Economie
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 14.03.2015 - baptiste-manzinali - 1 min  - vu 190 fois

COLLÈGE DE BELLEGARDE Debout la France dénonce un marché public attribué à une entreprise espagnole

Debout la France , Jacques Armando et Jacques Cimetière protestent contre l'attribution d'un marché à une entreprise espagnole pour la construction du collège de Bellegarde. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Le parti de Debout la France a manifesté son mécontentement devant le Conseil général hier matin après l'attribution d'un marché à une entreprise espagnole dans la construction du collège de Bellegarde.

Hier matin, Jacques Armando et Jacques Cimetière, respectivement président et secrétaire départemental de Debout la France, ont protesté devant le collège de Bellegarde quelques heures après devant le Conseil général du Gard, où ils ont remis une lettre au président Jean Denat. Le parti gardois s'insurge contre le choix d'une entreprise espagnole dans l'attribution du marché de la construction du collège de Bellegarde. "C'est scandaleux, d'autant plus que ce choix résulte d'un problème administratif juridico-réglementaire, nous voulons le dénoncer", s'est exprimé Jacques Armando.

Pour cause, les entreprises gardoises qui avaient répondu à l'appel d'offre n'auraient pas correctement rempli un document. À la clef, un marché plafonné à 4,6 millions d'euros concernant le gros-oeuvre (22 millions d'euros au total) remporté par une entreprise espagnole dont le devis a été établi à 3,2 millions d'euros. "Une concurrence déloyale" pour Jacques Cimetière qui précise "Maintenant les marchés publics sont attribués à des entreprises étrangères, alors que la conjoncture est particulièrement difficile dans ce département qui affichait une augmentation de 0,6% de chômage le mois dernier. Nous voulons éviter que cela se reproduise." Les représentants de Debout la France présents devant le Conseil général souhaitaient remettre en main propre une lettre ouverte à Jean Denat. Ce dernier n'étant pas disponible à ce moment-là, c'est une représentante de son cabinet qui est venue récupérer la lettre.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais