Actualités
Publié il y a 10 ans - Mise à jour le 15.06.2012 - tony-duret - 2 min  - vu 103 fois

LÉGISLATIVES 2012 : Max Roustan, UMP, mobilise ses troupes à Alès

Max Roustan s'adresse à ses supporters. Au deuxième plan, Christine Brémond, sa suppléante et Christophe Rivenq, son directeur de cabinet

Simplicité. Cela semble être le leitmotiv du candidat Max Roustan, le député sortant arrivé en tête du premier tour avec 31,19 % des voix contre 29,51 % pour son adversaire socialiste Fabrice Verdier. Ce jeudi soir, à 19 heures, l'ambiance est bon enfant sur la place de la Mairie d'Alès où résonne, dans les haut parleurs, "Allumez le feu" de Johnny Hallyday. Drapeaux bleu-blanc-rouge, tee shirts à l'éffigie de leur candidat "Gardons le cap, restons au Max", corne de brume dans les mains, un millier de supporters s'est réuni pour l'un des derniers rendez-vous du politicien. Celui que tout le monde attend arrive, légèrement en retard, traverse la foule, tape dans le dos de ses amis, serre la main au plus grand nombre et distribue même les drapeaux aux militants qui en sont dépourvus. Quand on parlait de simplicité...

Christophe Rivenq, directeur de cabinet de Max Roustan, est le premier à prendre la parole sur une petite scène improvisée posée devant la Mairie. Chauffeur de salle, il réveille la foule en se moquant du candidat socialiste :"Ce matin, dans un journal, Fabrice Verdier a déclaré que s'il était un objet, il serait une cravate pour aller à l'Assemblée Nationale. Nous, on lui promet une veste !". Le public l'acclame. Max Roustan enchaîne :"Ce soir, je n'ai pas besoin d'acteur de cinéma, de chanteur, de comique ni de DSK". La formule fait mouche et se veut une allusion à Fabrice Verdier qui a reçu le soutien de Patrick Timsit. Pendant un petite dizaine de minutes, lisant ses fiches, le député fait le bilan de son mandat, évoque ses succès, oublie de mentionner ses erreurs, rappelle aux spectateurs qu'il faut voter pour lui parce qu'il est un homme de terrain, proche des gens :"Je ne suis pas comme Christian Bourquin qui a besoin d'un GPS pour venir à Alès".

La Marseillaise résonne dans les haut parleurs. Max Roustan chante de bon coeur. Le public le suit. Reste à savoir s'il en sera de même dimanche.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais