Actualités
Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 30.10.2022 - stephanie-marin - 2 min  - vu 306 fois

VERS-PONT DU GARD Marc Poulon prône le chrysanthème en toutes occasions

Marc Poulon propose 150 variétés de chrysanthèmes dans sa parcelle de 3 000 m2 située à Vers-Pont du Gard. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Le propriétaire de la Bégude Poulon, située le long de la RD981 sur la commune de Vers-Pont-du-Gard, cultive les chrysanthèmes depuis 1978.

Autour de la Bégude Poulon située entre Remoulins et Uzès, fleurissaient autrefois des chrysanthèmes dans des champs, sur une surface totale de 10 000 m2. Désormais à la retraite, Marc Poulon a dû réduire sa surface d'exploitation, mais continue à cultiver sa passion pour cette plante vivace aux multiples couleurs. Installé au bord de la RD981, sur ses terres, il propose ses chrysanthèmes à la vente, tout près de ses rangées de plantations. Et déjà en début de semaine dernière, Albane et Marc Poulon devaient faire face à un flux continu de clients. "Des habitués qui savent que s'ils attendent trop, ils n'auront plus de choix", commente l'agriculteur retraité et ancien maire de Vers-Pont du Gard.

De couleurs jaune, pourpre, fuchsia, orange, blanche, petits, moyens, grands, à pompons ou boules, les chrysanthèmes des Poulon sont variés. Le fruit d'un travail mené depuis plus de 40 ans. Cette année, 3 500 plants de 150 variétés différentes sont sortis de terre. La culture démarre dès le mois de mai. "Malgré la sécheresse, nos chrysanthèmes sont très beaux et homogènes. Cette plante est résistante, elle peut supporter la chaleur", explique le sexagénaire. Si les chrysanthèmes n'ont plus de secret pour lui, Marc partage son secret pour un résultat final magnifique : "Je leur parle !" Et le même de poursuivre le sourire en coin : "Il leur faut de l'amour pour s'épanouir."

La cote de popularité du chrysanthème chute après le week-end suivant la Toussaint. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Pour le couple Poulon, la semaine précédant la Toussaint est la plus importante pour la vente de leurs chrysanthèmes. "Et cela va se poursuivre jusqu'au week-end du 5 et 6 novembre, avant de s'essouffler", souffle Marc. S'il souffle c'est parce qu'il aimerait casser les préjugés sur cette plante que l'on utilise pour orner les tombes des défunts, traditionnellement le 2 novembre, puisque le 1er est la fête des Saints, soit dit en passant. "Le chrysanthème a une floraison optimale à la Toussaint, mais c'est triste de la réserver au cimetière. Elle ne porte pas malheur, pas plus qu'un bouquet d'œillets est signe de mauvais présage", insiste-t-il. Pour fleurir un jardin, une terrasse ou un balcon, Marc conseille d'associer un chrysanthème de couleur et un chrysanthème blanc.

Stéphanie Marin

Stéphanie Marin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais