Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 19.11.2019 - thierry-allard - 2 min  - vu 582 fois

UZÈS Mobilité des personnels : l’intersyndicale du Mas Careiron toujours mobilisée

Les grévistes ont distribué des tracts ce mardi avant le conseil de surveillance du Mas Careiron (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La charte de mobilité des personnels du centre hospitalier du Mas Careiron ne passe toujours pas pour l’intersyndicale SUD-CGT-FO. Cinq semaines après leur première journée de grève contre le projet de la direction, les syndicats ont remis ça ce mardi avant la réunion du conseil de surveillance de l’établissement.

Contrairement à ce qu’affirme la direction, les grévistes parlent encore et toujours de « mobilité forcée », et dénoncent les conséquences d’un tel programme : « Notre outil de travail, c’est la relation. Ce turnover va nous rendre incompétents sur nos postes », s’inquiète Édouard Gloanec, de SUD. « Le savoir-faire et le savoir-être, on les acquiert par l’expérience, renchérit son homologue CGT, Leïla Tribes. Ce turn-over va provoquer une augmentation du risque des situations problématiques avec des risques agressifs. » Et la syndicaliste d’affirmer que cette perspective « inquiète les patients. »

Outre cet aspect, « pour nous il n’y a aucune garantie dans la charte, notamment sur la zone géographique ou les salaires. Certains travaillent le dimanche ou ont des primes dans certains services qu’ils n’auront pas dans d’autres », avance ÉEdouard Gloanec, qui pointe également un risque de « népotisme. » Autant de conséquences que l’intersyndicale aurait bien voulu voir quantifiées par un expert indépendant, comme elle l’avait demandé officiellement en comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) le mois dernier.

Las, cette demande se finit… au tribunal de grande instance. « La direction conteste la décision du CHSCT de demander une expertise », regrette le même, qui y voit un signe d’une direction qui réagit « de manière autoritaire. » Après un report d’audience le 13 novembre dernier, le tribunal statuera le 27 novembre. En attendant, l’intersyndicale a lu un message ce mardi après-midi lors du conseil de surveillance. Un moyen notamment de sensibiliser à leurs revendications les élus qui y siègent.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio