Actualités
Publié il y a 4 mois - Mise à jour le 13.07.2022 - abdel-samari - 2 min  - vu 856 fois

INCENDIES Le sénateur Denis Bouad interpelle le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin

Photo DR Objectif Gard

Après les incendies qui ont impacté lourdement le Gard la semaine dernière, le sénateur socialiste du Gard, Denis Bouad, a décidé d'interpeller au Sénat le Gouvernement par une question écrite sur les ressources dédiées aux politiques de Sécurité civile.

Dans sa missive, Denis Bouad interpelle Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et des Outre-Mer sur les ressources dédiées aux politiques de Sécurité civile dans un contexte d’aggravation des risques liés au dérèglement climatique. Il rappelle que dans les prochaines semaines seront commémorés les trois ans de la mort de Franck Chesneau, pilote de tracker, décédé alors qu’il intervenait sur un incendie qui ravageait plus de 900 hectares sur la commune de Générac.

"A l’aube de ce triste anniversaire, le département du Gard est une nouvelle fois en proie à de terribles incendies. En effet, le 7 juillet de cette année, plus de 600 hectares de forêts sont partis en fumée sur les communes de Bessèges et Bordezac, dans les cévennes gardoises. Simultanément, les sapeurs-pompiers devaient traiter 27 autres départs de feux sur le territoire. La solidarité interdépartementale qui a permis la mobilisation de sapeurs-pompiers venus de différents départements et l’engagement de l’ensemble des personnels mobilisés sur place a permis d’éviter une catastrophe humaine d’une autre ampleur", rappelle le sénateur gardois.

Et de rajouter : "Il est convenu que dans les prochaines années, nos territoires devront faire face à une expansion de la zone à risque ainsi qu’à un allongement de la période de risques intensifiés. Les prévisions font état d’une augmentation de 80 % des surfaces brûlées d’ici 2050 et d’un triplement d’ici la fin du siècle. L’ensemble des territoires métropolitains ne sont pas exposés de la même manière. Les départements de l’arc méditerranéen se retrouvent particulièrement impactés. Ces derniers sont exposés au risque incendie en période estivale mais également au risque inondation en d’autres saisons.

Compte tenu de l’impact du dérèglement climatique et de l’inégale exposition des territoires, la question d’un recours accru à la solidarité nationale se pose. Aussi, il peut être intéressant de constater que les services départementaux d’incendie et de secours, principalement financés par les collectivités locales que sont les communes et les départements, sont contraints de s’acquitter du malus écologique lors de l’achat de véhicules ne portant pas d’eau mais tout de même nécessaires aux interventions d’urgence. De la même manière, les SDIS doivent s’acquitter de la TIPP alors que pour l’exercice d’autres missions régaliennes les véhicules de l’armée en sont exonérés.

Et de conclure par une demande ferme : "Est-ce que le Gouvernement compte renforcer le soutien de l’État au financement des SDIS pour permettre les investissements indispensables notamment pour le déploiement massif de moyens aériens. Plus généralement, sur la volonté d’apporter une réponse nationale à l’ensemble de ces territoires qui se retrouvent impactés par des catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes et de plus en plus intenses."

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais