Actualités
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 01.05.2022 - anthony-maurin - 2 min  - vu 1694 fois

GARD Dyslexie, dysphasie ou dyspraxie, consultez le plus rapidement possible

La Caf de Nîmes (Photo Archives Anthony Maurin).

La Caf de Nîmes (Photo Archives Anthony Maurin).

Dyslexie, dysphasie, dyspraxie… en France, 6 à 8 % des personnes sont porteuses d’un "dys." Mal pris en charge, ce trouble perturbe l’éducation et l’accès à l’emploi. La présidente de la Fédération française des dys (Ffdys) explique l'essentiel  dans une interview donnée à la Caf.

La FFdys fédère l’ensemble des associations de soutien aux personnes porteuses de troubles "dys", afin d’être le porte-parole unique devant les pouvoirs publics. Pour que les enfants et les adultes reçoivent la bonne prise en charge, la fédération milite pour la mise en place d’une stratégie nationale pour les troubles spécifiques du langage et des apprentissages par le ministère de la Santé et du ministère de l’Éducation nationale. L’objectif est de former les professionnels de la santé et de l’éducation.

Nathalie Groh, présidente de la Ffdys, explique : "On appelle "dys" l'ensemble des troubles spécifiques du langage et des apprentissages, qui apparaissent au cours du développement de l'enfant. Ils regroupent la dyslexie et la dysorthographie (troubles de l’acquisition du langage écrit, NDLR), la dysphasie (trouble du développement du langage oral, NDLR), les dyspraxies (troubles de la coordination motrice, NDLR), la dyscalculie (trouble du raisonnement logico-mathématiques, NDLR) et les troubles de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité. Toutes les personnes porteuses éprouvent des difficultés à automatiser certaines tâches. Au lieu d’emprunter une autoroute pour aller d’un point A à un point B, leur cerveau passe par des départementales. Une prise en charge leur permet de trouver des voies de compensation, et de contourner le problème."

La présidente poursuit : "Il est essentiel de consulter dès que l’on constate des troubles des apprentissages, au CP notamment. Médecin généraliste, orthophoniste, ergothérapeute, psychomotricien, neuropsychologue… un ensemble d’experts est nécessaire pour poser un diagnostic. Les premiers bilans sont totalement pris en charge en passant par les plateformes de coordination et d’orientation. Ce n’est qu’une fois le diagnostic établi que vous pouvez déposer un dossier à la Maison départementale des personnes handicapées, pour ouvrir vos droits à l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé et obtenir des adaptations pédagogiques à l’école."

Anthony Maurin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais