Nîmes
Publié il y a 4 mois - Mise à jour le 01.10.2023 - Anthony Maurin - 4 min  - vu 346 fois

NÎMES La Maison Carrée : un temple au cœur de la cité

La présentation de Marc Célié à l'auditorium du Musée de la Romanité (Photo Anthony Maurin).

Marc Célié, archéologue et spécialiste de l’Antiquité à l’Inrap, a tenu une conférence lors de la journée d’étude de l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

La Maison carrée de Nîmes (Photo archives Anthony Maurin).

Classé monument historique dès 1840, la Maison Carrée est un temple romain hexastyle pseudo périptère de style corinthien de 31,81 mètres de long sur 15 de large et 17 mètres de hauteur. Édifié du vivant d’Auguste entre 10 av. J.-C. et le tout début du Ier siècle de notre ère, le temple se compose de trente colonnes de neuf mètres de haut, dont vingt sont engagées et enserrent la cella (la salle intérieure), précédée d’un pronaos (l’espace désignant le vestibule ou l’entrée) auquel on accède par un escalier de 17 marches.

La présentation de Marc Célié à l'auditorium du Musée de la Romanité (Photo Anthony Maurin).

La pierre utilisée pour sa construction est une belle pierre calcaire du bois des Lens. Élevée sur un podium à escalier frontal, la Maison Carrée dominait son environnement et se trouvait à l’origine sur le forum romain au centre d’une esplanade entourée de portiques aujourd’hui disparus mais dont nous conservons le relevé précis. Au nord la Curie lui faisait face.

« C’est un temple au cœur de la ville antique. Et en plus le sujet est un peu dans l’actualité ! J’ai une pensée pour Victor Lassalle, je crois que c’est la première fois que je fais une présentation à Nîmes et qu’il n’est pas là… ça fait bizarre », confie Marc Célié. 

Replaçons d’abord le temple dans le temps et dans son environnement, le quartier du forum. De Poldo d’Albenas à Jean-François Séguier on s’y intéresse mais ce n’est qu’en 1820 que l’on rend à l’édifice sa hauteur réelle. Pourquoi ? Marc Célié explique : « Le portique qui entoure et délimite le forum a été reconnu tout comme l’emplacement de la curie qui en fait d’ailleurs une des plus vastes de l’empire. Elle devait faire 21 mètres par 15m, c’était le siège des autorités municipales. Le forum romain qui nous est partiellement parvenu devait faire 140 mètres de long sur 60m de large. »

La Maison carrée (Photo Archives Anthony Maurin).

Pierre Gros, professeur émérite de l’institut universitaire de France, a fait de nombreux travaux démontrant que la Maison Carrée de Nîmes est directement inspirée de temples importants à Rome que sont les temples de Mars Ultor et d’Apollon in Circo et que les cartons (les plans) pour sa réalisation seraient directement venus de Rome.

« La Maison carrée a d’abord dû être dédiée à Rome et Auguste puis, de manière posthume, aux princes de la jeunesse. À l’ouest, non loin d’elle, on peut imaginer un ancien théâtre. Au sud, un mur-bahut de très grande distance a été observé. C’est un projet unitaire que nous voyons maintenant, la ville profite de la bienveillance et de la protection d’Auguste et d’Agrippa. »

Le forum (Photo Anthony Maurin).

Le Temple de Nîmes a été construit avec la participation des populations locales qui voulaient ainsi marquer leur adhésion au nouveau régime et leur attachement à Auguste et sa famille. Pierre Gros a aussi mis en évidence le travail d’artisans locaux pour la construction du temple.

« En 1991, nous avons fouillé sur 1 500m2 aux abords de la Maison Carrée. Avant la Maison Carrée il y avait un bâtiment public, sans doute le premier forum avec un quartier d’habitation daté de la période augustéenne. »

Parfait exemple d’architecture impériale en Gaule narbonnaise, la Maison Carrée de Nîmes est, avec le Panthéon de Rome, le seul édifice cultuel de l’antiquité qui nous soit parvenu pratiquement intact avec son décor extérieur.

L'extension du quartier du forum (Photo Anthony Maurin).

La frise de la Maison Carrée, ornée de rinceaux de feuilles d’acanthes et habitée d’oiseaux, est considérée par les spécialistes comme l’un des exemples les plus accomplis d’un décor symbolique lié au culte impérial datant des premières années de notre ère.

« On a aussi pu fouiller un peu du côté de la place de la Calade où l’on a cru voir des thermes et un ancien temple. La surface sous Carré d’Art a elle aussi été fouillée sur 800m2, la place d’Assas en deux fois dont la plus récente était en 2003. En 1994, nous avons pu fouiller un petit secteur au niveau de la rue de l’Agau et nous avons constaté des aménagements hydrauliques et des maisons des Haut-Empire. Nous pouvons donc circonscrire le centre monumental à l’échelle de la ville qui devait donc faire environ quatre hectares. »

(Photo Anthony Maurin).

La Maison Carrée de Nîmes est l’unique et plus ancien représentant de l’ordre corinthien Augustéen toujours en élévation, ayant conservé intact l’ensemble de son décor. Elle est aussi avec le Panthéon à Rome, le temple le mieux conservé du monde romain constituant ainsi l’un des témoignages les plus importants de l’architecture et de la diffusion du culte impérial dans les provinces de l’Empire.

« Il devait y avoir l’Augustéum pour l’ancien culte et le forum augustéen s’insère parfaitement entre le sud de la cité et cet Augustéum. C’est un choix délibéré d’avoir positionné la Maison Carrée ici et pas ailleurs. Nous pensons également qu’une voie reliait le temple à l’Augustéum car on note plusieurs édifices publics dont un vaste monument. »

La maison carrée monument Nîmes (Photo Anthony Maurin).
La Maison carrée (Photo Archives Anthony Maurin). • monument Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Concernant l’opulence de son décor, c’est cette fois un autre monument symbolique qui est en relation avec la Maison Carrée : l’Autel de la Paix, l’Ara Pacis, édifié sur le Champ de Mars à Rome. Ce lien symbolique et formel a été particulièrement étudié et démontré par l’historien Gilles Sauron.

On note des différences de style et de savoir-faire entre les artisans (Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio