Nîmes
Publié il y a 2 jours - Mise à jour le 25.11.2022 - Yannick Pons - 2 min  - vu 489 fois

NÎMES 40 000 euros pour rétablir les valeurs de la République

Chloé Demeulenaere présente aux collégiens une pièce de théâtre autour du communautarisme

- Yannick Pons

La secrétaire générale adjointe de la préfecture du Gard, Chloé Demeulenaere, annonce la création des Messagers de la République, un groupe d'experts destiné à proner le vivre ensemble et à combattre le communautarisme et la radicalisation. Les jeunes et moins jeunes des quartiers de Pissevin-Valdegour ont assisté ce mercredi à une pièce de théâtre au centre social Simone Veil, et ont participé à un débat autour de la radicalisation dans les quartiers. 

Chloé Demeulenaere et Mario Rodrigues-Vaz, délégué sur les quartiers Pissevin – Valgedour, ont présenté devant un public de collégiens et d'associations locales, une pièce de théâtre qui pose les questions de la radicalisation dans un scénario inventé autour d’un attentat qui aurait été effectué par un jeune de la cité. La pièce « Les teneurs » a été présentée par la troupe théâtrale « Cousin d'Edgar ».

Les valeurs de la République en question

Les collégiens des quartiers de Pissevin et Valdegour ont été confrontés à toutes les questions qui se posent autour de ce drame, dans une tragédie théâtrale. « Nous sommes sur un territoire en crise dans lequel les valeurs de la République sont en danger. Aujourd’hui, notre action est effectuée à l’attention des jeunes mais aussi des moins jeunes à rediscuter sur le choix : je suis musulman mais j’ai le choix de vivre avec les valeurs de la République plutôt que de me radicaliser », lance la sous-préfète.

Chloé Demeulenaere présente aux collégiens une pièce de théâtre autour du communautarisme • Yannick Pons

Si aujourd’hui le sujet était la radicalisation, d’autres sujets embrassent le fil rouge de la préfecture du Gard autour du vivre ensemble : l’égalité homme-femme, la sexualité des jeunes filles, le handicap, ou le communautarisme… Ainsi, la représentante de l’État a annoncé la création du collectif "les messagers de la République", le groupe d’experts et de spécialistes des questions de radicalisme et communautarisme : délégués de la préfète, élus, policiers, pompiers, historiens des religions. « Les associations qui sont subventionnées par l’État ont obligation de souscrire à un contrat d’engagement à l’attention des public envers les valeurs de la République. Nous allons plus loin en leur donnant les moyens d'y arriver », confie la représentante de l’État.

40 000 euros sur la table

Une enveloppe de 40 000 euros vient ainsi d’être débloquée sur le Gard afin d’accompagner ce projet. Aujourd’hui, au centre social Simone Veil, les jeunes ont donc profité de ce moment de théâtre et débattu autour de la radicalisation. Cette représentation, sur la thématique du séparatisme à destination des habitants, du tissu associatif et des élèves de collège était organisée par la Maison des adolescents du Gard dans le cadre du dispositif Réseau pour adolescents en dérive extraordinaire (RADéO) et financée par le Comité interministériel de la prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR). Ce jeudi, d’autres sujets seront mis en avant par la préfecture gardoise au lycée professionnel Gaston Darboux.

Yannick Pons

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais