Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 14.10.2023 - Thierry Allard - 2 min  - vu 4459 fois

FAIT DU JOUR Les frères Gervasoni font revivre la cave coopérative de Tresques

Olivier, le père et les deux frères Maxime et Sylvain Gervasoni

- Photo : DR

C'est une vieille dame de près de cent ans, au coeur du village de Tresques : inoccupée depuis une dizaine d’années, la cave coopérative de Tresques trouve une nouvelle jeunesse grâce à Maxime et Sylvain Gervasoni, deux enfants du pays.

Spécialisée dans les fruits et légumes, la famille Gervasoni fait aussi du vin sur ses 120 hectares situés à Tresques et ses alentours, longtemps à la cave coopérative de Saint-Hilaire d’Ozilhan. « Il y a trois ans, mon frère Sylvain a voulu faire son vin. Et la cave de Tresques, on a toujours vécu avec, elle est au milieu de nos vignes », indique Maxime Gervasoni. Sylvain Gervasoni voulait maîtriser la vinification « du début à la fin », et a donc vu dans cette cave l’outil idoine.

"C'est presque une cathédrale", lance Maxime Gervasoni en parlant de la cave coopérative de Tresques • Photo : Thierry Allard

Les frères se mettent donc en tête de reprendre la cave inoccupée et de la rénover, il y a deux ans. « Elle était à l’abandon, personne ne la voulait », affirme Sylvain Gervasoni. Un crève-coeur, surtout que l’histoire familiale est liée à ce bâtiment emblématique. « J’ai été coopérateur, à 18 ans, je portais des bennes ici, et mon père y a aussi été ouvrier », précise Olivier Gervasoni, le père de Sylvain et Maxime. Il faut dire que la famille est arrivée dans le coin depuis la Lombardie il y a une centaine d’années, à l’époque de la construction de la cave coopérative.

« Elle a une âme cette cave »

Il leur faudra trois mois intensifs de travaux, qui les verront refaire les cuves, l’électricité, le système de pompes, le groupe de froid ou encore la peinture contre « un bon billet », glisse Sylvain Gervasoni, pour que les deux frères vinifient leur premier millésime dans la cave en 2022. En sort des cuvées dans les trois couleurs baptisées d’après leur village, comme la cuvée de la Tour de Guet, emblème de Tresques.

La cave coopérative de Tresques a près de 100 ans • Photo : Thierry Allard

En ce mois d’octobre, les Gervasoni sont en train de finir les vendanges et démarrent la vinification « en méthode traditionnelle », précise Sylvain Gervasoni, d’un millésime qui s’annonce « bon, la qualité sera au rendez-vous grâce à la chaleur en journée et la fraîcheur la nuit », pronostique Maxime Gervasoni. La cave est donc en train de se remplir pour faire son office. Au-delà de son aspect patrimonial, « elle a une âme cette cave, le vin réagit bien dedans », affirme Maxime Gervasoni. Sans compter qu’elle est adaptée à leur production, eux qui ont « beaucoup de volumes », et encore de la marge, la cave n’étant utilisée qu’au quart.

Un bel outil donc, pour sortir des vins en Côtes du Rhône, Côtes du Rhône villages Laudun, IGP Pays d’Oc et IGP Cévennes, des vins qu’ils veulent « faciles à boire, avec de la fraîcheur », présente Maxime Gervasoni. Certaines cuvées ont d’ores et déjà décroché des médailles au concours des vins d’Orange (Vaucluse). Une reconnaissance du travail des vignerons et de quoi prouver, à qui pourrait en douter, que la vieille dame a encore de beaux restes.

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio