Actualités
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 10.09.2020 - anthony-maurin - 4 min  - vu 769 fois

LA PAUSE Chico and the Gypsies au collège saint Stanislas (vidéo)

(Photo Anthony Maurin).

Chico and the Gypsies (Photo Anthony Maurin).

La musique adoucit les moeurs et éveille la passion de l'art chez les collégiens, c'est bien connu et l'établissement Saint-Stanislas à Nîmes a fait venir Chico et deux autres Gypsies pour confirmer l'adage.

Le collège Saint-Stanislas propose aux élèves une multitude de programmes afin de les aider à s'épanouir et trouver leur place dans une société en constant mouvement. Les enseignants créent des projets selon des axes de travail choisis et des croisements disciplinaires privilégiés.

Aujourd'hui, c'était au tour de la musique avec la venue au collège du célèbre Chico. Chico Bouchikhi, membre fondateur, chanteur et guitariste a créé ce groupe en 1992 après avoir participé à l'aventure des Gypsy King (Victoires de la musique en 1990).

Pour cette rentrée scolaire un peu spéciale car musicale, Chico prend la parole. " Nous sommes habituellement une douzaine sur scène mais aujourd'hui nous ne sommes que trois, un peu comme des ambassadeurs musicaux et nous allons essayer de vous expliquer ce qui nous motive depuis si longtemps. " Autant vous dire que l'auditoire, même jeune et n'ayant pas connu les premiers succès du groupe, écoute passionnément les paroles du musicien.

L'auditoire des classes de 4ème (Photo Anthony Maurin).

Deux guitares, Chico et Kassaka et un violon avec l'excellent Pee Wee sont là pour ambiancer les lieux. Dès les premières notes, ça marche. Il faut dire que les collégiens sont sensibilisés à la chose car Mario, le fils de Chico, est passé par ces murs et est affiché en photo dans la salle au côté de son père. Il va d'ailleurs très prochainement participer à l'émission La France a un incroyable talent.

Kassaka, un Nîmois qui est passé par le collège Condorcet ! (Photo Anthony Maurin).

" Je stresse autant qu'eux, si ce n'est plus ! ", avoue Kassaka, casquette vissée sur la tête mais affichant large sourire sur ses lèvres masquées. Idem pour le violoniste, un virtuose, Pee Wee. Des questions dans la salle après le premier morceau. Deux bras s'élèvent. Pee Wee explique qu'il a débuté le violon à l'âge de six ans, qu'il est passé par le Conservatoire où il a reçu la médaille d'or. " J'ai rencontré Chico il y a une vingtaine d'années. Il m'a fait traverser le monde, jouer dans de très nombreux pays... Je fais un métier qui est avant tout un plaisir. "

Combien d'années d'apprentissage pour en arriver là ? " Du CP au Bac mais en deux ou trois ans on peut jouer très bien du violon. Le truc, c'est qu'il faut jouer de tout. Maintenant je vais faire un morceau de musique classique mais Chico m'a fait découvrir et connaître la musique gypsie ", ajoute mister Pee Wee.

Sous les yeux de Mario, le fils de Chico, élève en Seconde (Photo Anthony Maurin).

Après un duo classique entre le violon et le piano joué par une professeur de musique du collège, Chico reprend la parole pour faire passer un message fondateur. " La musique est un langage universel. Vous savez, ces deux-là n'ont jamais joué ensemble mais comme ils savent lire les partitions, ils se sont très vite compris. Rapprochez-vous de la musique, elle vous parlera. Elle tisse des liens entre les hommes. L'important, c'est d'aimer ce qu'on fait, de participer à des moments exceptionnels et comme nous, d'avoir la chance de faire vivre notre famille. Ici, dans ces murs, vous avez la chance d'avoir accès à la musique, d'avoir des profs et des instruments. Profitez-en ! "

Chico (Photo Anthony Maurin).

Quelques chansons plus tard, des titres comme Despacito, Elle m'a aimé de Kendji Girac et des classiques gypsies, les élèves posent de nouvelles questions. Quel a été l'événement qui vous a le plus marqué dans votre carrière ? " Beaucoup car nous avons joué partout et devant des milliers de personnes mais un jour, j'ai joué devant Charlie Chaplin en Suisse dans les années 1970. Il s'est mis à pleurer... Je me suis dit que si nous touchions des coeurs aussi sensibles que le sien nous avions des choses à faire dans la musique. Mais aujourd'hui, partager ces moments avec vous, c'est aussi une grande chance ! "

Et sa plus grande réussite ? " D'avoir reçu de très nombreux disques d'or ou de platine. Regardez Kassaka ! Il est de Nîmes, était au collège non loin d'ici et il est sur scène devant vous aujourd'hui ! C'est exceptionnel ! " Et le trac ? " On l'a tous toujours un peu mais c'est aussi un moteur. Nous sommes un groupe alors nous nous reposons les uns sur les autres. Je pense que nous ressentons moins le stress qu'un artiste seul en scène ", conclut la star Chico que vous pouvez retrouver au Patio de Camargue avec sa belle troupe pour passer des soirées magiques dans un univers aussi spécial que convivial, à Arles.

Pour finir ce tour de chant les trois Gypsies ont joué un air de tango endiablé à la manière de Gotan Project avant de reprendre leur traditionnel medley de tubes universels. Aux fenêtres de la salle de musique les badauds et futurs spectateurs se pressent déjà et applaudissent autant que le public assis qui se lève avec fougue. Séance réussie !

Anthony Maurin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais