Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 22.10.2019 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 1748 fois

NÎMES Ce macroniste qui demande un coup de barre à Gauche…

Le Nîmois Félix Meysen a été exclu en juillet du Parti socialiste pour avoir participé à la campagne d’En Marche aux européennes (Photo : droits réservés)

Exclu du Parti socialiste en juillet, le Nîmois Félix Meysen milite aujourd’hui pour la création d’un pôle de Gauche au sein de la majorité présidentielle.

Le tribune est parue le 19 octobre sur le site du JDD (Journal du dimanche). On peut y lire un manifeste écrit par 75 élus et militants. Anciennement de Gauche ou Écologistes, ces derniers militent pour la création d’un pôle de Gauche au sein de la majorité. Parmi les signataires, un Gardois, Félix Meysen, attaché parlementaire de la députée La République en marche de la première circonscription, Françoise Dumas.

Aux fins observateurs de la politique départementale, ce nom évoquera sans doute quelque chose. Le jeune homme de 27 ans a été exclu du Parti socialiste en juillet dernier. La raison ? Sa participation à une opération de tractage dans le cadre de la campagne des Européennes. Un manque de loyauté criant pour le parti à la rose qui s’est positionné clairement dans l’opposition à Emmanuel Macron.

Coming out politique

Alors aujourd’hui, Félix Meysen fait son coming-out politique. En prémices, la tribune dresse un constat : «  Le réchauffement climatique et la ­multiplication de conflits armés nous soumettent à la pression de flux ­migratoires et à des replis ­identitaires. L’impératif écologique et la transition énergétique […] nécessitent ­l’accompagnement plutôt que l’ostracisation des [...] populations les plus exposées aux changements de notre modèle de croissance. »

Alors aujourd'hui si « le cap est bon et la France gouvernée », les signataires prônent « la réduction des inégalités et la laïcité (qui) doivent rester au cœur de nos valeurs et de notre exigence républicaine. » C’est pourquoi, « notre projet est de créer un pôle de Gauche indépendant de LREM au sein de la majorité présidentielle ­autour de ministres tels que ­Jean-Yves Le  Drian et Olivier ­Dussopt. » Reste à savoir ce qu'en pense sa patronne, Françoise Dumas qui, elle, n'a pas signé ladite tribune. 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio