Actualités
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 13.06.2015 - baptiste-manzinali - 2 min  - vu 281 fois

NÎMES OLYMPIQUE Que veut Rani Assaf ?

Stade des Costières (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Avec déjà près de 5 M d'euros injectés dans le Nîmes Olympique, Rani Assaf a beaucoup à perdre s'il se retire de la partie.

L'homme fort du Nîmes Olympique n'a pas obtenu ce qu'il désirait lors de la dernière assemblée générale, à savoir devenir l'actionnaire majoritaire. Entre les intérêts personnels des uns et ceux du club, chacun tente de tirer la couverture de son côté. "C'est une partie de poker avec des gens qui ont les moyens" nous a confié un des membre du conseil d'administration qui a voulu rester anonyme. Ces gens, ce sont les fameux investisseurs algériens, introduits dans le jeu par le biais de la société Jeminian détenue par Conrad et Kasparian et qui arrangent également les affaires de Jean-Louis Gazeau. L'ancien président du club souhaite de cette façon récupérer les 2 M d'euros de ses créanciers qui sont dans l'incapacité de payer le moindre centime, et de ce fait, se dégager définitivement de toute responsabilité du club, comme il l'a toujours souhaité. Mais l'éventualité ne plait pas à Rani Assaf, qui voit d'un très mauvais oeil la venue d'hommes d'affaire qu'il ne connait pas et en position de force de surcroit, alors qu'il a lui même lourdement investit dans le capital et en compte courant, 5 M d'euros au total, dont 250 00 encore récemment pour les salaires. Deux possibilités s'offrent alors au numéro 2 de Free. Dans les deux cas, l'addition risque d'être salée.

2 M d'euros de plus pour être majoritaire

Soit Rani Assaf jette l'éponge et retire ses intérêts du club par des procédures judiciaires longues et coûteuses dont il n'est pas certain d'obtenir gain de cause, soit il protège ses arrières en rachetant lui-même les 51 % détenus par la société Jeminian en passant devant les investisseurs algériens. Une clause lui donne la priorité sur l'acte d'achat. Dans ce cas, cela élèverait sa participation au club à 7 M d'euros, bien plus qu'il ne souhaitait le faire.

Il y a tout juste un an, Rani Assaf était dans l'ombre du club et souhaitait le rester. Il avait été introduit dans le coup par Jean-Marc Conrad lui-même. Une saison plus tard, l'homme se retrouve seul (ou presque) contre des vents contraires qui pourraient lui coûter très cher. Allergique à la presse, c'est sur le forum de Nîmes 1937 qu'il s'est exprimé quelques heures après une assemblée générale qu'il n'a visiblement pas apprécié. Dans son commentaire, Assaf n'y va pas de main morte, "continuez à jouez votre sale jeu et vous allez tuer le NO" et fustige "ceux qui voudraient essayer de (l)'entuber en mettant en place des montages alambiqués". Un message visiblement destiné à la société Jeminian et M. Gazeau avec qui les rapports sont toujours très tendus. Ce dernier botte en touche lorsque la rédaction le joint par téléphone, "je suis hors du coup".

Pourtant, c'est bien un conflit d'intérêt Assaf / Gazeau qui s'est dessiné depuis plusieurs semaines et qui bloque le club dans les méandres administratifs, à quelques jours du passage à la DNCG. Une chose est sûre, sans Rani Assaf, le club est voué à l'échec.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais