Publié il y a 1 an - Mise à jour le 20.02.2023 - Anthony Maurin - 2 min  - vu 162 fois

GARD Françoise Rétif sort son "Exposition posthume"

Françoise Rétif (Photo Wikicommons).

Françoise Rétif, qui a des attaches du côté d'Orsan, publie un nouvel ouvrage, "Exposition posthume" aux éditions Vérone.

Françoise Rétif est professeure émérite de littérature allemande et comparée, essayiste et traductrice. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages scientifiques sur Ingeborg Bachmann, Simone de Beauvoir, Elfriede Jelinek, Kafka, Julien Gracq mais aussi sur les mythes et leur rapport aux genres ou encore le romantisme allemand. Son dernier essai sur Ingeborg Bachmann s’intitulait Ingeborg Bachmann : ce qui est vrai (2021). Aujourd'hui, elle publie un nouvel ouvrage.

Pour l'heure, c'est donc ce texte, qui relève d’un genre inédit, qui nous intéresse. Moins que la vie ou la biographie, il prend pour origine la mort et l’œuvre picturale d’un homme pour tenter de cerner sa personnalité multiple. L’œuvre qu’il a laissée est la trace de son regard éternel.

Françoise Rétif (capture d'écran Françoise Rétif.fr).

Des éléments visuels se mêlent à l’écriture qui se fige parfois en un tableau. Le genre pourrait donc être considéré comme une sorte de roman graphique. Le roman d’une mort ou l’histoire d’une renaissance à travers l’exposition littéraire de tableaux secrets, qui expriment une recherche de spiritualité.

L’homme dont il est question est un Français ordinaire extraordinaire. Un dessinateur et peintre hyper doué méconnu, un homme fidèle trahi, un chef d’entreprise créatif abusé par des collaborateurs sans scrupules. S’il ne fut jamais un artiste peintre professionnel, la création accompagna toute son existence et explosa au soir de sa vie, exprimant une quête existentielle, un mouvement d’élévation spirituelle quasi mystique.

Françoise Rétif (Photo Wikicommons).

Ce texte fait corps, il est le roman d’une mort pour redonner vie à un Français ordinaire qui est en même temps extraordinaire parce qu’il laisse derrière lui une œuvre picturale qui, sans être ni connue ni d’avant-garde, témoigne d’une quête existentielle et mystique.

Un Français ordinaire, extraordinaire donc, mais tout de même placé d’urgence dans un Ehpad à la suite d’un abandon tragique. Il y meurt seulement un mois après son admission faute d’assistance à personne en danger, une "négligence blâmable" selon le verdict du tribunal. Ce roman est une forme d’exposition posthume pour lui rendre un dernier hommage.

Exposition posthume de Françoise Rérif, 150 pages,19 euros.

Anthony Maurin

Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio