Politique
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 08.01.2020 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 2220 fois

MUNICIPALES À Nîmes, les premières propositions du candidat Tebib

David Tebib, candidat (Sans étiquette) à la mairie de Nîmes (Photo : Coralie Mollaret)

Ce matin, depuis son QG de campagne du 64 avenue Jean-Jaurès, le président de l’USAM et candidat aux municipales nîmoises a décliné ses premières propositions en matière de logement. 

Quand c’est parti, c’est parti. Un mois après avoir annoncé sa candidature au scrutin de mars, David Tebib dévoile ses premières mesures. Lancé tard dans la campagne - soucieux de savoir s’il serait investi par LREM -, le candidat veut frapper l’opinion. Pour ce faire, il a choisi de se pencher sur le logement, « une préoccupation majeure des Nîmois ».

Entouré « d’experts », que sont l’architecte Jean-Pierre Duval, de Catherine Calmet, directrice de l’ADIL, et de Jean-Pierre Seconds, ex-directeur de la DDTM, son équipe dresse d'abord un constat : « À Nîmes, il y a un besoin de 800 logements par an ». Habitats insalubres, dents creuses... « La municipalité Fournier-Lachaud a manqué de vision et de cohérence », fustige David Tebib, rejoint par Jean-Pierre Duval : « La manière de gérer les zones constructibles est disparate. Aucune étude foncière n'a été réalisée pour accompagner la T1. »

Ateliers participatifs, organisme foncier solidaire et guichet unique 

Jean-Pierre Seconds, ex-directeur de la DDTM, et Catherine Calmet, directrice de l’ADIL (Photo : Coralie Mollaret)

Priorité de l’équipe Tebib : la participation des habitants. Une manière de les impliquer dans les décisions municipales pour, espère-t-il, susciter un maximum d’adhésion. « Si nous sommes élus, nous mettrons immédiatement en place des ateliers urbains participatifs. Ces lieux serviront également à suivre la réalisation des projets », promet le candidat, qui s’inspire « de ce qui se fait déjà à Rouen ou Grenoble ».

Le candidat souhaite également créer un "Organisme foncier solidaire". L'objectif étant d'éviter le départ des familles et jeunes couples dans les communes de la deuxième couronne nîmoise, plus attractives en matière de foncier. « Grâce à cet organisme, les ménages achèteront un bien de 20 à 30% en-dessous du prix du marché. Sera compris dans le prix uniquement le coût de la construction avec une TVA réduite », décrypte Jean-Pierre Seconds, ex-directeur de la DDTM. 

David Tebib maire, ce serait aussi une utilisation franche du droit de préemption permettant de construire des logements sociaux ainsi que de l'habitat participatif inter-générationnel. Relevons toutefois que ce droit n’est pas infini et qu’il est utilisé dans le cadre de la mise en vente d’un bien. 

Logement et écologie 

Autre impératif : l’écologie. La mise en place d’un guichet unique « permettra d’informer les administrés sur toutes les aides prévues en matière d’économie d’énergie », commente Catherine Calmet, rappelant que « le logement est responsable à 25% de l’émission de gaz à effet de serre ». Enfin, « nous modifierons le PLU pour mettre en place une charte de la construction. Lors du dépôt d’un permis de construire chaque aménageur devra définir ses performances énergétiques », expose Jean-Pierre Duval. Chaque semaine David Tebib se penchera sur une thématique. Le prochain rendez-vous portera sur la sécurité et la lutte contre les incivilités.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais