Publié il y a 5 mois - Mise à jour le 25.10.2023 - Marie Meunier - 4 min  - vu 586 fois

GARD Les élus du Pays d'Uzès tous d'accord pour que Castillon-du-Gard les rejoigne

castillon du gard mairie

La commune de Castillon-du-Gard souhaite sortir de la CCPG et adhérer à la CCPU selon la procédure dérogatoire.

- photo Thierry Allard

La commune de Castillon-du-Gard, actuellement membre de la Communauté de communes du Pont du Gard (CCPG), souhaite en sortir pour rejoindre la Communauté de communes du Pays d'Uzès (CCPU). Un souhait très bien accueilli par les élus du Pays d'Uzès qui sont unaniment favorables à compter ce village de 1 700 âmes sur le territoire. 

La semaine dernière, les élus de Castillon-du-Gard ont voté pour la sortie de la commune de la CCPG et pour l'adhésion à la CCPU. La deuxième étape du processus s'est déroulée ce mardi soir, lors du conseil communautaire de la CCPU. Là encore, les élus ont voté favorablement et à l'unanimité à ce que Castillon-du-Gard rejoigne leur territoire. Il faut dire que Castillon-du-Gard ne se trouve qu'à une dizaine de kilomètres d'Uzès, fait partie du PETR (Pôle d'équilibre territorial rural), du SICTOMU (Syndicat intercommunal pour les ordures ménagères) et plus généralement du même bassin de vie.

"Beaucoup de trajets domicile-travail se font dans le sens Uzès-Castillon. (...) La médiathèque d'Uzès comptait en 2022, 45 inscrits de Castillon. Beaucoup de Castillonnais sont des assidus de l'Ombrière, beaucoup d'associations uzétiennes comptent des Castillonnais dans leurs membres", liste Fabrice Verdier qui se réjouit de cette nouvelle prouvant que "le territoire Pays d'Uzès est attractif". Castillon-du-Gard peut rejoindre la CCPU grâce à la continuité territoriale avec Flaux et La Capelle-et-Masmolène. 

Qu'est-ce qui change si Castillon-du-Gard intègre la CCPU ?

C'est Marie-Lise Gloanec qui a posé la question lors de la séance. Si l'adhésion est validée, la CCPU passerait de 56 délégués à 60, "dont trois pour la commune de Castillon-du-Gard et un supplémentaire pour Uzès", indique Fabrice Verdier. 

La prochaine étape sera ensuite l'avis de la coopération départementale de coopération intercommunale, qui devra à son tour se prononcer pour ou contre le départ de la commune. En cas de réponse positive, Castillon-du-Gard pourrait rejoindre la CCPU au 1er janvier 2024 "ou plus tard si le délai est trop réduit pour faire cette adhésion en deux mois et demi", précise Fabrice Verdier. 

Projet de crèche ? "Le sujet sera abordé à termes"

Muriel Dherbecourt, la maire de Castillon, et son conseil municipal souhaitent intégrer la CCPU pour les perspectives de développement, pour profiter de services, d'équipements structurants tels que la future piscine intercommunale. La maire a également évoqué dans nos colonnes des discussions autour d'un éventuel projet de crèche à côté de Castillon, même si rien n'est acté pour le moment. La petite allusion n'est pas passée inaperçue auprès des élus du Pays d'Uzès, qui pour certains aimeraient bien des places supplémentaires chez eux.

Fabrice Verdier tempère : "En aucun cas, il n'a été décidé de construire une crèche. Le sujet sera abordé à termes pour s'assurer qu'il y ait une continuité de service public pour les familles." Par contre, au niveau de la Petite enfance, des négociations sont en cours pour passer des conventions avec les territoires voisins où plusieurs enfants sont accueillis. C'est le cas à Méjannes-le-Clap. "On est également en train de travailler sur une extension bâtimentaire de la crèche de Saint-Quentin-la-Poterie. On va donc essayer de récupérer quatre places supplémentaires. C'est le fruit d'une discussion avec la Caisse d'allocations familiales", ajoute Fabrice Verdier. 

Fabrice Verdier toujours convaincu de la fusion des deux communautés de communes

Pour en revenir au cas de Castillon-du-Gard, Xavier Gayte (La Capelle-et-Masmolène) interroge : "Le fait que Castillon vienne à la CCPU, cela pose la question des voisins que sont Vers-Pont-du-Gard et Collias. Quand on regarde la carte, ça va faire un peu comme une sorte d'enclave. Est-ce que ça crée un appel d'air ou est-ce que chaque collectivité est libre de sa décision ?" Fabrice Verdier répond : "Je suis très respectueux de la souveraineté des communes et des calendriers qu'elles souhaitent fixer. Là, il y a eu peut-être quelques soubresauts qui ont fait que le calendrier s'est accéléré. Même si on savait que Castillon-du-Gard avait pour volonté de nous rejoindre."

Mais le président de la CCPU en est convaincu, la réunion des deux communautés de communes serait cohérente. Le projet de Parc naturel régional (porté par le PETR) qui est en cours avec comme périmètre principal les deux communautés de communes en est une preuve, selon lui : "On a déjà fait un SCoT (Schéma de cohérence territoriale) commun. Quand j'ai été élu, j'ai exprimé le souhait que nous fusionnons les deux communautés de communes en bâtissant un projet."

Être assez pour continuer d'exister

Il ajoute : "Je maintiens cette position qui n'est pas partagée par moult collègues de l'autre côté. Mais elle est partagée par certains qui ont fait le choix comme Argilliers, demain Castillon-du-Gard et d'autres plus tard de nous rejoindre pour faire un ensemble équilibré entre Uzès et le Pont du Gard. Et ainsi d'avoir un avenir face à trois gros territoires que sont Nîmes Métropole, Alès Agglomération et l'Agglomération du Gard rhodanien."

Fabrice Verdier confirme que d'autres communes extérieures au territoire échangent avec la CCPU "mais ont choisi un calendrier plutôt à horizon 2026. Une partie de nos voisins, sûrement, nous rejoindra mais je pense qu'on aurait préparé l'union pour 2026, ça aurait été plus pertinent et intelligent. Mais les conseils municipaux sont souverains et on fait au rythme de chacun." Et Jean-Luc Chapon, le maire d'Uzès, d'enfoncer le clou : "Quand le ministère a fixé le seuil minimal à 15 000 habitants pour les communautés de communes, certaines ont donc disparu. Je pense qu'un jour ou l'autre, le ministère dira qu'il faut encore plus d'habitants et donc, si d'autres communes nous rejoignent, cela évitera que l'on disparaisse et qu'on se trouve dispatchés entre les territoires voisins."

À relire sur le même sujet : www.objectifgard.com/gard/beaucaire/expresso-de-nouveaux-horizons-pour-castillon-du-gard-tourne-vers-le-pays-duzes-117268.php

Marie Meunier

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio