Actualités
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 19.06.2022 - marie-meunier - 3 min  - vu 386 fois

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON Fort Saint-André et soldats invalides : une histoire méconnue exposée

L'exposition "Le Fort habité, les compagnies détachées des invalides" est visible jusqu'au 15 octobre. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Il y a un pan assez méconnu de l'histoire du Fort Saint-André : celle où il a servi de succursale de l'Hôtel des Invalides de Paris. Durant la quasi totalité du XVIIIe siècle, des compagnies détachées de soldats invalides ont habité, entretenu et surveillé l'édifice villeneuvois. Une exposition in situ leur est consacrée jusqu'au 15 octobre. 

Quand on visite le fort Saint-André aujourd'hui, on le découvre vide. À travers cette exposition, on va pouvoir l'imaginer habité. Ce projet a pu voir le jour grâce à la collaboration d'historiens, de chercheurs et des services d'archives. Mais qui sont ces Invalides ? Jean-Pierre Bois, professeur émérite de l'université de Nantes spécialisé dans l'histoire militaire, y répond : "Les compagnies d'Invalides font partie des corps de l'Armée royale. Ce sont pour la majorité des soldats âgés ou blessés, qui séjournent à l'Hôtel royal des Invalides, construit sous Louis XIV. Cela évite qu'ils soient abandonnés et terminent mendiants ou malfaiteurs."

Les instruments des médecins et de chirurgiens du XVIIIe siècle. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Mais au XVIIIe siècle, beaucoup de guerres éclatent, notamment la Guerre de Sept ans qui se conclut par une défaite de la France. Des flots entiers de soldats éclopés reviennent du champ de bataille. L'hôtel des Invalides ne suffit plus à les accueillir. En 1713, 96 compagnies avec plus 6 000 hommes en sont détachés. Villeneuve-lez-Avignon est choisie pour accueillir une garnison d'Invalides. Rien d'étonnant au vu la place stratégique de la commune à cette époque : elle était frontalière puisqu'Avignon était restée en terre pontificale avec tout le Comtat Venaissin.

Les soldats Invalides surveillent et servent à manger aux prisonniers

Au départ, les troupes invalides sont en transit et restent peu de temps au Fort. Ce n'est qu'avec le commandement de Thézan que les mouvement s'arrêtent et que la 51e compagnie s'installe durablement. Au quotidien, les Invalides villeneuvois côtoient les Bénédictins et la cour de Justice. Ils ont le droit de sortir, sont suivis médicalement et portent un uniforme. Leur principale mission au fort est de garder la prison, qui renferme des détenus temporaires, déserteurs ou vagabonds. Encore aujourd'hui, on peut voir des graffitis gravés dans la roche, plus ou moins élaborés, en fonction de la durée d'enfermement des captifs. Leur confort est très sommaire : pas de meuble, un seul repas journalier et de la paille à même le sol en guise de couchage.

L'uniforme des soldats invalides. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Pendant l'exposition, vous pourrez aussi découvrir les instruments des médecins et des chirurgiens du XVIIIe siècle. Au fort Saint-André, les occupants pouvaient bénéficier des services de l'hôpital d'Avignon. Des services bien loin des progrès d'aujourd'hui... Il faut savoir qu'à ce moment-là, on ne connaît ni l'anesthésie, ni les microbes. On est donc incapable d'opérer l'abdomen car les infections - inévitables car il n'y a pas de stérilisation - ne peuvent s'évacuer.

En découvrant l'exposition, vous pourrez bien sûr profiter de la visite du Fort Saint-André et notamment son rempart. (Marie Meunier / Objectif Gard)

D'après le registre d'admission, environ 230 Invalides auraient été envoyés au Fort Saint-André entre 1714 et 1784. Cette année-là, a été lancée une inspection générale des Compagnies détachées et le Fort est apparue comme une place avec une salubrité correcte et des conditions relativement acceptables en comparaison d'autres détachements. En août 1790, une loi généralise la pension de retraite militaire et entraîne une recomposition générale de l'administration des Invalides. Toutes les compagnies détachées sont supprimées et remplacées par un corps de vétérans nationaux répartis en 50 compagnies de 100 hommes. Ceux qui étaient à Villeneuve se dispatchent entre Nîmes ou Lyon. Au début du XIXe siècle, une nouvelle succursale sera créée à Avignon. Tout un siècle d'histoire est à découvrir à travers cette nouvelle exposition.

Marie Meunier

Exposition "Le Fort habité, les compagnies détachées des Invalides" au Fort Saint-André, du 15 juin au 15 octobre. Visible tous les jours de 10h à 13h et de 14h à 18h. Tarif : droit d'entrée au monument soit 6 €.

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio