Publié il y a 1 an - Mise à jour le 23.03.2023 - Abdel Samari - 3 min  - vu 675 fois

OCCITANIE La Région et la SNCF s'engagent : plus de trains, plus de ponctualité et un train toujours moins cher

Train Lio
Photo DR Région Occitanie

Alors que la région Occitanie et la SNCF viennent de signer une nouvelle convention pour la circulation des trains régionaux pour les neuf prochaines années à hauteur de quatre milliards d’euros, l’offre ferroviaire en Occitanie va se densifier avec plus de trains, plus de ponctualité et un train toujours moins cher.

L’objectif est clair : continuer à attirer 100 000 voyageurs chaque jour. Une performance qui devrait rapidement s’observer avec une progression déjà constaté de la fréquentation de l’ordre de 30 % ces cinq dernières années. Et une disponibilité supplémentaire de 25 % de places pour les neuf prochaines.

La Région a fait du train la solution des déplacements dans toute l’Occitanie. « La colonne vertébrale de la politique régionale : la question de la mobilité. La liberté de se déplacer, de se rencontrer, de s’émanciper à moindre coût pour les habitants », explique Carole Delga, la présidente de la Région.

Train Lio
Photo DR Région Occitanie

Responsables de 30 % des émissions de gaz à effet de serre en France, les transports constituent aujourd’hui un véritable enjeu écologique. Avec pour objectif de devenir la première Région à énergie positive d’Europe, l’Occitanie a donc choisi de développer massivement l’usage du train en planifiant la politique ferroviaire la plus ambitieuse de France. En 2032, le réseau de trains régionaux liO devra ainsi afficher une réduction exemplaire de 40 % des émissions de CO2, soit 20 000 tonnes de CO2 non rejetés dans l’atmosphère !

Plus belle vitrine en France

Pour y parvenir, elle propose le train le moins cher de France, pour les salariés, les jeunes (18-26 ans) et les ainés (+ de 65 ans) avec l’offre à 1 euro pour voyager. Ce sont déjà 1,5 millions de billets vendus et 13 millions d’usagers. Pour 2023, le cap des 14 millions est attendu. Grâce au développement de nouvelles lignes et de l’élargissement de l’offre aux 16-18 ans.

Du côté de la SNCF, le partenariat exemplaire avec la région Occitanie est évident : c’est sa plus belle vitrine en France. Même si elle devra fournir encore des efforts sur la ponctualité pour éviter les lourdes pénalités prévues dans la convention, l’entreprise de chemin de fer national a déjà renforcé les lignes en souffrances. Et va s’engager durant les prochaines années à répondre aux attentes sur les destinations encore à la peine. Ce sont 550 millions d’euros d’investissement prévu, 18 trains entièrement neuf et un technicentre prochainement inauguré à Narbonne. Sans compter le renfort de personnel avec déjà 350 recrutements.

Elle a tout intérêt car l’impact est évident selon l’enquête menée par la SNCF : 30 % des gens qui empruntent le train régional ne l’avaient pas fait avant. Mieux, 40 % indiquent vouloir le reprendre. Changer les habitudes et faire en sorte que ce soit durable, voici donc l’autre versant du pari engagé par la SNCF. Mais comme l’explique Philippe Bru, directeur régional SNCF Voyageurs Occitanie : « La confiance de la région Occitanie nous honore mais nous oblige. La SNCF donne déjà le meilleur d’elle-même et va encore donner pour les dix prochaines années. »

« On veut des trains plus sûrs et mieux dotés en personnel »

Jean-Luc Gibelin, vice-président aux transports

 

Dernière volonté de la Région et pas des moindres : sécuriser ces trains et assurer des points de contact avec les usagers. Jean-Luc Gibelin, vice-président aux Transports et artisan de cette nouvelle convention, le confirme : « On veut des trains plus sûrs et mieux dotés en personnel. Il n’y aura donc pas de fermeture de gares ni de guichet dans toute l’Occitanie. Par ailleurs, nous voulons que nos trains soient accessibles à tous, c’est un engagement depuis le précédent mandat et nous y travaillons d’arrache-pied. » Ainsi, 14 gares ont été mises aux normes depuis 2018, 17 le seront d’ici 2024. Enfin, pour apporter du service pertinent et utile pour les clients de la région, un nouvel outil en développement permettra à chacun de suivre la qualité du service à chaque instant.

Train Lio
Photo DR Région Occitanie

En ce qui concerne plus précisément le Gard dans les projets ferroviaires de la Région. La Ligne Alès-Bessèges n’est pas oubliée et entrera en service pleinement d’ici 2028 maximum, avec la réouverture de la ligne et huit arrêts : Alès, Salindres, St-Julien-Les-Fumades, St-Ambroix, Molières-sur-Cèze, Gammal, Robiac, Bessèges. Pour la réouverture de la rive droite du Rhône, ce sont déjà 40 000 voyageurs qui ont emprunté la ligne en six mois. Un chiffre en avance sur les prévisions de trafic et alors que la ligne a été ouverte en septembre dernier, après la saison estivale. La volonté d’atteindre en vitesse de croisière les 200 000 usagers chaque année n’est pas délirant à partir de 2026. D’autant qu’un renforcement des horaires avec des trains supplémentaires et des arrêts en sus sont dans les tuyaux à moyen terme. De nouvelles gares arrivent d’ici trois ans à Laudun-l’Ardoise, Roquemaure-Tavel, Villeneuve-lès-Avignon, Aramon et Marguerittes.

Enfin, un renforcement de l’offre de trains est prévu entre 2023 et 2026 sur la ligne Avignon-Marseille-Nîmes-Portbou et sur la ligne Nîmes-Le-Grau-du-Roi qui devrait voir arriver, sur ce dernier trajet, un train électrique, encore une autre des innovations de la convention entre la région Occitanie et la SNCF.

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio