Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 02.03.2024 - Louis Valat - 2 min  - vu 530 fois

ALÈS La CGT lance un appel à la grève pour la Journée internationale des droits des femmes

Les membres féminins de l'Union Locale de la CGT d'Alès en force pour l'égalité entre femmes et hommes.

- Photo UL CGT Alès

Ce samedi, l'union locale CGT d'Alès a déclaré qu'elle organisera un rassemblement le vendredi 8 mars devant la sous-préfecture d'Alès, suivi d'une manifestation dans le centre-ville à partir de 10h30, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

À l'heure où l'inscription de l'IVG dans la Constitution franchit une étape cruciale suite au vote favorable par le Sénat, la marche pour le Droit des femmes est loin d'être terminée. La Journée internationale du 8 mars est une occasion symbolique "pour les groupes et associations de femmes militantes de fêter les victoires et les acquis, mais aussi faire entendre leurs revendications", selon les termes du site du Gouvernement.

Le 8 mars, une journée de grève pour "conquérir l'égalité salariale"

Et pour la CGT et sa section alésienne notamment, le 8 mars est synonyme de grande journée de mobilisation interprofessionnelle pour par-dessus tout : revendiquer l'égalité femmes-hommes. "Le 8 mars n’est pas une journée traditionnelle, ce n'est ni la fête de la femme, ni la fête des mères ou encore moins la Saint-Valentin, indique la section cégétiste d'Alès. C’est la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, une journée de grève féministe de toutes et tous pour revendiquer et gagner l’égalité réelle au travail et dans la vie." Comme le rapportent nos confrères de L'Humanité : une cinquantaine d’associations féministes et de syndicats, soutenues par des partis politiques, appellent nationalement et localement à cesser le travail et les tâches domestiques pour manifester en nombre pour les droits des femmes, ce vendredi 8 mars. 

Photo UL CGT Alès

Le syndicat CGT d'Alès réaffirme une nouvelle fois, à travers cette journée, son engagement en faveur de l'égalité entre les sexes, soulignant l'impératif de résoudre les problèmes persistants tels que les écarts salariaux, les disparités en matière d'opportunités de carrière et d'accès aux postes de responsabilité, ainsi que les défis liés à la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. La mobilisation prévue le 8 mars représente une occasion de faire entendre les revendications et de demander des changements concrets.

Martine Sagit
Martine Sagit, secrétaire générale de la CGT d'Alès.  • Photo Corentin Migoule

Martine Sagit affiche sa détermination à poursuivre les efforts jusqu'à ce que l'égalité entre hommes et femmes soit une réalité indiscutable, et ce "dès aujourd'hui" et non pas en 2186, comme indiqué sur le rapport publié en 2016 par le Forum économique mondial. "Il faut arrêter, nous sommes des êtres humains, des travailleurs, des travailleuses, et l'on doit être considéré comme tel. Nous ne sommes pas des sous-humains !, s'exclame Martine Sagit. Les droits ne sont jamais acquis, il faut toujours que la femme se batte. Cette journée est importante, d'autant plus cette année car nous pensons aussi à nos sœurs de Palestine, d'Israël, d'Ukraine qui subissent les violences de la guerre mais aussi des violences sexuelles, et tout cela est dû au capitalisme."

Informations pratique

La manifestation débutera ce vendredi 8 mars à 10h30, avec pour point de ralliement la sous-préfecture d'Alès. Parallèlement, la Bourse du travail d'Alès accueillera en début d'après-midi une exposition mettant en lumière les luttes des femmes dans le Gard, avec également un film sur Furnon, une ancienne société de confection textile de Saint-Christol-lès-Alès, dont le management est dénoncé par de nombreuses employées, suivi d'un débat sur ces enjeux.

Louis Valat

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio