Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 11.06.2024 - Marie Meunier - 3 min  - vu 142 fois

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON La plume comme vous ne l'avez jamais vue à l'Abbaye Saint-André

L'artiste plasticien Patrick di Meglio est installé à Gordes depuis quelques années.

- photo Marie Meunier

Tout le monde associe la plume à quelque chose de léger, d'éthéré, de doux. L'artiste Patrick di Meglio est sorti de l'évidence pour n'utiliser la tige entièrement dénudée. Il crée avec des tableaux, des suspensions et des sculptures graphiques, grâce à ces traits semblant à la fois fragiles et acérées. Il expose jusqu'au 1er septembre à l'Abbaye Saint-André, à Villeneuve-lez-Avignon. 

Se parer de sa plus belle plume n'est pas une expression totalement décorrelée de la première vie de Patrick di Meglio. Lui qui né en Algérie, est passé par une école des Arts déco puis par l'école d'imprimerie et d'arts graphiques. Il fait ensuite carrière à Paris en tant que directeur artistique de grands magazines d'informations. Il a été le concepteur des visuels de L'Évènement du jeudi puis de Marianne, avec Jean-François Kahn. Une autre de ses collègues de l'époque lui donnera un jour un coffre qui renferme une collection de milliers de plumes de cigogne et de buse. Toutes sont soigneusement rangées en fagots. 

Un jour, il découvre qu'une poignée de plumes commence à être rongée par les mites. Ce qui aurait pu être un désastre donne une idée à Patrick di Meglio. Il décide de finir le travail de ces petits papillons en ôtant toute la barbe de la tige, ne gardant que le rachis, qu'il polit au papier de verre. La plume se métamorphose en un trait graphique et nerveux. C'était il y a 25 ans.

"La plume mène ailleurs. Le résultat n'a plus rien à voir"

Depuis, l'artiste ne se lasse pas de dénuder et de colorer lui-même ces tiges pour en faire des tableaux, des suspensions, des sculptures. Chacune de ses œuvres renferment des centaines de rachis de plumes. Certains semblent bien ordonnés, d'autres dans une disposition plus aléatoire. Les traits sont tantôt harmonieux, tantôt déchaînés. L'ensemble des plumes est fixé à l'aide d'attaches en fil de fer ou grâce à une puissante colle. Le plasticien emboîte même deux rachis l'un dans l'autre parfois pour allonger ses traits de plume. "Pour faire mes compositions, je m'inspirais d'idéogrammes chinois au départ. Mais la plume mène ailleurs. Le résultat n'a plus rien à voir", glisse-t-il. 

Certaines suspensions apposées contre un mur blanc offrent un joli jeu d'ombres. • photo Marie Meunier

Il faut dire que le matériau, en apparence fragile, s'avère en réalité extrêmement rigide et ne peut être courbé. Il utilise les plumes de différentes espèces d'oiseaux qu'il trouve à terre sur la plage et dans des centres ornithologiques : faisan, bécasse, cigogne... Que l'on se rassure, aucun volatile n'est malmené pour exercer son art.

Une trentaine d'œuvres visibles

À l'image d'un nid, les tiges sont entrecroisées de façon plus ou moins resserrée. "Quand arrive l'encadreur, il me demande souvent le sens du tableau. Mais il n'y en a pas", estime l'artiste. Il s'inspire beaucoup de la peinture de Hans Hartung. Ou se laisse convaincre par la perfection unique du hasard. Il se rappelle d'un geste maladroit qui a flanqué toutes ses plumes à terre. Au lieu de ramasser, il se rend compte que leur disposition est parfaite. Il les remettra telles quelles sur leur support. Il retentera l'expérience, tel un dripping en un battement d'aile, mais ne retrouvera jamais ce résultat.

Patrick di Meglio expose aussi à Villeneuve quelques rares œuvres avec des plumes entières.  • photo Marie Meunier

Depuis 2003, ses plumes délestées de leurs atours s'exposent dans de nombreuses galeries. Jusqu'au 1er septembre, une trentaine de ses œuvres seront visibles dans les différentes ailes du bâtiment de l'Abbaye Saint-André. L'occasion de voir la plume autrement, effeuillée et dans sa simplicité. Les visiteurs qui le souhaitent pourront évidemment laisser un mot dans le livre d'or de ce plasticien installé depuis quelques années à Gordes, dans le Vaucluse. Un mot qui devra être écrit avec une véritable plume, cela va de soi. 

Exposition "Traits de plume" de Patrick di Meglio, à l'Abbaye Saint-André, à Villeneuve-lez-Avignon. Visible jusqu'au 1er septembre. Informations, tarifs, horaires à retrouver sur le site Internet en cliquant ici. 

Marie Meunier

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio