Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 20.08.2021 - anthony-maurin - 4 min  - vu 522 fois

NÎMES Six jeunes Gardois partent pour quatre mois en Suède

Les six jeunes à commencer à la jeune fille en noir, Olivia, les deux Maëlle, Thibault, Corina, Imran et Pierre-Marie. Monika Oszmaniec, à gauche, et Michael Stange, quatrième en partant de la droite (Photo Anthony Maurin).

C'est bientôt l'heure du départ pour les six Gardois qui iront passer quatre mois à Lund, en Suède (Photo Anthony Maurin).

C'est la Maison de l'Europe qui s'occupe d'emballer le cadeau mais les six Gardois qui partent à Lund, en Suède, pour quatre mois, ont bel et bien choisi de vivre une expérience à connaître au moins une fois dans sa vie.

Ils s'appellent Imran, Maëlle, encore Maëlle, Olivia, Pierre-Marie ou encore Thibault. Tous sont Gardois et sont venus à la Maison de l'Europe de Nîmes pour participer à un séjour un peu spécial en Suède. "C'est le deuxième projet longue durée que nous organisons. Nous avons commencé l'an dernier. Comme c'est le début, avec Monika, nous irons aussi en Suède pour rencontrer nos partenaires" note Michaël Stange, le directeur de la Maison de l'Europe de Nîmes. Pour Monika Oszmaniec, chargée de projets stages Erasmus +, "Ce projet était ouvert à tous les jeunes inscrits à Pôle Emploi en Occitanie. Nous avons des jeunes de l'école de la 2ème chance, d'autres des missions locales... Les six partent pour quatre mois !"

Dès la semaine prochaine jusqu'au 18 décembre, les jeunes gardois vont découvrir une tout autre culture, une langue nordique, des moeurs du nord. Pour s'acclimater rapidement, les six ont commencé leur préparation linguistique et interculturelle.

Faire sa place petit à petit

Des notions qui apportent beaucoup et qui faciliteront les premiers pas sur place. C'est la jeune Corina, Allemande en stage à la Maison de l'Europe de Nîmes qui s'en est chargée. "Elle a essayé de débloquer ce qui pouvait encore coincer, inhiber. On peut se faire comprendre très bien avec seulement quelques mots, vous savez, personne ne maîtrise les 23 langues de l'Union Européenne ! À vous de voir la continuité de ce stage mais certains restent plus longtemps. Nous lançons pas mal de projets, actuellement nous sommes sur Soft City, un projet urbain qui aide les jeunes à passer du flâneur à l'entrepreneur" poursuit le directeur avant de laisser la parole aux jeunes sur le départ.

En effet, tout cela peut ancrer dans la tête quelques idées à murir pour leur retour en France. Mais avant cela, les jeunes seront en immersion chez nos amis Suédois. Imran, 22 ans, a "une formation dans le domaine de la comptabilité, j'ai déjà fait six mois à la fac à Londres puis j'ai décidé de revenir en France. À mon retour je suis allée à la Mission locale jeunes et on m'a dit de venir à la Maison de l'Europe. J'étais intéressé par ce séjour de quatre mois et je vais intégrer une association qui se charge de s'occuper des réfugiés qui viennent en Europe. Je reste dans mon domaine et en plus j'intègre une belle association qui insère les gens dans la société."

Avec un Bac ES dans la poche, Maëlle a 23 ans et a déjà bourlingué. "J'ai fait des études de théâtre puis il y a eu la Covid... Je suis revenue dans le sud et on m'a proposé en début d'année un mois de stage à Prague. Je me suis régalée et là je repars mais en Suède, chez HelloYouth pour être dans la communication. Dans une semaine, à cette heure-là, nous serons dans l'avion !" Autre Maëlle, mais de 19 ans cette fois, autre aventure spéciale. "J'ai un Bac L avec une spécialisation dans la danse. Je voulais être prof mais ça ne va pas le faire alors j'ai postulé pour ce stage car j'ai le coeur au voyage. Il faut foncer même si le domaine est différent. Là, je vais faire un stage de danse et de cirque avec des chevaux ! Je vais m'adapter, je serai un peu à l'écart des autres qui sont ensemble car je serai en-dehors de la ville. Je compte bien progresser en Anglais, j'ai hâte, je me sens stressée mais je veux découvrir les géniaux suédois ! En tout cas, j'aimerais, à mon retour, rebondir dans la communication et continuer une formation."

Une expérience à vivre

Olivia, 22 ans, est titulaire elle aussi d'un Bac L avec spécialité Anglais : "J'ai fait un an d'Anglais à la fac de Nîmes puis c'est à la Mission locale qu'on m'a parlé de ce projet. En Suède, je vais travailler dans une friperie qui aide les enfants, ça va être long quatre mois mais je suis sûre que ça sera bien !" À 24 ans et avec un Bac STI en poche, Pierre-Marie voulait voyager. "On m'a trouvé quelque chose en lien avec mes projets, je voulais un endroit où l'on fabrique de la bière ! Je suis entre l'excitation et la peur, on verra bien !" De son côté, Thibault, 17 ans, le plus jeune de la bande, a lui aussi pas mal de projets. "J'ai arrêté l'école tôt et je suis allé à l'école de la 2ème chance. Je parle bien Anglais et en Suède je serai avec Olivia dans la friperie qui aide les enfants. Je suis très excité, c'est ma première vraie expérience de vie seul alors c'est impressionnant."

Départ de l'aéroport de Marseille, escale à Francfort et arrivée à Lund jeudi. Deux week-ends par mois, les jeunes gardois seront de sortie pour une activité plus ou moins culturelle financée, comme pour le reste du séjour, en grande partie par la Région Occitanie. Même l'argent de poche, 80 euros par semaine, est donné par la Région Occitane aux jeunes. Tout est pris en charge, tout le monde peut partir, seules les dépenses personnelles sont à la charge des jeunes. L'Europe, c'est aussi ça, des projets concrets dont tout le monde peut bénéficier.

Anthony Maurin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio