Actualités
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 09.05.2019 - anthony-maurin - 2 min  - vu 277 fois

NÎMES Un concert pas comme les autres

Le 15 mai à 14h sera organisée une performance-concert à l’Institut de cancérologie du Gard.
Le Ballet flamenco de Andalucía. Photo Luis Castilla. DR - fotografia LUIS CASTILLA

Le Ballet flamenco de Andalucía. Photo Luis Castilla. (Photo d'Illustration DR). • fotografia LUIS CASTILLA

Avec Chely La Torito à la danse et Nino Garcia à la guitare et au chant, le flamenco envahit le lieu de la performance et le corps de la danseuse qui laisse place à la surprise, à l’improvisation et à l’interactivité avec le spectateur.

Ouverte au public, cette prestation constitue l’avant-première du lancement des ateliers de découverte de la culture flamenca pour les patients atteints de pathologies cancéreuses. Ces rendez-vous culturels s’inscrivent dans le cadre des programmes culture-santé de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) et de l’ARS (Agence régionale de santé) Occitanie, et ont été réalisés en partenariat avec le théâtre de Nîmes ; scène conventionnée d’intérêt national.

En partenariat avec le théâtre de Nîmes, les ateliers de découverte de la culture flamenca seront animés par Chely La Torito, danseuse et chorégraphe. À travers eux, l’artiste propose de rencontrer l’art flamenco qui fait appel à l’instinct, à l’expressivité, au partage, mais qui est également porteur de messages de tolérance et de solidarité.

Depuis 28 ans, Nîmes accueille les plus grands noms du flamenco pendant le Festival flamenco, organisé en janvier par le théâtre de Nîmes. Il rassemble chaque année plus de 8 000 spectateurs. Le flamenco a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO en 2010.

Ces ateliers s’inscrivent pleinement dans la culture gardoise. Ils ouvrent, de fait, une porte vers la cité et ont du sens pour les patients du territoire. Ils seront réalisés en présence de l’artiste et d’une musicothérapeute du CHU de Nîmes qui assurera une présence soignante et qui fera le lien avec les patients. Pour les patients, atteints de pathologies cancéreuses, ces ateliers ont pour but de se réapproprier leur corps qui subit des changements et des bouleversements liés à la maladie et aux différents traitements. L’hôpital devient ainsi un lieu de vie et permet au patient une forme d’évasion et de ne plus être centré uniquement sur la maladie.

Anthony Maurin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais