Alès-Cévennes
Publié il y a 9 mois - Mise à jour le 21.02.2022 - corentin-migoule - 3 min  - vu 661 fois

EUZET-LES-BAINS Restaurant, salon de thé, commerce et logements tout neufs : le projet "Polygone" prend forme

Cyril Ozil, maire d'Euzet-les-Bains depuis 2010. (Photo Corentin Migoule)

Quelques jours après l'annonce d'une avancée notable du projet communautaire de centre de balnéothérapie équin (relire ici), le maire d'Euzet-les-Bains, Cyril Ozil, évoque deux perspectives qui contribueront au développement de la petite commune de 450 âmes située à mi-chemin d'Alès et d'Uzès. 

La renaissance du "Polygone"

Il y a peu, la municipalité euzétienne a acquis un ensemble immobilier près de l'église, que les anciens appelaient jadis "Le Polygone". "Le bâtiment final aura davantage l'apparence d'un L", sourit le maire de la commune Cyril Ozil, qui rappelle la génèse d'un projet construit "par étapes". En premier lieu, l'ancienne municipalité a opéré l'acquisition des anciens jardins potagers au mitan des années 2000, matérialisée par l'inauguration des jardins publics baptisés "Au fil de l'eau" en 2010.

Après quoi, le rachat des ruines dites du "Polygone" qui bordaient l'église a été réalisé. "On veut en faire un lieu d'échanges et de rencontres, pour retrouver cet esprit 'village'", justifie l'édile euzétien. Et d'ajouter : "La commune est bordée par de jolis chemins de randonnées très appréciés. Après leur balade, les gens nous demandent souvent si on n'a pas un petit bistrot pour boire un coup. On est toujours déçu de leur répondre que non." C'est ainsi que la municipalité ambitionne de faire place nette à un bar/salon de thé au cœur de la future structure rénovée.

Laquelle abritera également un restaurant flambant neuf qui ravira les papilles des Euzétiens et de leurs voisins, alors que le dernier établissement du genre sur la commune a fermé ses portes il y a sept ans. "On est en contact avancé avec un restaurateur actuellement basé dans l'Uzège qui cherche un point de chute", indique Cyril Ozil, évoquant "une très bonne table". Sa première adjointe aux Finances, Stéphanie Croxo, y voit un réel motif de satisfaction pour les visiteurs de l'Ehpad Jean-Lasserre qui "seraient ravis de pouvoir manger un bon repas avec leur parent en cœur de village avant de les ramener".

Un point de vente de producteurs locaux, sur le modèle de ce qui se fait à Nîmes avec le Mas des agriculteurs, au format réduit, est aussi envisagé. "Une sorte de mazet des agriculteurs", plaisante le premier magistrat qui a fait du projet "Polygone" la priorité de la mandature. En plus d'accueillir la bibliothèque municipale et les services techniques de la mairie, à l'image de ce qui s'est opéré à Carsan (relire ici), la bâtisse rénovée hébergera trois logements (un T2, deux T3) et des chambres d'hôtes.

"Ça se fait de plus en plus", prévient Cyril Ozil qui y perçoit un moyen de "rentabiliser un peu le projet" en s'associant à un Office public de l'habitat (OPH) qui pourrait être Logis Cévenols, présidé par Max Roustan. Confié à l'architecte Denis Dessus, le même qui a conçu l'Ehpad, le projet "Polygone" est espéré pour la fin de l'année 2023. Si le dépôt de permis de construire est imminent, la commune, qui ne pourra pas supporter à elle seule les 2,5 millions d'euros à débourser (plus de cinq fois son budget d'investissement annuel), doit encore trouver des partenaires financeurs.

La rénovation du temple

Dans ces circonstances et malgré une ambition à toute épreuve, la municipalité euzétienne ne pourra pas tout accomplir et est contrainte à faire des choix. C'est ce qu'elle a fait en renonçant - à titre provisoire - à la rénovation du temple dans son intégralité. Le projet initial, estimé à près de 250 000 euros, prévoyait la réalisation d'un complexe multigénérationnel abritant une salle de spectacle au rez-de-chaussée, et une salle de sport pour les enfants de l'école à l'étage.

"On va pour l'instant se contenter de rénover la toiture du temple qui le nécessite", signale Cyril Ozil, tandis que la municipalité a déjà procédé à des travaux de consolidation des fondations, et à l’aménagement des abords du temple. Afin que cette rénovation de toiture (70 000 euros) soit possible, les élus locaux, qui peuvent déjà compter sur 18 000 euros de fonds de concours d'Alès Agglo, espèrent la participation de l'État au titre de la "DSIL relance" de sorte que le reste à charge pour la commune ne dépasse pas 15 000 euros.

Corentin Migoule

Corentin Migoule

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais