Politique
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 07.01.2020 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 917 fois

NÎMES Le tram’bus de la T2 officiellement en service

Ce mardi matin, l’Agglo de Nîmes a inauguré la ligne 2 du TCSP. Une ligne qui toutefois ne fonctionne pas encore de manière optimale.

Cette fois, c’est la bonne. Après une avant-première dimanche, Nîmes métropole (en charge de la réalisation du projet) vient officiellement d’inaugurer la ligne 2 du TSCP (Transport en commun en site propre) que l’on appelle (à tort ou à raison) tram’bus. « Cette journée marque notre territoire et notre ville avec 400 personnes qui ont travaillé sur le chantier », salue en prémices, Yvan Lachaud. 

Des présents et des absents...

Le président de Nîmes métropole (et candidat aux municipales nîmoises de mars) n’est pas peu fier « de ce premier tronçon de la ligne Est-Ouest de 11,5 km qui relie l’hôpital de Nîmes à la gare du centre-ville. » D’un budget de 118 M€ - pour l’ensemble de la ligne vouée à aller jusqu’à la salle de spectacle Paloma -, l’État a participé à hauteur de 15 M€. En échange, l’Agglo nîmoise a fait circuler ses bus dans les quartiers de Pissevin et Valdegour. La condition sine qua non au déblocage de ladite subvention.

Ces bus "gaz-électrique" devraient permettre « une émission en moins de 85% de CO2 et de 95% de particules fines ». (Photo : Coralie Mollaret)

Autres partenaires présents : la Région qui a aussi mis la main à la poche à hauteur de 8 M€ et le Conseil départemental pour 7 M€. Grand absent : la ville de Nîmes. Si la municipalité n'a pas aidé financièrement le projet - comme T1 en 2012 - la mésentente entre Yvan Lachaud et le maire Les Républicains de Nîmes, Jean-Paul Fournier (aussi candidat aux Municipales), n'est pas étrangère à ce boycott...  

Un chantier pas tout à fait terminé

Pour l’heure, il est à noter que le chantier n’est pas totalement achevé. Tous les distributeurs de billets ne sont pas installés et il manque encore dix bus de 24 mètres sur les 13 commandés. Le temps de trajet n’est pas non plus optimal : comptez une petite demi-heure contre 15 minutes prévues initialement. 

La raison ? La mise en service d’un système d’ondes radio qui permettra aux feux de donner la priorité aux bus. Une compétence, cette-fois, de la ville de Nîmes qui devra travailler main dans la main avec l’Agglo pour l’intérêt général des usagers. Périodes électorales comprises.

CM

coralie.mollaret@objecgtifgard.com 

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais