midi, gastronomique le soir. Son ouverture est prévue dès le jeudi 17 novembre au soir.

Le restaurant du Château de Collias sera fin prêt pour le premier service prévu le 17 novembre au soir. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Quant à l'hôtel composé de huit chambres au départ, 14 in fine, Christophe et Philippe prévoit son ouverture début avril. "Ce que nous proposons, c'est un havre de paix, un lieu à part où les clients pourront se ressourcer", souligne Christophe. En plus de la piscine, des prestations bien-être - SPA, sauna, hammam, massages - seront proposées à la clientèle. Mais l'autoproclamé chef d'orchestre, prépare un programme bien étoffé, notamment pour l'arrière-saison touristique.

Des dessins réalisés selon la technique chinoise traditionnelle ont été transposées sur des carreaux de faïence au Portugal, eux-mêmes posés dans certaines salles de bain du château. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

"L'été, nous aurons des touristes. Mais de la mi-septembre à la mi-avril, nous devons organiser des événements pour faire vivre ce château", explique-t-il. Les néo-châtelains prévoient donc des soirées-concerts limitées à une jauge d'une cinquantaine de personnes, des spectacles de danses, des lectures, des séminaires de yoga, etc. Mais aussi des cours de cuisine avec des chefs étoilés dans le cadre des opérations organisées par la communauté des Collectionneurs dont le château de Collias est membre.

Stéphanie Marin

chateaudecollias.fr

Stéphanie Marin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais