Publié il y a 1 an - Mise à jour le 18.12.2022 - La Rédaction - 7 min  - vu 3673 fois

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

C'est dimanche. Il est 12 heures. Place aux coulisses de la politique gardoise ! Les dernières de 2022...

Christophe Rivenq fait cavalier seul ! S’il avait 40 ans, on pourrait dire que le président d’Alès Agglo couve une petite crise de la quarantaine… Du tout ! À 56 balais, l’édile est plutôt en pleine émancipation. Une sorte de crise d’ado qui a démarré début décembre. Alors que sa famille politique est en plein processus interne pour se trouver un nouveau président, l’Alésien annonce vouloir créer son propre parti politique. Et oui, n'est pas "Alès Audace" qui veut... Son initiative devrait débuter en janvier et vise - tout le monde l'a compris - à préparer les prochaines Municipales de 2026. Cette fugue de la maison Les Républicains n’en est pas vraiment une… Comme l’a fait remarquer à Objectif Gard le secrétaire départemental du mouvement, Franck Proust - pas franchement ravi de la démarche -, Christophe Rivenq reste membre des LR. Ouf… Le nouveau président LR, Éric Ciotti, peut être soulagé ! Bon, le répit aura été de courte durée. Lundi, l’Alésien annonce cette-fois son divorce du groupe LR Occitanie courageuse d’Aurélien Pradié au conseil régional. Il faut dire que le désamour de Christophe Rivenq à l’égard d’Aurélien Pradié est un secret de polichinelle. Interrogé sur le sujet, Franck Proust préfère ne plus se mêler des vicissitudes de son camarade. En affichant un tel comportement que risque Christophe Rivenq ? À vrai dire pas grand chose. D’abord parce qu’aujourd’hui, c’est plutôt le parti Les Républicains qui a besoin de ses élus et non l’inverse. Ensuite à la Région, Christophe Rivenq préfère être proche de la présidente socialiste, Carole Delga, qui se frotte les mains des divisions de ses opposants. Contrairement à Aurélien Pradié, la présidente a quelques millions d'euros pour financer les projets cévenols. On l'a compris, Christophe Rivenq mène sa barque comme il l'entend. Et espére donner une leçon à ceux qui, pendant tant d'années, l’ont raillé pour n’avoir jamais été élu sur son nom… Il est en passe de réussir son coup !

Capitale de la Culture en 2023, pas avant. Sollicité par Objectif Gard en début de semaine, le service presse du ministère de la Culture fait savoir que "la désignation du lauréat de la Capitale française de la Culture n’a pas encore été faite mais sera annoncée par Madame la ministre dans les prochaines semaines". Contacté dans la foulée, Christophe Rivenq, le président d'Alès Agglomération surpris dans un premier temps de nos informations. Avant de confirmer qu'en effet, il faudra encore un peu de patience à la capitale des Cévennes pour savoir si en France, elle est désormais aussi celle de la Culture. Plus c'est long, plus c'est bon non ?

La dédicace de Franck Proust. Il y a des clins d’œil dont certains se passeraient bien… Lundi soir, en conseil communautaire, le président de Nîmes métropole, Franck Proust, a justifié la gestion de l’eau par une entreprise privée en prenant l'exemple d'Alès : « Vous avez des réservoirs qui fuient, des conduites rouillées, des armoires électriques d’un autre temps. Dans l’agglomération d’Ales, M. Rivenq a clairement annoncé que les prix doubleront en 10 ans ! Voilà le résultat de la régie. » Le président Les Républicains d’Alès Agglo, Christophe Rivenq, et le maire LR d’Alès, Max Roustan, apprécieront.

Bourgade : la soufllante de Fournier. Il n'était pas du tout content le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, après avoir appris que Mary Bourgade, son adjointe déléguée au Patrimoine antique et à la candidature Unesco, avait décidé, en tant que conseillère régionale, de quitter le groupe d'Aurélien Pradié à la Région. Mieux, il n'a pas compris comment elle pouvait s'associer à un groupe présidé par Christophe Rivenq, qui ne revendique plus une appartenance à la Droite mais à un mélange de Droite et de Gauche. Difficile pour Mary Bourgade de se justifier maintenant que le mal est fait. Après sa "bourde", Bourgade va faire le dos rond en attendant que l'orage passe. Mais pour le maire de Nîmes, cela commence à faire beaucoup ! Rappelons que son propre premier adjoint, Julien Plantier, a lui-aussi décidé de prendre ses distances avec le parti...

Non, pas ça Rachid ! Depuis un peu plus de deux ans, Rachid Benmahouz est le collaborateur du premier adjoint à la Ville de Nîmes, Julien Plantier. Convoité au cabinet du maire de Nîmes depuis plusieurs mois, il est resté fidèle à l'élu nîmois. Mais sa présence il y a quelques jours au premier colloque sur la sécurité et le cadre de vie organisé par la Ville de Montpellier avec la participation de l'ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve a fait le tour de Nîmes. Rachid pourrait-il faire ses valises pour rejoindre le voisin héraultais ? Aurait-il reçu des propositions du maire de Montpellier, le maire PS Michaël Delafosse, ou de son cabinet ? Ou, tout simplement, les ennemis de Julien Plantier cherchent-ils par tous les moyens à le destabiliser ? La vérité, c'est Rachid Benmahouz qui la détient : "Effectivement, j’étais à un colloque sur la sécurité très intéressant avec des intervenants de qualité et puis, en tant qu’ancien chargé de mission du CNAPS, la sécurité intérieure me passionne toujours..." Pas plus, pas moins...

Christophe Pio ne peux pas, il a piscine. Il y a quelques jours, lors de la commission des marchés, l’élu nîmois Christophe Pio s'est fait remarquer. Pas forcément comme on l'espérait. D'emblée, il a expliqué à l'assistance qu'il faudrait terminer assez rapidement car il avait une petite vidéo à faire sur Tik Tok. Non on blague. Il avait rendez-vous avec son notaire pour signer un contrat. Rappelons que M. Pio est dans la vie, agent immobilier. Une fois les transmissions de places et titularisations sur l'avenue Jean-Jaurès passées, le conseiller municipal délégué aux Halles, aux foires et marchés n'a pas daigné rester plus longtemps. Dommage, le menu était raffiné. Il était l'heure de parler des problèmes sur certains marchés. En colère, les membres de la commission ont décidé pour bon nombre d'entre eux de quitter les lieux. Et ont pris contact avec le bureau politique du maire de Nîmes afin de demander un rendez-vous avec Jean-Paul Fournier. Objectif : faire remonter les dysfonctionnements directement au patron et lui exprimer leur désaprobation face à l'attitude de Christophe Pio. Pas sûr que ce beau monde passe Noël ensemble...

Meizonnet mauvais joueur ! Après notre éditorial de jeudi matin sur la vidéo de Nicolas Meizonnet qui s'enflammait tout seul après la décision légitime et mesurée du principal du collège de Sommières, le député Rassemblement national n'a pas tardé à nous répondre. Même pas deux heures après la publication, il nous a écrit avec charme et délicatesse : "Édito minable. Peut être que ça vous emmerde qu’il y ait encore en France des parents qui puissent s’indigner qu’un principal de collège interdise à leurs enfants le port de nos couleurs nationales car ça fait partie de votre logiciel gauchiste." Vous en voulez encore ? "Libre à vous de nier le séparatisme qui gangrène notre société" mais aussi "c’est d’ailleurs bien à cause de gens comme vous qui nient le réel en permanence que la situation se dégrade". Et le mot pour la fin : "« Petit perroquet de Marine », vous n'avez pas honte." De cette diarhée scripturale, nous retiendrons cette proposition pertinente : "Invitez-moi à débattre du sujet au lieu de pondre des papiers de merde dans votre coin." Débattre de quoi ? Du néant ? De votre opportunisme politique face au vide ? Allez joyeux Noël M. le député... Et attachez-vous à travailler pendant les congés à travailler un vocabulaire plus soutenu et un langage plus châtié...

Stade des Antonins : les élus nîmois en visite. Alors que le premier match dans le stade de transition du Nîmes Olympique devrait avoir lieu le 26 décembre prochain, comme un cadeau de Noël après l'heure, les élus de la Ville et de l'Agglo de Nîmes vont bénéficier d'une visite en avant-première dans les tous prochains jours. Jean-Paul Fournier, Julien Plantier et Franck Proust se retrouveront autour de Rani Assaf pour découvrir les nouvelles installations et en savoir plus sur l'organisation de l'accueil du public.

Futur stade Nemausus : la Socri n'a pas l'intention de lâcher le morceau. On vous en parlait ici-même il y a quelques semaines, la commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) a émis un avis défavorable concernant le volet commercial du projet porté par Rani Assaf. Une surface de près de 5 000 m2 qui devait accueillir une quinzaine de boutiques. Après avoir déposé un recours et obtenu gain de cause, Socri-Reim, propriétaire de la Coupole au centre-ville de Nîmes, n'a pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin, selon nos informations. "Ce n'est pas Rani Assaf qui est en cause mais plutôt ses conseils immobiliers qui cherchent à rentabiliser leur présence sur le projet. La Socri a déjà fait plier plusieurs grands projets en France, ce n'est pas le stade Nemausus qui va les effrayer", pense savoir de source sûre un élu de Nîmes. La question centrale aujourd'hui est la réponse formulée par Rani Assaf pour répondre à l'avis défavorable avec revoyure exprimé par la CNAC. "Il va falloir démontrer la capacité à faire des petites cellules, sur des activités de proximité et à connotation sportive." Cela pourrait-il contrarier le calendrier initial de construction ? "Pas forcément mais ce n'est certainement par Jean-Paul Fournier qui coupera le ruban du nouveau stade. D'ici là, les municipales 2026 seront passées", complète un brin ironique cet élu nîmois qui semble bien maîtriser à la fois le volet sportif mais surtout, le sujet politique.

Jérôme Jackel investit en Bourse. C’est la bête noire de la majorité municipale de Bagnols, et il est désormais selon nos informations le patron de l’hôtel restaurant de la Bourse, une institution de la ville, située place Bertin-Boissin. Après avoir vendu son exploitation de production d’escargots à Saint-Alexandre, Jérôme Jackel, membre de la liste Alliance citoyenne aux municipales de 2020, très actif sur les réseaux sociaux où il s’en prend régulièrement à l’action du maire Jean-Yves Chapelet, a racheté le fonds de commerce avec deux associés. Alors qu’il ne cache pas ses ambitions pour 2026, la Bourse fera très probablement office de QG pour Jérôme Jackel et ses soutiens. Probablement que Jean-Yves Chapelet et son équipe le préféraient producteur d’escargots.

Du pain, du bon pain ! La boulangerie 'La Magie des Pains'' à Villeneuve-lès-Avignon participera selon nos informations à l’émission La Meilleure boulangerie de France sur M6 à partir du 2 janvier 2023 à 18h35 et ce durant une semaine dédiée à l’Occitanie. Cette émission, qui connaîtra une 10e édition en 2023, fait la promesse d’un tour de France des plus gourmands de la télévision. Le jury parcourt les routes de l'Hexagone à la recherche des meilleurs artisans boulangers. Rappelons qu’au mois de novembre, la baguette de pain a été inscrite au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Grâce à ce classement, l’Institution reconnaît la dimension patrimoniale de la baguette de pain et un incontournable de la cuisine française.

Les indiscrétions partent en vacances durant la trève des confiseurs. Rendez-vous pour le prochain numéro en 2023, le dimanche 8 janvier précisément. D'ici là, de très bonnes fêtes à tous et surtout, gardez les yeux ouverts et les oreilles partout... 

La Rédaction

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio